Les Disciples d'Athéna Index du Forum
FAQ
Membres
Profil
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Connexion

S’enregistrer
 

The dragon story (version remaniée)
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Disciples d'Athéna Index du Forum -> Saint Seiya -> Discussion, Dossier, Fanfics -> Saint Scénary's (Fanfics) -> Sérieux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Sam 15 Déc - 13:51 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

THE DRAGON STORY

1/ Retour aux sources

Rozan, par un bel après-midi de printemps, Shiryu, l’un des rares rescapés de la toute récente bataille contre Hadès, était rentré au bercail. Promettant à Shun-reï, sa douce et tendre amie, de ne plus combattre, le saint du Dragon pouvait enfin rattraper les années d’insouciance que son entraînement assidu lui avait fait perdre. Depuis lors, les deux tourtereaux menaient une vie paisible, honorant chaque jour la mémoire du défunt vieux maître et cultivant la terre fertile des cinq pics pour subvenir à leurs besoins.

Shiryu, bêchant depuis l’aube un large arpent de terre, s’arrêta quelques instants pour observer la rivière, sur laquelle se reflétait l’éclat de l’astre du jour. Depuis peu, il avait commencé à recouvrer un peu de ses capacités visuelles. Bien sûr, ce n’était pas encore la panacée. Mais il ne désespérait pas que ses yeux, brûlés par l’attaque de Krishna, son ancien ennemi, ne guérissent sur le long terme, grâce au septième sens qui sommeillait en lui.
- Shiryu ! A travailler sous ce soleil de plomb, tu vas te tuer à la tâche ! Ne crois-tu avoir bien mérité une petite pause ?
Shun-reï, toujours aussi belle, venait apporter à son bien-aimé une gourde d’eau fraîche. La remerciant courtoisement, Shiryu but une longue gorgée et répondit :
- Oui. Tu as entièrement raison. En définitive, ces champs seront encore là demain. Et de mon côté, j’ai plus de temps à ma disposition qu’il ne m’en faudrait. Que dirais-tu d’aller nous promener le long de la rivière ?
Shun-reï, qui n’attendait que cette proposition, accepta de bon cœur. Prenant le bras de Shiryu, elle l’entraîna joyeusement sur le sentier menant au cours d’eau scintillant.

Au même instant, trois ombres venaient de se matérialiser sur le pic rocheux jouxtant la cascade favorite du vieux maître. L’un d’eux, un vieillard richement vêtu, fixa son regard sur la vertigineuse chute d’eau et déclara :
- Magnifique ! Si la légende dit vrai, cette cascade serait née d’une pluie de poussière d’étoiles. Je comprends qu’il ait tenu à s’installer ici ! Cet endroit est si apaisant.
- Seigneur, lui dit l’un de ses suiveurs. Je ne perçois pas la présence que l’homme que nous cherchons ! Devons-nous ratisser le périmètre afin de le localier ?
- Inutile, intervint le troisième personnages, en s’avançant au plus près de la cascade. Je connais un moyen de le faire sortir de sa tanière ! Yah !!!
Concentrant toute son énergie dans son poing, l’inconnu frappa violement les trombes d’eaux vagissantes. L’onde de choc provoqua une détonation assourdissante qui, relayée par l’eau de la rivière, parvint presque aussitôt aux oreilles des protégés de Dohko.
- Shiryu ! s’écria Shun-reï, prise de panique. Qu’est-ce que c’était ?
- Je ne sais pas. Mais on dirait que cela provient de la grande cascade. Je vais y jeter un œil. S’il te plaît, ne bouge pas d’ici jusqu’à mon retour !
- Shiryu ! Sois prudent !
- Ne t’inquiètes pas, rétorqua le Saint de bronze, en se fendant d’un sourire.

Remontant, aussi vite qu’il pouvait, le cours de la rivière, Shiryu arriva à la cascade. Etrangement, le spectacle irréel qu’il découvrit ne parût pas l’étonner outre mesure. A vrai dire, ce n’était pas la première fois qu’il entendait pareille détonation. Lorsque, jadis, il était parvenu à inverser, d’un coup de pied, le cours de la cascade, celle-ci avait rugi de la même manière, en se voyant ainsi maltraitée. Sans doute sans surprise qu’il constata que, à nouveau, les flots tumultueux avaient décidé de défier les lois de la pesanteur et tentaient de rejoindre les cieux dont ils étaient originaires.
- Qui diable a pu…? Se demanda l’ami fidèle de Seiya.
Plissant les yeux, Shiryu aperçut une silhouette floue, qui se tenait à la pointe du rocheux. Sur la défensive, il l’apostropha en disant :
- Nul n’a le droit de troubler la quiétude de ces lieux ! Je vous somme de partir ?
- Shiryu, rétorqua l’inconnu. Voici que tu te mets à jouer les chiens de gardes ! J’ai, tout autant que toi, le droit de me trouver ici !
Abasourdi, le Saint de bronze reconnut subitement la voix et le cosmos de l’étranger. Celui-ci s’avança vers lui. C’était un jeune homme guère plus âgé que notre héros, au teint hâlé et à la longue chevelure brune décoiffée au possible. Bien bâti, il portait une belle armure ambrée qui lui donnait figure encore plus autoritaire que d’ordinaire. L’armure, sur son poitrail musclé, prenait la forme d’une tête de fauve stylisée, qui rappela au Saint l’emblème de cette ancienne connaissance.
- Okko, s’exclama-t-il. C’est bien toi !? Par quel miracle es-tu encore… ?
Oui, c’était bien lui, Okko, son ancien rival. Depuis leur duel passé, il n’avait pas changé d’une pousse, même port de tête fier et hautain, même regard froid et surtout, même cosmos puissant et indomptable.
- Pourquoi parais-tu si surpris, répliqua le disciple déchu du vieux maître. Croyais-tu vraiment qu’un infirme, comme toi, pouvait venir à bout du roc que je suis ?
- Mon ami, se réjouit Shiryu. Je suis si heureux de te savoir en vie ! Par ailleurs, je constate que tu rien perdu de ta force, comme la cascade tend à me le prouver !
- J’ai agi pour prouver à la face du monde que, tout comme toi, j’étais digne de porter l’armure du Dragon ! Mais, ne t’inquiètes pas, je ne compte pas te subtiliser cette relique ! L’armure que je porte actuellement me sied davantage !
- Ton armure ? Il est exact que, tout à mon étonnement, je ne l’avais même pas remarquée. A ce sujet, je dois t’avouer n’avoir jamais vu de semblable protection. D’où te vient-elle ?
- C’est l’armure de Tigre, l’une des douze armures célestes !
- Les… les armures célestes ?
- Les armures célestes sont les protections sacrées des douze gouverneurs, des combattants choisis parmi l’élite de la population de notre pays !
L’homme tenant ce discours apparu derrière Okko. C’était un vieil homme grand, d’âge incertain, portant une barbe noir de jais, assortie à sa chevelure éparse. Drapée d’une toge de soie pourpre, brodée de motifs dorés, il dégageait une sorte d’autorité naturelle. Son aura, à ce propos, était différente de celle du commun des guerriers, que Shiryu avait pu croiser au cours de ses nombreuses pérégrinations. Cette aura tenait plus du dieu que du simple mortel.
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 15 Déc - 13:51 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sorensen
Bronze Saint Confirmé
Bronze Saint Confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2007
Messages: 5 133
Localisation: Hell
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Ascendant: Vierge
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 32 724
Moyenne de points de Cosmos: 6,38

MessagePosté le: Sam 15 Déc - 14:07 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

Ah, tu as décidé de reprendre cette histoire? Je l'ai adorée, c'est avec plaisir que vais lire cette nouvelle version. Okay
_________________
Voici que le temps fait son oeuvre. Un jour, les larmes seront taries, les fureurs éteintes, les tombes effacées. Mais il restera la France.


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Sam 15 Déc - 17:37 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

ben en fait, je veux juste changer certains éléments que je ne trouve pas forcément très génial dans ma première version.

J'espère que la nouvelle mouture vous plaîra

Sinon, petit message à l'attention de Shana, est-ce que tu m'autorises à écrire un fic sur ton cher Hyoga?
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Sam 15 Déc - 20:42 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

Oui, tu es autorisé... Merci de le demander, mais tu peux écrire tout ce que tu veux ! Du moment que tu restes dans un langage de politesse, comme tu le fais jusqu'à présent ! Les seules fics que je n'autorise pas sont des fics vulgaires ! Donc pas de problème en ce qui te concerne ! J'ai même hâte de voir ce que tu vas écrire sur mon cher Hyôga !
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Dim 16 Déc - 12:54 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

2/ Chantage

- Je suis enchanté de faire enfin ta connaissance Shiryu, commença l’inconnu, en tendant une main vigoureuse au Saint. Je suis le seigneur Huang, dirigeant des douze gouverneurs célestes. Okko n’avait pas menti, tu dégages un cosmos prodigieux. Le Vieux Maître a toujours été un grand professeur.
- Vous… vous connaissiez mon Maître ?
- Très bien, et je l’estimais beaucoup. Sa perte me cause d’ailleurs une terrible blessure au cœur. Si tu veux, nous parlerons de lui plus tard. Car, pour l’instant, je dois m’entretenir avec toi à propos de ta future destinée.
- Ma future destinée, s’étonna Shiryu.
- J’y reviendrai tantôt. Avant, dis-moi, connais-tu l’histoire de l’empereur de Jade et des douze animaux ?
- Oui, répondit le frère d’arme de Hyoga. Une ancienne légende raconte que l’empereur de jade, souverain du ciel et de la terre, voulait se consister une garde prétorienne. Pour ce faire, il organisa une compétition opposant tous les animaux de la terre. Seuls les douze animaux qui arriveraient les premiers dans son palais seraient admis dans sa nouvelle garde d’honneur.
Shiryu, marquant un temps d’arrêt, scruta les eaux de la cascade, qui venaient enfin de retrouver leur cours habituel.
- Après quelques péripéties, douze animaux atteignirent le palais, reprit-il. Le premier fut le rat, puis le buffle, le tigre, le lièvre et le dragon. Puis arrivèrent le serpent, le cheval, la chèvre, le singe ainsi que le coq, et en dernier le chien et le cochon. Satisfait, l’empereur de jade les nomma gouverneur d’une année terrestre, en respectant scrupuleusement l’ordre selon lequel ces animaux s’étaient présentés à lui.
- C’est exact, continua Huang, Depuis ce jour, naître pendant l’année d’un de ces animaux signifie porter le signe de cet animal. C’est précisément ce qui m’amène en ces terres.
- Comment cela, s’inquiéta Shiryu
- Les armures célestes sont l’équivalent des armures d’or du Sanctuaire. Tu l’auras compris, chacune symbolise l’un des douze animaux de la légende. Par conséquent, un guerrier ne peut se rendre maître que d’une seule armure, celle de l’animal sous la protection duquel sa naissance l’a placé. Mais, malgré cet état de fait, bien rare sont les élus. Shiryu, j’ai le plaisir et l’avantage de t’apprendre que le destin a voulu que tu fasses partie de cette caste supérieure. C’est un grand honneur ! A plus fortes raison pour un homme qui n’est pas chinois de naissance !
- Vous devez certainement faire erreur, s’exclama l’ancien adversaire de Shura, tombant des nues. J’ai prêté allégeance à la déesse Athéna !
- Ce serment est caduc ! Par ce geste, je te libère de ton asservissement !
En parlant, Huang tendit la main au ciel. Sur son ordre, une sublime armure effilée, représentant le Long, le si célèbre dragon chinois, apparut sous les yeux de Shiryu. Aussitôt, le Saint fut envahi par une sensation oppressante. Contre son gré, l’armure voulait établir une connexion mentale avec lui, afin de se greffer de force à son corps. La résistance forcenée qu’il opposa eut tôt fait d’irriter le seigneur Huang.
- Imbécile ! vociféra ce dernier. Pourquoi continues-tu à nier le scénario que le destin a déjà écrit pour toi ? Je t’ordonne de te revêtir de cette armure ! Elle te revient de droit !
- Je suis un Saint d’Athéna, riposta l’élève de Dohko. En mon âme et conscience, je me dois donc de refuser votre offre ! Yah !!
Libérant son cosmos, Shiryu appela à lui la seule armure qui considérait devoir porter : l’armure du Dragon. Jaillissant du cœur de la cascade, celle-ci, redevenue simple armure de bronze, se recomposa avec bonheur sur les épaules de son jeune porteur.
- Blasphémateur, explosa le vieil homme. Tu ne me laisses donc pas d’autres alternatives ! Sun, je t’ordonne de te montrer !
Un nouveau guerrier, habillé d’une armure carminée, apparut dans l’ombre du seigneur Huang. Plus vieux que Shiryu et Okko, il était mince mais possédait une solide musculature. Son faciès était pour le moins surprenant. A l’inverse de son corps, son visage était joufflu et couvert d’un fin duvet rougeâtre. D’autre part, ses longs cheveux, guères mieux ordonnés que ceux de Okko, étaient domestiqués tant bien que mal par quelques lourds ornements argentés. Mais Shiryu ne vit rien de tout cela. En vérité, il ne remarqua que la jeune personne inconsciente, que cet étrange énergumène portait dans ses bras.
- Shun-reï !! hurla comme un dément le Saint du Dragon. Misérables ! Que lui avez-vous fait !?
- Absolument rien, répondit, d’un ton offusqué, le nouvel arrivant. Cette fine fleur s’est seulement évanouie quand elle a vu mon visage ! Il faut croire qu’elle n’a pas les nerfs bien solides !
- Cela est aussi bien, intervint Huang. Shiryu, nous avons désormais un point d’avance sur toi, en la personne de cette jeune fille. Je ne voudrais pas en être réduit à de telles extrémités mais, si tu ne me prêtes pas immédiatement serment d’allégeance, je n’engage à faire subir mille morts à ta dulcinée.
Shiryu, agissant d’instinct, se jeta sur le vieil homme en hurlant :
- Monstres ! Relâchez-la !!
Okko, en retrait, choisit alors cet instant pour rappeler sa présence au Saint. Protégeant Huang, il prit Shiryu à revers et lui administra un sévère direct dans la colonne vertébrale.
- Comment oses-tu porter la main sur notre seigneur ? s’écria-t-il. Tu vas laver cet affront de ton sang !
Griffes sorties, l’ancien vagabond s’apprêtait à calligraphier le dos de son rival de toujours. Mais Huang, calmé, lui dit alors :
- Suffit Okko ! Ne l’abîme pas plus qu’il n’est déjà!
Okko, qui portait désormais le titre de gouverneur du tigre, obéit à son souverain et « rétracta » ses griffes. Le seigneur, relevant le visage de Shiryu du bout du pied, lui annonça soudain :
- Shiryu, ce geste impie mérite une sentence exemplaire. D’ici trois jours, tu devras m’apporter la tête de tes anciens compagnons d’armes, les Saints de bronze. Leur sacrifice rachètera l’horrible faute que tu viens de commettre. Si tu obéis scrupuleusement à mon ordre, je m’engage sur mon honneur à te pardonner et à faire de toi le dernier gouverneur céleste. En attendant, nous garderons Shun-reï comme garantie. Rassures-toi, il ne lui sera fait aucun mal. Si, dans trois jours, tu as rempli ta part du contrat, nous te la restituerons. Dans le cas contraire…
Huang fit volte-face. Fouillant dans ses manches, il en sortit une vieille carte de cuir, qu’il jeta au visage de Shiryu.
- Cette carte te conduira au royaume de jade, notre patrie. Nous t’y donnons rendez-vous dans trois jours. D’ici là, tache de ne pas oublier mes injonctions !
Shiryu essaya de se relever, mais il était déjà trop tard. Tous ses opposants s’étaient littéralement évaporés, emmenant Shun-reï avec eux. Seul Okko jeta un dernier regard dédaigneux en arrière, avant de disparaître à son tour.
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Dim 16 Déc - 17:38 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

3 / Le royaume de jade

Quelques heures plus tard, nous retrouvons Shiryu qui, la rage au ventre, crapahutait à travers une immense étendue de bambous. En vrai prince charmant, il avait choisi d’aller délivrer sa princesse de l’horrible péril qui la menaçait. Essayant de raisonner comme Huang, il en avait conclu que ce dernier ne s’attendrait certainement pas ce qu’il l’attaque aussi rapidement. Naïvement, le Saint pensait qu’une percée téméraire serait suffisante pour prendre l’armée du vieillard de vitesse et délivrer sa dulcinée. Qui plus est, il n’avait aucune confiance en Huang. Plus que tout, il redoutait que ce dernier ne tienne pas ses engagements et fasse subir d’ignobles sévices à Shun-reï.
Subitement, il pensa au vieux maître. S’il l’avait vu agir ainsi, le Saint de la Balance se serait certainement fendu d’un sermon cassant. Il l’imaginait déjà lui dire :
- Mon fils, pourquoi te précipites-tu de cette façon ? Ne t’ai pas enseigné que la colère est mauvaise conseillère ? Seiya aurait-il déteint sur toi ?
Revenu à la réalité, le Saint de bronze murmura :
- Pardonnez-moi, vieux maître. Je suis un bien piètre élève.
Sortant enfin de cette véritable mer de bambous, Shiryu découvrit une inexpugnable muraille de pierre, haute de plus de six mètres, la frontière du royaume de jade. Sans chercher d’entrée, le Saint escalada ce nouvel obstacle et, discrètement, entra dans la province de Huang et de ses gouverneurs.
Furtif, il consulta sa carte. Si les proportions de celle-ci étaient justes, le palais devait se situer à seulement trois heures de marche. Ce qui signifiait que, si tout se déroulait comme Shiryu l’avait planifié, la nuit serait tombée quand il arriverait en vue des fortifications du palais. Si Shun-reï était, comme il l’espérait, gardée là-bas, il pourrait profiter de la pénombre pour surprendre ses éventuels cerbères. Décidé, il prit la direction dudit palais et… manqua de se faire écraser par un gigantesque rocher. L’esquivant aisément, il entendit :
- Wei, tu l’as manqué ! C’est malin !
Deux guerriers, postés en haut d’une petite pente, observaient placidement le Saint. Le premier était un combattant enrobé, habillé d’une lourde armure noire. Le visage rond et lisse, il avait de gros sourcils broussailleux et arborait une expression assez débonnaire. Son comparse, à l’inverse, avait des petits yeux de fouine et un sourire carnassier. Pour complété le tableau, il avait des cheveux cendrés et portait une armure intégrale couleur d’anthracite. A vrai dire, la seule note de gaieté qui se dissociait de son apparence terne était le bandeau rouge vif, qui enserrait son front « d’intellectuel ».
- Cet intrus est diablement rapide, déclara le guerrier ventripotent, passablement déçu. J’avais pourtant bien calculé mon angle de visée…
Les deux hommes, d’un commun accord, bondirent en direction de Shiryu et atterrirent sur le rocher. Bras croisés, l’homme au bandeau lui lança alors :
- Etranger, sache que tu viens de pénétrer sur les terres du Seigneur Huang, seigneur et maître des douze gouverneurs célestes et de toutes formes de vie sur cette planète. Je suis Kei, gouverneur du Chien et voici mon frère cadet Wei, gouverneur du Cochon. Selon la loi en vigueur dans le royaume de jade, nous allons être contraint de t’éliminer sans autre forme de sommation.
Le dénommé Wei, qui avait remarqué l’armure que portait l’intrus, fut subitement frappé d’illumination. Donnant un coup de coude à son compagnon, il déclara :
- Attends Kei ! Ne reconnais-tu pas cette armure de bronze ? Cet homme est Shiryu, celui qui doit devenir le douzième gouverneur !
- Shiryu, réalisa l’individu au bandeau. Non, tu dois te tromper ! Nous ne l’attendons pas avant trois jours ! A moins que…
Observant les traits du Saint, Kei l’identifia à son tour. S’interrogeant du regard, les deux frères tirèrent les conclusions qui s’imposaient. Prenant une posture de combat, le gouverneur du Chien lança alors à Shiryu :
- Notre seigneur t’avait ordonné de lui ramener la dépouille des autres Saints de bronze. Le délai est trop court pour que tu te sois déjà acquitté de ta mission. Si tu es ici, c’est donc que…
- Vous en savez trop, l’interrompit Shiryu, en faisant exploser son cosmos. Je vais devoir vous neutraliser ! COLERE DU DRAGON !!!
Le disciple préféré de Dohko, pour éviter que ces fouineurs ne trahissent ses plans, leur décocha son attaque de prédilection. Mais ceux l’évitèrent et, fervents partisans de la loi du talion, contre-attaquèrent immédiatement.
- Traître, vociféra Wei. Tu vas regretter de t’être retourné contre sa seigneurie ! BOAR STAMPLING !!!
De tout son poids, le gros guerrier tenta d’essuyer ses semelles sur le visage de Shiryu. Mais ce dernier, qui en avait vu d’autres, ne lui laissa pas l’occasion de mettre son projet à exécution et le repoussa d’un coup de pied ciselé. Mais, tombant de charybde en Scylla, Shiryu fut prit en traître par Kei. Le gouverneur, plus vif que son frère cadet, déborda le Saint et lui asséna un vigoureux uppercut.
- Wei, cria-t-il. Je te renvoie la balle ! CAPTURE NET !!!
Des deux mains, Kei créa un filet énergétique qui saisit Shiryu aux chevilles. En pivotant à 360°, le gouverneur réussit à catapulter le malheureux dans la direction de son frère cadet. Wei, fermement cramponné au sol, le reçut d’une manchette ébouriffante au visage. Retombant avec fracas sur le sol, Shiryu sentit une douleur terrible lui vriller la tempe. Groggy, il constata également que du sang coulait de son oreille. Kei, venue constater l’étendue des dégâts, dit alors à son semblable :
- Beau travail ! Ce renégat a eu son compte !
Se massant les cervicales, Wei lui répondit :
- Je dois bien t’avouer que je m’attendais à ce qu’il nous donne beaucoup plus de fils à retordre. Après tout, cet homme est, paraît-il, venu à bout de Hypnos, le dieu du sommeil. Soit les dieux ne sont pas aussi puissants que nous ne le croyions. Soit cet idiot, en se reposant sur ses lauriers, a laissé l’inactivité corroder ses pouvoirs.
- Probablement un peu des deux, acquiesça l’individu au bandeau frontal.
Une chose est sûre, cet homme était fou. En nous attaquant ainsi, il était évident qu’il courait au suicide.
Shiryu, à demi conscient, entendit les commentaires désobligeants de ses adversaires. Introspectif, il se repassa en mémoire les images de ses duels passés et songea :
- Ils ont raison. En arrêtant de m’entraîner, j’ai perdu une grande partie de ma puissance.
Repensant aux leçons de son vénérable maître, Shiryu continua :
- Non, cela ne vient pas entièrement de cet état de fait. En réalité, ma plus grande erreur a été de me laisser dominer par la colère. C’est elle qui a dressé les entraves qui m’empêchent de déployer toute ma puissance. Si je veux sauver Shun-reï, il faut que je parvienne à la maîtriser et à la canaliser…
Wei, retournant le corps du Shiryu du pied, demanda à son frère :
- L’un de nous doit rester ici pour surveiller le poste frontière. Personnellement, la simple idée de rentrer au palais en portant la dépouille de ce fier-à-bras sur les épaules me donne déjà de l’urticaire.
- Très bien, souffla le gouverneur du Chien. Je vais me charger de le ramener au seigneur Huang. Mais, s’il m’offre une récompense, n’espère pas que je la partagerais avec toi.
Avec autant de respect que pour un paquet de linge sales, Kei agrippa le Saint par le col. Mais une violente secousse les repoussa, son frère et lui, sauvagement en arrière. Shiryu, cheveux dressés sur la tête, s’était relevé. Le vrai duel pouvait enfin commencer.
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Sorensen
Bronze Saint Confirmé
Bronze Saint Confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2007
Messages: 5 133
Localisation: Hell
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Ascendant: Vierge
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 32 724
Moyenne de points de Cosmos: 6,38

MessagePosté le: Dim 16 Déc - 20:04 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

Cool! Effectivement, ce n'est pas du tout pareil que la première version où Shiryû avait commencé par affronter le Rat...

La suite!
_________________
Voici que le temps fait son oeuvre. Un jour, les larmes seront taries, les fureurs éteintes, les tombes effacées. Mais il restera la France.


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Lun 17 Déc - 09:48 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

4 / L’éveil du dragon

Au même moment, au palais du seigneur Huang, Okko, un plateau de nourriture sur les bras, avait une discussion animée avec Shun-reï.
- Pourquoi refuses-tu cette nourriture, la questionna le vagabond. Elle n’est pas empoisonnée, si c’est cela qui t’inquiète.
- Je n’accepterai pas de manger la pitance offerte par l’homme qui me retient prisonnière ! Plutôt mourir !
Okko, posant un regard circulaire sur les luxueux appartements, dont Shun-reï était la seule « invitée », rétorqua :
- Cette pièce ne ressemble guère aux prisons que j’ai pu visité dans mes années d’errance. Et, corrige-moi si je me trompe, mais le seigneur Huang t’a traité, depuis ton arrivé, avec le plus grand respect.
- Il cache ses véritables intentions, renchérit l’amie de Shiryu. J’ai vu son regard. Ce n’est pas celui d’un homme, c’est celui d’un serpent. Comment as-tu pu rejoindre les armées de ce tyran ?
- Le seigneur Huang est l’incarnation terrestre de l’empereur de jade, la corrigea le disciple répudié de Dohko. Chaque pas que j’ai accompli devait me conduire à lui. C’est ainsi…
- Okko, reprit Shun-reï, en prenant le rêche main du guerrier dans les siennes. Je sais ce que renferme ton cœur. Malgré toute l’aigreur et l’animosité dont tu faisais montre, lorsque nous étions enfants, j’ai toujours pensé que tu étais un être bon. D’ailleurs, cela me fut confirmé quand tu me sauvas de la noyade et…
Mal à l’aise, le gouverneur du tigre s’arracha brutalement de la douce étreinte. Posant le plateau sur un guéridon, il tourna aussitôt les talons et regagna la porte en disant :
- Tu ignores tout de moi, Shun-reï. Si tu veux entamer une grève de la faim, libre à toi…
Sortant avec empressement de la pièce, Okko verrouilla la seule porte d’accès. Songeur, il chuchota :
- Un être bon… Shun-reï, tu es bien naïve…
Sans raison apparente, le gouverneur, après son monologue, s’élança dans les airs. Il évita ainsi le traître assaut d’un guerrier équipé d’une armure d’un blanc virginal. L’agresseur, toujours sur la défensive, attendit que Okko lui fasse face pour crier :
- En garde ! Voyons si tu es aussi fort que le dit la rumeur !
Devant le manque d’intérêt du gouverneur du tigre, l’assaillant, ou plutôt l’assaillante, pesta et se détendit. Elle s’appelait Niangzy et portait le titre de gouverneur du serpent. C’était une adolescente au visage d’un ovale parfait, aux grands yeux verts et à la peau dénuée de toute imperfection. Ses longs cheveux bruns, fins et soyeux, voletaient au vent sans discipline, ce qui lui donnait une expression délicieusement mutine.
- Quand te décideras-tu enfin à accepter ce duel, souffla-t-elle. As-tu si peur qu’une faible femme t’inflige la correction de ta vie ?
- Je n’ai pas pour habitude de livrer bataille contre des fillettes, la refroidit Okko. Même lorsque celles-ci passent leur temps à me casser les pieds.
Niangzy, un sourire en coin, s’approcha de la porte des appartements de Shun-reï. Par le vasistas prévu à cet effet, elle observa la douce et tendre de Shiryu et dit :
- Elle est très jolie. Dis-moi, est-ce pour me rendre jalouse que tu es aux petits soins pour elle ? Je ne t’avais jamais vu aussi prévenant.
Plutôt que de s’aventurer sur un terrain glissant, Okko préféra s’abstenir de répondre à cette question piège. Taciturne, il quitta la scène sans un regard pour l’une et l’autre.
- Ours mal léché, déclara Niangzy, en souriant. Un jour ou l’autre, j’arriverai bien à t’amadouer…

Retour à Shiryu et à son combat éclair contre les deux gouverneurs. Le Saint, d’une nouvelle COLERE DU DRAGON, était parvenu à redorer son blason. Ses deux ennemis, à terre, regrettaient amèrement de l’avoir ainsi provoquer.
- Cet homme... est un monstre, gémit Kei, avant de s’évanouir.
A peine essoufflé, Shiryu serra le poing droit et murmura :
- Je suis encore un peu rouillé, mais c’est un bon début.
Abandonnant ses concurrents, le meilleur ami de Seiya, sans tergiverser, se dirigea vers le palais de Huang. Mais, subitement, il détecta les radiations d'un autre cosmos, tapi dans les fourrés. Ce cosmos se déplaça vers les deux gouverneurs et Shiryu sut, sans avoir besoin de se retourner, que le nouvel arrivant venait d’achever ses ennemis du jour. Avec rage, le Saint interrogea le froid bourreau :
- Qui t’a permis de les mettre à mort ?
L’inconnu, apparut comme par enchantement dans le champ de vision du Saint, rétorqua d’une voix de soprano :
- C’est le sort que méritent les mauviettes de leur espèce. Depuis leur enrôlement, je savais qu’ils n’étaient pas dignes de porter l’armure des gouverneurs. S’il le pouvait, le seigneur Huang, lui-même, te remercierait d’avoir ainsi séparé le bon grain de l’ivraie.
Ce nouveau quidam était un guerrier svelte, équipé d’une armure fauve. Ses cheveux, dissimulant totalement son regard, étaient coiffé d’un heaume stylisé, serti d’une pierre d’anatase. Shiryu, qui ne voulait pas que cet oiseau de mauvais augure trahisse sa venue à Huang, lui dit alors :
- J’avais déjà panifié de te faire taire ! Mais, en rémission de ton crime, ce sera peut-être pour toujours !
- Noble justicier, ricana le meurtrier. Je ne suis pas de la même étoffe que ces minables ! Je me nomme Han, gouverneur céleste du Lièvre ! En garde !
- ENVOL DU DRAGON !!!
Sans aucune retenue, Shiryu se jeta, pied en avant, sur son adversaire. Pourtant, il ne parvint qu’à effrayer quelques oiseaux, en détruisant l’arbre où ceux-ci avaient trouvé refuge. Han, tranquillement assis sur le corps de Wei, lui lança :
- Tu as la lenteur d’un dinosaure et, à mon humble avis, tu possèdes également l’intelligence proverbiale de ces mastodontes du passé. Permets-moi de te mettre un peu de plomb dans la tête ! ENDLESS RUN !!!
Incroyablement rapide, le gouverneur céleste fondit sur le Saint du Dragon. En une nanoseconde, il parvint à lui administrer un long enchaînement de coups de pied. Pour ne pas lasser son rival, il poursuivit la démonstration en se servant de ses poings qui, bizarrement, s’enflammèrent au contact de l’air. Volatile, il décida de clôturer la séance d’un coup de pied retourné, également enflammé. Shiryu, dépassé, se fracassa alors le crâne sur le tronc d’arbre, que ce bûcheron amateur avait abattu auparavant.
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
colombus
Disciple Confirmé
Disciple Confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 455
Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle
Point(s) de Cosmos: 1 268
Moyenne de points de Cosmos: 2,79

MessagePosté le: Lun 17 Déc - 11:42 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

C'est vraiment très chouette
_________________


imposez moi un theme et j'obéirai


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Lun 17 Déc - 11:56 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

5/ Rien ne sert de courir…

Le Saint du dragon, sous le choc, avait perdu son heaume. Se relevant, il observa :
- C’est insensé ! Ses coups sont aussi vifs que ne l’étaient ceux des Saints d’or !
- Merci du compliment, acquiesça Han, en faisant une révérence. On dit leur vitesse égale à celle des rayons du soleil. Selon cette échelle des valeurs, je ne dois pas me situer très loin d’eux.
- Tout ce qui brille n’est pas d’or, riposta son interlocuteur. Tu es certainement aussi rapide qu’eux, mais tu es encore loin de leur arriver à la cheville. Tes coups sont beaucoup trop faibles pour cela.
- Faibles, s’écria le gouverneur. Comment oses-tu !? As-tu besoin d’une autre correction, pour appréhender la puissance qui est la mienne ! ENDLESS RUN !!!
Fulminant, Han se projeta sur l’ancien antagoniste de Fenril. Reprenant, à l’identique, ses combinaisons passées, il le frappa de coups de pied encore plus brutaux. Malmené, Shiryu ne tenta pourtant pas de se défendre. Mais, quand le gouverneur du lièvre lui tourna le dos pour lui asséner un coup latéral, il se décida enfin à réagir.
- Maintenant, hurla-t-il. EXCALIBUR !!!
Des deux mains, Shiryu employa l’épée sacrée de Shura et toucha son adversaire aux talons. Celui-ci, déséquilibré et surpris, chuta alors à terre. Découvrant ses blessures, il vociféra :
- Maudit ! Comment as-tu pu !?
- Une même attaque, fut-elle porté à la vitesse de la lumière, ne fonctionne jamais deux fois sur un Saint. J’ai sectionné tes deux talons d’Achille. Désormais, tes jambes sont paralysées.
- Je ne te crois pas, éructa Han, en tentant de se redresser.
Lamentablement, le gouverneur retomba aussitôt à terre. L’héritier de Shura, impériale, lui annonça :
- N’aies crainte ! Je ne vais pas te tuer. T’avoir rendu inoffensif est déjà une punition suffisante. Sans ta sacro-sainte vitesse, tu n’es plus rien. Tâche de tirer les fruits de cette leçon et implore le pardon de Wei et Kei.
Désobligeant, Shiryu partait déjà. Han, parvenu à se relever, après moult efforts, lui cria :
- La partie n’est pas encore jouée, Dragon ! Je ne suis pas aussi inoffensif que tu ne le crois ! GLOWING FIRE PURIFICATION !!!
Aussi impensable que cela puisse paraître, des flammes mordorées apparurent sur le corps du gouverneur céleste. Immédiatement, il projeta deux traits incandescents qui, en se rejoignant, les emprisonnèrent, Shiryu et lui, dans un large cercle de flamme.
- Dragon, reprit-il. D’après mes informations, tu as à plusieurs reprises juré à tes différentes adversaires de les accompagner dans la tombe. Aujourd’hui, cette promesse te sera enfin exaucée. Sois mon compagnon sur le chemin du pays des ombres. GLOWING FIRE PURIFICATION !!!
Cette fois, le corps de Han s’enflamma totalement. Shiryu, qui ne pouvait plus rien pour lui, essaya de briser le mur de flammes qui le retenait prisonnier. Mais son attaque ne fit que raviver le brasier, qui devint encore plus menaçant et lui boucha toute porte de sortie vers le ciel.
- Impossible, s’exclama-t-il.
Soudain, il se souvint d’une fable que son maître lui contait souvent : celle du voyageur affamé. Trois animaux, découvrant un voyageur inconscient, décidèrent de le nourrir. L’ours, très fort, pêcha aussitôt un poisson. Le renard, très rusé, revint bientôt avec une grappe de raisons. Mais le dernier animal, le lapin, était trop faible pour l’aider. Aussi décida-t-il de se jeter dans le feu du camp du voyageur, afin que celui-ci puisse se repaître de son corps.
- Il agit comme dans la fable, réalisa Shiryu. A la différence près qu’il se sacrifie pour tuer et non sauver le voyageur que je suis. Je ne vois pas d’autres solutions ! Yah !!
Alors que les flammes se rapprochaient dangereusement de lui, le Saint fit exploser son cosmos. Ce brusque revirement attira l’attention de Huang et des gouverneurs. Tous sortirent du palais et observèrent, à l’horizon, l’incendie rougeoyant qui donnait au crépuscule une teinte infernale. Okko, dans l’ombre d’un corridor, grommela alors :
- L’imbécile ! Il s’est déjà fait repéré !
Dans l’instant, le gouverneur du tigre repartit vers la « cellule » de Shun-reï. S’assurant que personne ne le surveille l’entrée, il ouvrit la serrure et se faufila dans les appartements. A pas de loups, il s’approcha de Shun-reï. Celle-ci, harassée de fatigue et de peine, avait fini par s’endormir. Okko la réveilla délicatement et lui couvrit la bouche de sa main.
- Pas un mot, chuchota-t-il. Je vais te sortir d’ici.
Shun-reï, acquiesçant d’un hochement de tête, se leva. Suivant Okko comme une ombre, elle sortit de sa cellule. Puis, le plus discrètement qu’ils purent, les deux anciens protégés du vieux maître quittèrent l’enceinte du palais. Ceci fait, ils se dirigèrent, au pas de course, vers l’endroit le plus sombre de la forêt qui encerclait la résidence des douze gouverneurs. Parvenu à une clairière, Okko s’arrêta et permit à Shun-reï de reprendre son souffle.
- Merci… dit-elle, haletante.
- Tu me remercieras quand nous serons tiré de ce guêpier, la contredit le vagabond. Ton soupirant nous a véritablement mis dans de bien vilains draps !
- Shiryu, s’écria la jeune fille. Qu’a-t-il fait ?
- Cet inconscient, plutôt que d’appeler les autres Saints de bronze en renfort, n’a rien trouvé de mieux que d’attaquer les gouverneurs de front. Dire que, de nous deux, il était sensé être le plus réfléchi. Si je ne t’avais pas tiré de cette cellule, il a fort à parier que Huang t’aurait aussitôt faite exécuter.
Shun-reï, un peu émue par l’esprit chevaleresque de son bien-aimé, demanda à Okko :
- Où est-il ?
- A quelques kilomètres de notre position actuelle. Ne t’inquiètes pas, nous allons le rejoindre de ce pas. Huang a déjà dû lâcher ses chiens de chasse à sa poursuite. Crois-moi, nous ne serons pas trop de deux pour les vaincre.
- Okko, clama l’adolescente. Je savais bien que tu n’étais pas aussi mauvais que tu le prétendais.
- Je ne partage guère cet avis, annonça une voix criarde. Une chose est certaine, tu n’es pas un homme de confiance ! J’ai été bien avisé de suivre tes moindres faits et gestes !
Venant de nulle part, un gouverneur apparut devant les deux jeunes gens.
A courir après les problèmes, ceux-ci avaient fini par rattraper Okko.
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Lun 17 Déc - 13:26 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

6/ Honneur bafoué

Le gouverneur céleste, qui avait eu la brillante idée de pister Okko, était un guerrier plus petit que la moyenne. Portant une armure un peu tape-à-l’œil, ce combattant avait des cheveux vert sombre, coiffés en pique. Dépourvus de sourcils, il avait les dents qui avancés légèrement et une expression mauvaise dans le regard. Okko, nullement surpris par son intervention, lui dit :
- Lei ! De tous les fantassins de Huang, il a fallu que ce soit toi qui nous découvres ! Dis-moi, as-tu prévu, cette fois encore, de marchander ta vie contre quelques friandises ?
Le dénommé Lei, écumant de rage, se rappela sa première rencontre avec Okko. Voici quelques années, il terrorisait avec Wei et Kei, ses deux frères cadets, les habitants de la vallée. Mais Okko, qui n’était encore qu’un enfant, les avait vaincus et ridiculisé. Depuis ce jour, les trois jeunes gens s’étaient imposés un entraînement draconien, qui porta ses fruits. Récompense suprême, le seigneur Huang les choisit même pour devenir gouverneur céleste.
- Ferme-là, vociféra Lei. Je ne suis plus le freluquet que, jadis, tu as si facilement vaincu !
- J’en doute sincèrement, répondit Okko. Shun-reï, accorde-moi une minute. Dès que je me serais débarrassé de cet avorton, nous rejoindrons Shiryu.
- Parfait, se réjouit son antagoniste. Depuis le jour où j’ai appris que tu allais rejoindre nos rangs, j’ai rêvé de cet instant. Je savais que, tôt ou tard, tu commettrais un impair qui me permettrait de te confondre. En garde ! Moi Lei, gouverneur céleste du coq, vais te corriger !
Deux longues lames incurvées, placées sur les avant-bras du gouverneur, se positionnèrent à angle droit de ses poignets. Okko, en posture de combat, lui envoya alors :
- Tes frères et toi avaient toujours été et êtes encore des minables. Si Shiryu les as rencontré, il n’a dû faire qu’une bouchée d’eux.
- Je t’ai dit de la fermer ! Meurs !!
Le frère aîné de Wei se jeta sur Okko. De ses lames, il tenta de faucher le poitrail de son rival. L’intéressé, l’évitant comme un torero, se retrouva dos à lui.
- Tu n’as guère progressé, annonça le vagabond. Tes attaques sont toujours aussi ridicules !
- Tu parles sans savoir, répondit le gouverneur du coq, en se redressant légèrement. Jette donc un œil à l’effigie de ton torse !
Etonné, Okko baissa les yeux. La protection de son torse, effectivement, était creusée par deux profondes lacérations. Les effleurant du bout des doigts, le rival de Shiryu répliqua :
- Ce n’est pas si mal ! En d’autres circonstances, j’aurais peut-être pris plaisir à t’affronter plus longuement ! Malheureusement pour toi, mon temps est précieux ! GRIFFES DU TIGRE !!!
Sur les starting-blocks, Okko décocha, en se retournant, sa plus terrible attaque à son concurrent. Cependant celui-ci, dans un effort désespéré, plaça ses bras en croix devant lui et tenta, ainsi, de contenir le flux dévastateur. Reculant sur trois bons mètres, il y parvint par miracle et, les bras tremblants, lança à son antagoniste :
- Un grand combattant doit être capable de résister contre vent et marées aux coups de ses ennemis ! Voyons si tu sauras faire de même ! BLOOD DANCE !!!
Tourbillonnant sur lui-même, Lei repartit à la charge. Okko, qui ne s’en laisse pas facilement conter, se jeta aussi dans la mêlée. Mais Lei, véritable tornade humains, l’accueillit d’une pluie de coups. Lacéré de toute part, le gouverneur du tigre dut faire machine arrière.
Le frère de Kei, qui ne l’attendait pas de cette oreille, se jeta à sa poursuite et lui infligea une nouvelle correction. Toute à sa rotation, il heurta Okko de plein fouet et l‘encastra dans un arbre millénaire. Lei, profitant du choc, se dirigea encore vers lui et, clou du spectacle, lui planta ses deux lames dans les épaules.
- Tigre ou non, tu as trouvé ton maître, annonça-t-il. Je vais te tailler en pièces !
Voulant mettre sa menace a exécution, Lei tenta d’arracher ses armes des chairs sanguinolentes de son ennemi. Néanmoins, Okko, comme l’avait fait autrefois Shiryu avec le bras de Shura, contracta ses muscles. Bloquant les lames du gouverneur du coq, il ouvrit des yeux revanchards et proclama :
- C’est l’une des rares leçons que j’ai retenu de l’enseignement étriqué du vieux maître : « Un taureau n’est rien, s’il a les cornes plantés dans un rocher » ! GRIFFES DU TIGRE !!!
Du poing droit, Okko souleva son ennemi du sol et déversa sur lui toute sa puissance. Décontractant ses muscles, il relâcha ensuite ses armes. Lei, le torse meurtri par une large blessure, retomba lourdement en arrière. Du sang dans la gorge, il dit à son vainqueur :
- Bravo… Une fois de plus, je n’ai pas été à la hauteur…
Okko, s’agenouillant à ses côtés, lui répondit :
- Je retire ce que j’avais dit. Tu n’es pas un minable. Lei, gouverneur du coq, tu es un grand guerrier.
L’intéressé, une larme coulant sur sa joue, décrispa les mâchoires et murmura :
- Merci…
Le gouverneur du tigre, saluant son courage, ferma les yeux de son infortuné adversaire. Puis, rejoignant Shun-reï, il reprit le fil de leur conversation :
- Allons-y ! Shiryu se languit de ta présence !
- Mais… Et tes blessures ?
- De simples égratignures, rétorqua le fier jeune homme. En comparaison des épreuves qui nous attendent, ces écorchures sont bien peu de choses !
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 08:15 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

7/ Seul contre tous

Le brasier de Han s’était, avec le temps, transformé en un titanesque incendie. Par chance, trois gouverneurs d’allure diverse, parvenu sur les lieux, s’improvisèrent soldats du feu. L’un d’eux, plus subtil que ses comparses, mit au point un habile stratagème.
En creusant un large fossé autour de l’incendie, il endigua sa fureur galopante. Puis, avec l’appui de ses congénères, il provoqua une explosion qui asphyxia le monstre de flammes. Quand les flammes furent retombées, les trois larrons se décidèrent enfin à rechercher d’éventuels survivants. Après quelques minutes, l’un des gouverneurs, un guerrier longiligne au visage émacié, lança à la cantonade :
- Par ici, je les ai trouvé !
Les deux gouverneurs célestes, suivant la voix de leur semblable, aperçurent trois corps calcinés. Facilement identifiables par les différentes armures qu’ils portaient, c’étaient les dépouilles des gouverneurs du chien, du cochon et du lièvre. Près d’eux, sur un lopin de terre à peine roussi par le feu, ils aperçurent également le corps du Saint du Dragon.
- Il n’a pas même une brûlure, lança le premier gouverneur à ses frères d’armes. Pourtant, il est bel et bien mort. Qu’a-t-il bien pu se passer ?
L’homme qui avait dirigé les opérations d’extinction du brasier, tâta le pouls du Saint. Caressant l’herbe sur laquelle il reposait, le suiveur de Huang proposa :
- C’est pourtant enfantin ! Shiryu a suivi le même raisonnement que moi. Pour lutter contre les flammes, il les a simplement privé de leur seul « carburant » : l’oxygène.
- Comment ?!
- Observez le cercle parfait sur lequel il se trouve, reprit le théoricien. Le sol est à peine chaud et l’herbe toute juste recroquevillée. Shiryu, pour ne finir carboniser par le brasier de Han, a tout bonnement crée une bulle de vide absolu. En faisant exploser son cosmos, il est parvenu à repousser toutes les particules d’oxygène sur un court rayon. Ainsi, les flammes n’ont pu se propager jusqu’à lui et l’ont épargné. Mais, malheureusement pour lui, l’incendie a duré si longtemps qu’il a fini par s’asphyxier lui-même. Quel gâchis ! C’était visiblement un homme intelligent et débordant de ressources !
- S’il avait été si intelligent, il n’aurait pas tenu tête au seigneur Huang, répliqua un autre guerrier, jouant avec sa courte flûte à bec. Bien. Qui va se charger du transport ?
- Je m’occupe de cette tâche ingrate, intervint l’homme au visage émacié. Ainsi, vous pourrez vous charger de récupérer les armures de Han et des autres.
- Cela peut attendre, riposta le leader, en démêlant machinalement son épaisse chevelure. Le seigneur Huang nous a seulement demandé de lui ramener ce félon. Nous reviendrons plus tard pour les mettre en terre. Entre-temps, le vent pourra disséminer cette écoeurante odeur de chair brûlée.
Se rangeant à l’avis de leur chef d’escouade, les deux gouverneurs approuvèrent. Chargeant Shiryu sur les épaules de Po, le gouverneur de la chèvre, les trois compères prirent le chemin du palais.

Une demi-heure plus tard, le petit bataillon crapahutait sous la lueur blafarde de l’astre d’Artémis. Pour briser la monotonie du périple, Xiu, gouverneur céleste du rat, porta sa flûte à ses lèvres. La triste mélodie qu’il joua, plutôt que d’arracher des compliments à Po, lui fit dire :
- J’espère que cette ritournelle n’attirera pas à nous tes horripilants compagnons ! Sauf le respect que je te dois, je n’aime guère être confronté à tes…
Volant la vedette à Po, Okko venait d’apparaître au détour du sentier. L’air absent, il contemplait les étoiles et sembla ne pas remarquer la présence du trio et de leur précieux « colis ».
- Okko, s’étonna Xiu. Que fais-tu si loin du palais ? Sa seigneurie t’a-t-elle envoyé aux nouvelles ?
- Si l’on veut, répliqua l’intéressé, sans détacher son regard de la voie lactée. En vérité, je…
- Shiryu ! Non !!
Shun-reï, surgissant d’un fossé, se précipitait vers l’élu de son cœur. Okko, l’agrippant par le poignet, le retint in extremis. Furieux, il la gourmanda :
- Triple idiote ! Je t’avais dit de rester à couvert !
Les gouverneurs du rat et de la chèvre, désarçonnés par ce revirement incompréhensible, s’interrogèrent du regard. Leur meneur, lui, croisa sereinement les bras et déclara :
- Okko, tu révèles enfin ton véritable visage. A vrai dire, je me doutais depuis longtemps que tu ne jouais pas franc-jeu avec nous.
- Tu es très perspicace, répliqua le vagabond. Je suppose que tu as également deviné pourquoi je me dresse sur votre route ?
- Oui ! Tu veux récupérer la dépouille de Shiryu !
- Dépouille, répéta Shun-reï, tombant à genoux. Impossible, il ne peut être…
- Si, la coupa Po, en levant bien haut le corps du Saint de bronze. Ce parjure est déjà passé de vie à trépas ! D’ailleurs, il n’a eu que ce qu’il méritait !
Fronçant les sourcils, le gouverneur du tigre foudroya son interlocuteur du regard. Sans crier gare, il se précipita sur lui et lui décocha un terrifiant coup de coude au visage. Le nez brisé, le pauvre Po n’était pas encore tiré d’affaire. Son adversaire, d’un tourbillon d’énergie, le projeta dans les cieux. Okko, rattrapant le corps de Shiryu au vol, fit alors trois pas de côtés. Ensuite, il déposa la dépouille de son rival de toujours devant une Shun-reï éplorée.
- Ne t’inquiètes pas, la rassura-t-il. Nous allons le sauver !
Okko dégrafa la gourde accrochée à sa ceinture. La confiant à son « amie » d’enfance, il rajouta :
- Voici de l’eau de la source de Jandara. Si une étincelle de vie brille encore en lui, cette eau miraculeuse devrait suffire à raviver la flamme de son cosmos. Veille bien sur lui. Pendant ce temps, je vais m’occuper de ces joyeux drilles.
La jeune fille, tentant le tout pour le tout, versa le contenu de la gourde dans la gorge de son soupirant. Le leader du trio, qui répondait au court patronyme de Mâ, lui fit alors remarquer :
- Vous perdez votre temps. Les résurrections sont l’apanage des dieux. Nous autres, humbles mortels, ne sommes pas initiés à l’emploi de pareils miracles.
- Visiblement, tu ne connais pas Shiryu. Au cours des innombrables batailles qu’il a livré, il a presque aussi souvent ressuscité à la vie que le fameux Saint du Phénix. Mieux encore, il est parvenu à revenir sain et sauf d’Elysion, le fief de l’empereur Hadès.
- Tu te berces de douces illusions, critiqua Mâ. Mais, et toi Okko ? Crois-tu pouvoir défier encore bien longtemps la faucheuse ?
Mâ et Xiu, près à en découdre, s’avancèrent vers le trio de Rozan. Po, également, semblait vouloir remonter sur le ring. Le gouverneur du tigre, impassible, murmura :
- Toujours au mauvais moment, au mauvais endroit…
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Sorensen
Bronze Saint Confirmé
Bronze Saint Confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2007
Messages: 5 133
Localisation: Hell
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Ascendant: Vierge
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 32 724
Moyenne de points de Cosmos: 6,38

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 11:10 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

Génial!! Okay Effectivement, cette version est meilleure que l'autre. Razz J'ai bien aimé l'idée du sacrifice du lièvre qui rappelle la légende qu'avait racontée à Shiryû le Vieux Maître. Very Happy

Okko seul contre 3 adversaires... Que va-t-il se passer? Peut-être que Shiryû va se relever pour l'aider.

La suiteeeee!!
_________________
Voici que le temps fait son oeuvre. Un jour, les larmes seront taries, les fureurs éteintes, les tombes effacées. Mais il restera la France.


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 17:50 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

8/ Nœud Gordien

Po, le visage barbouillé de sang, se releva d’un bond. Le visage injecté de sang, il devança ses compagnons et proclama :
- Ne vous en mêlez pas ! Okko est à moi !
- J’en doute, répondit Mâ. Po, tu as joué et tu as perdu ! L’heure est venue de subir le retour de manivelle de ton cuisant échec ! RING NICK !!!
Un anneau de jade, assorti à l’armure de Mâ, se matérialisa autour du cou du gouverneur de la chèvre. L’anneau, mû par une volonté propre, commença à rétrécir, entaillant ainsi la carotide du pauvre Po.
- Pourquoi… gémit-il. Il ne m’avait pas vaincu… Ah !!!
Dans une horrible gerbe de sang, la veine jugulaire du gouverneur céleste explosa. Le rival de Shiryu, pris de pitié, annonça :
- Huang vous a bien dressé ! Même toi Mâ, qui a la réputation d’être un esprit supérieur, n’hésite pas une seconde à mettre en pratique ses doctrines barbares et cruelles !
- Barbares, releva le gouverneur céleste du cheval. Je ne vois pas en quoi cette forme d’eugénisme serait barbare ! En évinçant les faibles de notre armée, nous opérons, au contraire, une inévitable forme de sélection naturelle. Cette épuration permet à notre seigneur de toujours avoir une garde d’honneur d’exception, constituée d’êtres brillants et inflexibles.
- Huang est dément, riposta Okko. Il est donc normal que ses suiveurs le soient également…
- Tes émotions prennent le pas sur ton sens du raisonnement, répondit Mâ. En définitive, tu n’es qu’un animal apeuré. Tu relèves donc du domaine de compétence de Xiu. Qu’en penses-tu, mon ami ?
- J’adhère à tes opinions, approuva le gouverneur du rat, en se saisissant de sa flûte. Je me dois de châtier ce dégénéré !
Xiu, jouant une mélodie hypnotique, fit grimper son cosmos à son paroxysme. Okko, peu mélomane, allait lui faire avaler son instrument, quand un vacarme assourdissant résonna à ses oreilles. Dans un tremblement apocalyptique, des milliers de rats sortirent de la forêt et se dirigèrent vers le flûtiste. Jaillissant de chaque aspérité du sol, de chaque taillis du sentier, ce fut bientôt une véritable mer grouillante qui se présenta au vagabond. Ce dernier, révulsé, les vit venir à lui en masse compacte. Débordé de toutes parts, il se retrouva entraîné, tel un naufragé, par ce raz-de-marée animal.
- J’accompagne ce renégat jusqu’à se dernière demeure, dit Xiu à son chef d’escouade. Tu n’y perds pas au change. Te voilà en bien galante compagnie.
Sur ces entrefaites, le gouverneur grimpa sur un arbre mort qui, au milieu de cette vague horrible, faisait presque figure de radeau de la méduse. Capitaine improbable, il commanda à ses rats, par l’entremise de sa flûte enchantée, de le conduire vers l’horizon. Les rats, enrôlant Okko dans leur marche forcée, disparurent dans un fracas épouvantable.
- Gente dame, lança Mâ à Shun-reï, encore tétanisée par cette vision de cauchemar. Nous voici donc en tête-à-tête. N’ayez craintes, je suis un parfait gentleman.
L’orpheline de Rozan, recouvrant ses esprits, se plaça en barricade devant son tendre compagnon.
- Je n’ai pas peur de vous, s’écria-t-elle. Moi vivante, vous n’emporterez pas son corps !
- Hum, belle et courageuse, constata le gouverneur du cheval. Ce joli minois cache-t-il, également, un semblant d’intellect ? RING NICK !!!
Par quelques mouvements savamment étudiés, Mâ fit apparaître trois larges anneaux de jade entre ses mains. Créations qu’ensuite, il projeta nonchalamment en direction de la jolie Shun-reï. Les anneaux, tels des serpents translucides, s’enroulèrent autour de la fine gorge et des bras menus de la jeune fille. S’entremêlant les uns aux autres, ils formèrent une figure géométrique ressemblant à un casse-tête géant. Justement, Mâ se fendit de quelques précisions en ce sens :
- Ma chère, dit-il, à la différences de mes emportés comparses, j’exècre à employer la force si cela n’est pas nécessaire. Aussi je voudrais vous proposer ceci : si vous parvenez à vous défaire de ces anneaux, je suis disposé à fermer les yeux et à vous laisser partir de notre royaume. Qui plus est, je vous autorise, en cas de réussite, à disposer du corps de votre bien-aimé comme bon vous semblera.
- Comment ? s’écria Shun-reï, qui peinait à en croire ses oreilles. Vous m’autoriseriez à l’emmener loin d’ici ?
- Je m’y engage sur mon honneur de gouverneur céleste. Mais, encore faudrait-il que vous puissez résoudre ce casse-tête. Croyez-moi, ce défi ne sera pas une sinécure.
Shun-reï, qui n’avait plus rien à perdre à croire les dires de cet ennemi atypique, tenta de désolidariser les anneaux. Cependant, elle constata bien vite que l’épreuve était truquée. Chaque anneau était si parfaitement enchâssé dans les deux autres, qu’il était impossible de les séparer d’une manière ou d’une autre.
- Vous vous êtes moqué de moi, réalisa l’adolescente. Ce défi est insoluble !
- Oseriez-vous prétendre que je me serais ri de vous, ricana le gouverneur céleste. Impudente ! RING NICK !!!
Les anneaux, comme ce fut le cas pour Po, commencèrent à rétrécir. Shun-reï, prise au piège, ne poussa pas même un cri. Se sachant condamnée, elle murmura seulement le nom de son bien-aimé. Mâ, cynique, commenta alors :
- Pauvres jeunes gens ! Vous ne faites penser à ces oiseaux que l’on nomme « inséparables ». Et, comme pour toute histoire d’amour qui se respecte, la vôtre aura pour épilogue une pluie de larmes et de sang.
Alors que quelques gouttes de sang commençaient à perler de la gorge de Shun-reï, elle fut sauvée par ce qui, au théâtre, porte le nom de deus ex machina. Un rayon doré, sectionnant les anneaux, la libéra de l’étreinte mortelle. Basculant sous l’impact, elle atterrit dans les bras de son seul et unique prince charmant : Shiryu. Encore sous le coup de l’émotion, elle demanda :
- Shiryu… Est-ce bien toi ? Suis-je déjà arrivé dans l’autre royaume ?
- Non, lui murmura doucement le Saint du Dragon. Nous sommes encore sur cette bonne vieille terre. Et sache-le, je suis aussi vivant que tu ne l’es !
Se blottissant contre le torse du Saint, Shun-reï pleura de joie. La déposant sur le sol, le disciple de Dohko ajouta :
- Repose-toi, à présent. J’ai encore une mission à accomplir : corriger l’homme qui t’a ainsi fait souffrir.
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Chrysos
Disciple Assidu
Disciple Assidu

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 272
Balance (23sep-22oct) 猴 Singe
Point(s) de Cosmos: 5 759
Moyenne de points de Cosmos: 21,17

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 21:19 (2007)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée) Répondre en citant

9/ Union sacrée

- Comme tout ceci est prévisible, critiqua le gouverneur du cheval. Le dragon intrépide, percevant la détresse de sa dulcinée, est revenu des flammes de l’enfer pour la sauver. Mais, le plus écoeurant reste ce dialogue mielleux et parfumé à l’eau de rose.
Shiryu, se relevant lentement, jeta un regard terrifiant à Mâ. L’aura en exergue, il fondit sur son opposant et lui frappa le visage du plat de son bouclier. Le gouverneur, se rétablissant sans mal, lui dit :
- Quelle fougue ! Je m’attendais à un peu plus de retenue de ta part, Shiryu ! N’es-tu pas le pivot et l’élément stabilisant de votre ridicule formation de sauveurs de la veuve et de l’orphelin ?
- Tu vas regretter de t’en être pris à elle, rétorqua seulement le Saint, un éclat sinistre dans les yeux.
- Permets-moi d’en douter ! RING NICK !!!
Mâ, qui préférait ne pas sous-estimer ses ennemis, expédia une ribambelle d’anneaux paralysants à Shiryu, lequel les détruisit d’une simple COLERE DU DRAGON.
- Je vois, concéda le gouverneur. Tu es tel Alexandre le grand qui, plutôt que de démêler le nœud Gordien, l’a sauvagement tranché de son épée. Mais cette logique guerrière ne sera plus d’aucun secours. JADE QUARTER !!!
Les débris de jade, que Shiryu prenaient grand soin de piétiner, s’animèrent. Fusionnant les uns avec les autres, ils se transformèrent en quatre sphères, imprimées chacune d’un symbole représentant un point cardinal. Virevoltant autour du Saint, elles projetèrent sur lui un mince fil de jade.
Ces fils saisirent Shiryu aux chevilles et aux poignets. Avant qu’il n’ait eu le temps de réagir, les sphères s’étaient déjà envolées dans les airs. Plaçant le corps de Shiryu à l’horizontale, dans la position typique de l’écartèlement, chaque sphère tenta de regagner le point cardinal dont elle portait le nom.
- JADE QUARTER, reprit Mâ. Rien de tel qu’un bon vieil écartèlement pour inculquer une leçon de savoir-vivre à un homme. Quand tes membres auront été arrachés, je doute fortement que tu veuilles de nouveau jouer les héros rédempteurs.
- Jamais, hurla le Saint de bronze. Yah !!!
Pour se défaire de l’emprise de ces sphères maudites, Shiryu tenta de les détruire, en libérant sur elles toute l’étendue de sa puissance. Mais celles-ci, inaltérables, lui réexpédièrent aussitôt son énergie sous la forme de quatre électrochocs vivifiants.
- Mauvaise idée, le sermonna Mâ. Le JADE QUARTER est une mécanique bien huilé et qui, de plus, fonctionne en circuit fermée. Toute l’énergie que tu pourras déployer, aussi importante soit-elle, ne servira qu’à te torturer davantage. Je ne saurais trop te conseiller de te laisser aller. Tu verras, ce n’est qu’un mauvais moment à passer.
- Si… Si seulement je pouvais utiliser EXCALIBUR, gémit Shiryu, dont les articulations commençaient à craquer.
Subitement, le Saint eut une autre idée. Au pied du mur, il se débarrassa de l’intégralité de son armure. Curieusement, il se trouva ainsi libéré du JADE QUARTER, au grand effarement de Mâ. Se laissant tomber vers ce dernier, il cria :
- L’heure est venue de payer pour tes méfaits ! CENT DRAGONS !!!
Le gouverneur céleste, impuissant, fut balayé comme un fétu de paille par les cent dragons furieux. L’armure brisée, Mâ rampa sur quelques mètres et leva les yeux sur son triomphant vainqueur.
- Comment… comment as-tu pu… gémit-il.
- C’est très simple, débuta le Saint. J’ai réalisé que tes sphères n’étaient que de gigantesques aimants. Chacune d’elle était repoussée par la sphère opposée, le nord par le sud, l’est par l’ouest, etc.… C’est très ingénieux, en ce sens que toute l’énergie que j’employais pour les détruire ne servait qu’à renforcer la poussée magnétique qui s’exerçait entre elles. Mais ta technique avait un point faible : ces fils de jade qui me retenaient prisonnier. L’armure du Dragon protégeant les parties de mon corps qu’ils enserraient, il m’a suffit de me délester de celle-ci pour me libérer.
- Ce n’était pas un point faible… le contredit Mâ. Aucuns Saints… si fiers qu’ils sont de leurs flamboyantes armures… n’auraient pris le risque de se séparer… d’elles à un instant aussi… critique…
Le gouverneur venait de rendre son dernier souffle. Okko, la flûte de Xiu à la main, apparut alors derrière lui et ajouta :
- Les armures ne sont que des paravents. Un véritable guerrier doit savoir triompher, même s’il se retrouve dépourvu de cette chrysalide. N’est-ce pas l’une des leçons redondantes du vieux maître ?
- Je croyais que tu avais renié son enseignement, lui fit remarquer Shiryu.
- Ces conseils surannés sont parfois utiles, admit le vagabond, en songeant à son duel contre Lei. Mais je n’ai eu besoin d’aucune métaphore pour vaincre Xiu. En lui arrachant sa flûte, j’ai seulement privé ce roitelet du pouvoir avilissant qu’il exerçait sur ses sujets. D’ailleurs, ceux-ci se sont immédiatement révoltés et ont taillés en pièce ce souverain d’opérette.
Shiryu, l’ombre d’un sourire sur les lèvres, tendit la main à son co-disciple et lui dit :
- Je te remercie d’avoir tirer Shun-reï des griffes de Huang. En mon for intérieur, je savais pertinemment que tu ne pouvais avoir rejoint un maître aussi tyrannique sans une bonne raison.
- Excellente, en effet, admit Okko. En vérité, ce tyran m’a sauvé la vie. Après notre combat, l’un de ses hommes est venu déterrer ma dépouille et l’a amener devant ce triste individu. Pour me ramener à la vie, il employa la même eau qui, autrefois, te permit de recouvrer provisoirement la vue. Cette eau qui, cette fois encore, a usé de ses vertus miraculeuses pour te tirer du froid royaume de l’oubli. Mais, plus j’y réfléchis, plus je me dis que cette eau n’est qu’un placebo. Dans mon cas, c’est ma rage légendaire qui m’a permis de me relever. Et, pour ta part, c’est probablement un sentiment plus doux.
Shun-reï, les jambes un peu flageolantes, s’approchaient des deux rivaux et posa ses fines mains sur les leurs.
- Le vieux maître serait si heureux de vous voir réconcilier, dit-elle.
- Réconcilier, s’étonna Okko. Je n’ai rien dit de tel ! Shiryu et moi avaient seulement signé une trêve provisoire. Dès que nous aurons débarrassé cette planète de la menace que représente Huang et ses séides, je compte bien lui rappeler la vieille promesse qui nous unis.
- Vous allez répartir au combat, s’écria la jeune fille. Mais, c’est de la folie ! Vous tenez à peine debout ! Pourquoi ne rentreriez-vous pas à Rozan pour vous reposer ? En prévenant Seiya et les autres, vous seriez…
- Merci de ta sollicitude, lui répondit Shiryu, en lui posant les mains sur les épaules. Mais, tu le sais parfaitement, nous ne pouvons plus reculer. Si nous fuyons aujourd’hui, Huang disparaîtra dans la nature. Il aura ainsi tout loisir de reformer les rangs de son armée. Tu as vu de tes yeux la cruauté dont il fait preuve, même envers ses plus fidèles serviteurs.
- Très bien, acquiesça Shun-reï. Promettez-moi seulement d’être prudents.
- Je te le jure…
- Navré d’interrompre un aussi touchant spectacle, s’immisça Okko. Mais je vous rappelle que le temps joue contre nous. Shiryu, autant te prévenir, le pire est encore à venir. Tous les soldats de Huang que tu as pu affronter ne sont que des enfants de chœur, en comparaison des trois derniers gouverneurs Célestes. Ils sont les cartes maîtresses du tyran. A ce sujet, j’estime que nous devrions nous rendre au palais par deux chemins différents. Cela leur fera toujours perdre un peu de temps et les obligera à se battre sur deux fronts. Rendez-vous au palais !
Okko, se sentant de trop, déguerpit sans demander son reste. Shiryu, se revêtant de son armure, lança à sa dulcinée :
- Shun-reï, la nuit est ta meilleure alliée. Dans la pénombre, les gouverneurs ne pourront te localiser. Il faut donc que tu quittes ce royaume sans attendre. Si tu n’as eu aucune nouvelle de nous à l’aurore, fait prévenir la déesse Athéna.
- Attends une minute Shiryu.
Shun-reï s’approcha de son bien-aimé et lui donna un tendre baiser sur les lèvres. Le Saint, malgré l’urgence de la situation, aurait voulu que cet instant dure toujours.
_________________
- Where's Bian?
- Bian is in the ki... is in front of the North pacific's pillar.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:39 (2017)    Sujet du message: The dragon story (version remaniée)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Disciples d'Athéna Index du Forum -> Saint Seiya -> Discussion, Dossier, Fanfics -> Saint Scénary's (Fanfics) -> Sérieux Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com