Les Disciples d'Athéna Index du Forum
FAQ
Membres
Profil
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Connexion

S’enregistrer
 

Le Retour d'Arès

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Disciples d'Athéna Index du Forum -> Saint Seiya -> Discussion, Dossier, Fanfics -> Saint Scénary's (Fanfics) -> Sérieux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 10:47 (2007)    Sujet du message: Le Retour d'Arès Répondre en citant

Mon disque est raillé, mais bon... C'est du vieux !



Shana pourrait facilement vous donner la définition du bonheur, car depuis la destruction du Diamant Rouge, elle vit dans la joie la plus absolue, auprès de ses frères qu’elle aime de toute son âme. Effectivement, rien n’est plus cher à son cœur que de vivre ainsi, prise entre l’amour de Shun et Ikki, l’amitié fraternel de Seiya et Shiryû, et le tendre amour de Hyôga.
Tout est paisible, et rien ne semble pouvoir perturber la tranquillité de nos héros. Mais, dans l’ombre, un ennemi attend l’heure de sa vengeance, et c’est par l’intermédiaire des Aloades, Otos et Ephialtès, qui espionnent la Fondation 24 Heures sur 24, que ce dernier surveille les agissements des Saints Divins.
Un jour, alors que Shun et Seiya sont dans les jardins de la propriété Kido, une voix mystérieuse se fait entendre aux oreilles d’Andromède : « Elysée…, viens jusqu’à moi, ton maître est de retour, Elysée…, viens, je t’attend… ».
Shun interroge alors son compagnon, pour savoir s’il a entendu cet appel, mais Seiya ne s’est aperçu de rien. Malgré tout, la voix persiste, et le Saint d’Andromède semble être le seul à l’entendre. C’est alors, que Shana sort elle aussi, dans les jardins, et se dirige vers l’extérieur de la propriété. Hyôga et Shiryû, qui se trouvent non loin de là, s’aperçoivent que celle-ci n’est pas dans son état normal, Cygnus a beau crier son nom, elle ne répond pas et continue de marcher comme un zombi vers une destination inconnue.
Shun et Seiya assistent à la scène, et Andromède comprend tout, la voix mystérieuse hypnotise Shana, pour l’attirer loin de la Fondation. Andromède se précipite alors en avertissant ses frères : « Il faut l’empêcher d’aller plus loin, quelqu’un est en train de l’hypnotiser, et je suis sûr qu’il s’agit d’Arès, car lui seul donne le nom d’Elysée à Shana. »
Tous comprennent la gravité de la situation, et se précipitent pour retenir Shana. Celle-ci est entièrement hypnotisée, le regard sans vie, elle obéit à l’appel, que seul Shun et elle, peuvent entendre.
Hyôga, attrapa alors sa fiancée, pour la forcer à n’écouter que sa voix, et ainsi annihiler l’hypnose. Après quelques instants, le plan du Saint du Cygne, porta ses fruits. Les yeux de Shana reprirent leur éclat normal, et c’est en regardant Hyôga, qu’elle finit par pousser un hurlement et s’évanouir. Au même moment, la voix mystérieuse cessa de se faire entendre, et Shun l’annonça, avec soulagement, aux autres Saints.
Toutefois, Seiya se pose une question : « Pourquoi Shun était-il le seul à entendre la voix qui hypnotisait Shana ? ». Et Shiryû, avança une hypothèse, qui se révèle être la bonne explication, à ce phénomène : « Je pense que c’est le fait qu’ils soient jumeaux, leur cosmo-énergies sont pratiquement identiques, et il est fort probable que leurs ondes cérébrales le soient aussi. »
Plus tard, alors que Shana se repose dans sa chambre, les Saints Divins sont réuni autour de la Princesse Saori, celle-ci sent bien que leur dernier ennemi à fait sa réapparition, et que de durs combats auront bientôt lieu : « D’après ce que nous a dit Shun, une seule personne donne le nom d’Elysée à Shana, il s’agit d’Arès, notre plus grand adversaire. Le fait qu’il se soit enfui lors de notre dernier affrontement me poussais à croire qu’il reviendrait, mais je ne pensais pas qu’il le ferait aussi vite. Il va falloir protéger Shana, s’il a essayé de l’attirer auprès de lui une fois, il est certain qu’il recommencera. Nous devons rester vigilant. »
Les Saints de Bronze, Jabu, Nachi, Ichi, Géki et Ban demandèrent à Athéna l’autorisation de veiller sur Shana, en se postant devant la porte de sa chambre, et devant sa fenêtre, à l’extérieur de la Fondation. La Déesse accepta, pensant qu’il valait mieux que ses Saints Divins se reposent, afin d’être en pleine forme pour affronter Arès.
Le lendemain matin, Shana se réveille un peu désorientée, et sans le moindre souvenir des événements de la veille. Elle est seule dans sa chambre et s’aperçoit de la présence d’une robe d’une blancheur divine. Et, comme attirée, elle s’en approcha et la revêtit. Soudain, la robe devint entièrement noire, et une étrange téléportation fit disparaître la jeune fille.
Alerté par le crie de Shana, Jabu entra dans la pièce et avertit les Saints Divins de sa disparition. Tous partirent alors à la recherche de leur sœur, tout en se demandant, ce qu’il s’est passé pour qu’elle disparaisse ainsi sans laisser de trace ?…
Mais loin de là, dans un Temple Antique, Shana se trouve inconsciente dans les bras d’un homme mystérieux. La robe, que porte celle-ci, est entièrement devenue noire, et, quelques minutes plus tard, la jeune fille se réveille dans une chambre du Temple, sous le regard de l’homme en question, qui finit par lui révéler son identité : « Bonjour Elysée, as-tu bien dormi ?… Tu ne sembles pas me reconnaître ? ! Mais il est vrai que mon apparence a changé depuis notre dernier face à face ! Je suis le Dieu de la guerre, et j’ai enfin retrouvé mon corps initial, grâce à mes Démons, qui se sont réveillés, suite au combat qui m’a opposé à Athéna. »
Shana devine alors le nom de celui qui se dresse devant elle : « Arès ? !… Vous êtes revenu ! Pourquoi, qu’allez vous faire ? Déclencher une nouvelle bataille ? !… Athéna ne vous laissera pas faire. »
Le Dieu explique alors, avec beaucoup de plaisir, ses ambitions et son plan pour y parvenir : « Oui, je vais déclencher une nouvelle bataille, en ce moment même, tous les humains de la planète développent un puissant sentiment de haine à l’égard des autres humains. Petit à petit, cette haine sera si forte, que des guerres éclateront un peu partout, mettant la Terre à feu et à sang. Et ainsi, j’imposerai mon règne sur toute la planète. Et Athéna va, sans le savoir, m’aider dans ce projet. Bientôt, le messager, que j’ai envoyé, avertira ta Déesse de ce qui est en train de se produire sur la Terre. Avec sa grande bonté et son esprit de sacrifice, elle tentera de contrer le pouvoir de la haine, en s’aidant de son cosmos remplit d’amour et de chaleur. Seulement, au bout de 24 Heures, elle sera si faible, qu’elle mourra, me laissant ainsi, seul maître de la planète. Tandis que toi, dans le même laps de temps, tu deviendras mon esclave pour l’éternité, car tu portes la célèbre robe empoisonnée Harmonie. Et lorsque Athéna mourra, j’aurai le contrôle de ta mort et de ta vie. Bien sûr, tu pourrais te suicider, pour tenter de m’échapper, mais la robe t’en empêchera grâce à ses pouvoirs. Ta seule chance serait de mourir autrement que par le poison d’Harmonie. Pour cela il faudrait que l’un de tes chers frères te tue avec ma propre épée, symbole de toutes mes victoires. Mais même, si toi tu as pu te donner la mort, pour rendre la vie au Saint de Pégase, je doute qu’un seul d’entre eux soit capable de te porter un coup mortel. Et même s’ils le pouvaient, ils ne trouveront jamais le Cimetière de Sang, où l’Epée de la Guerre se trouve depuis des millénaires. »
Pendant ce temps, à la Fondation, un certain Cadmos, informe Athéna des intentions du Dieu de la guerre, et du déploiement de son cosmos de haine et de violence sur toute la Terre. Celle-ci, n’hésite pas un seul instant, et se rend sur le Mont Fuji, pour opposer son pouvoir à celui d’Arès. Le Messager retourna, ensuite, au Temple de son Maître, pour informer celui-ci de l’entreprise d’Athéna. Dans la salle du trône, le Dieu se réjouit de la nouvelle : « C’est parfait, tout se déroule comme prévu, à présent je vais méditer pour inonder la planète de mon cosmos de haine et de violence. Cadmos, fasse que l’on ne me dérange pas durant cette période. »
Arès commença alors sa méditation, et Cadmos en profita pour se rendre discrètement jusqu'à la chambre où se trouve Shana. Là, il déclara à la jeune fille : « Venez avec moi Shana, je vais vous aider à fuir cet endroit, il faut que vous partiez pour le Mont Fuji, afin de prévenir Athéna et les Saints Divins, du seul et unique moyen de contrer Arès. »
Shana ne comprend pas, et demande des explications sur ce moyen, dont est en train de lui parler Cadmos. Et celui-ci continue ses dires : « Il faut trouver l’Epée de la Guerre, et avec elle, détruire la robe Harmonie. Ainsi, une grande partie du pouvoir d’Arès sera détruite. Car il contrôle Harmonie, mais il doit pour cela utiliser beaucoup d’énergie, c’est pour cette raison qu’il doit attendre la mort d’Athéna pour s’emparer de la Terre. C’est sans nulle doute une très grave erreur de sa part, que de vouloir vous posséder en plus de la planète. Si je vous aide, c’est à cause de votre ressemblance avec ma sœur, Europe. Arès l’a tuée pour me punir d’une trahison passé, et mon seul regret en vous aidant, est que vous soyez obligée de vous sacrifier pour sauver votre Déesse et l’humanité. »
Plus tard, alors que Cadmos s’apprête à laisser Shana se diriger seule vers le Mont Fuji, celui-ci se rappela un détail qui l’oblige à accompagner la jeune fille. En effet, Harmonie accélèrera le processus de destruction sur Shana, au fur et à mesure que celle-ci s’éloignera du Temple de la guerre.
Et c’est finalement très affaiblit que la jeune fille arrive auprès d’Athéna et des Saints Divins, qui restent, hélas, impuissants face aux événements.
Tous se précipitent autour de leur sœur, heureux et surpris de sa présence sur le Mont Fuji. Athéna est atterrée par le fait que Shana porte la robe Harmonie, mais l’est encore plus par les informations que celle-ci apporte. « Il faut à tout prix que vous trouviez le Cimetière de sang, pour vous emparez de l’Epée de la Guerre. Ensuite il faudra que l’un de vous se serve de cette épée pour me tuer. Il n’y a que de cette façon que vous pourrez vaincre Arès, et c’est aussi le seul moyen pour empêcher que je ne devienne son esclave pour l’éternité. »
Les Saints refusent d’y croire, et pensent qu’il doit bien exister une autre solution. Mais, Cadmos insiste sur le fait, qu’il n’y a hélas, aucune autre façon d’agir s’ils veulent sauver Athéna, la Terre, et empêcher que Shana soit l’esclave éternelle du Dieu de la guerre.
Soudain, Athéna ordonna à Shana : « A présent, retourne au Temple de la guerre, car tant que tu en resteras éloignée, Harmonie s’acharnera à te faire souffrir. Et puis de toute façon, Arès ne te laissera pas rester loin de lui très longtemps… »
Et, en effet, sur ces mots, surgissant dans toute sa splendeur divine, Arès prit la parole : « Tu as entièrement raison Athéna, Elysée va venir avec moi. » Puis se tournant vers Cadmos : « La punition que je t’ai infligé pour ta première trahison, ne semble pas t’avoir suffit ! J’aurais pourtant cru que la mort de ta sœur, était un châtiment suffisamment important, pour t’empêcher de recommencer, mais comme il semblerait que cela ne soit pas le cas, je vais devoir punir Elysée pour la faute que tu viens de commettre, c’est elle qui versera ses larmes pour expier ton erreur. » Et, se retournant vers les Saints Divins, envoya l’un de ses Aiguillons de la Mort sur Shun, qui n’a hélas pas le temps d’esquiver, et reçoit violemment l’Aiguille dans la jambe droite. Andromède s’effondre sous la douleur, alors que Shana, emmenée de force par Arès, ne cesse de crier son nom. Cadmos n’est pas insensible aux larmes de la jeune fille, et, comprenant à quel point le Dieu de la guerre peut être cruel et sans pitié, promet à Shana de s’occuper de son frère.
Et c’est sur ces dernières paroles, qu’Arès emmena la jeune fille, tout en lui disant : « Un seul Aiguillon, ne peut pas le tuer, mais seulement le faire souffrir un peu, alors cesse ces cris et ces larmes, de toute façon ça n’y changera rien. »
Cadmos veut soulager la souffrance du Saint d’Andromède, pour tenir la promesse faite à Shana, pour cela il s’approche de Shun, et à l’aide de sa cosmo-énergie, apaise la douleur, et dit : « Il sait combien Shana vous aime, c’est pour cette raison qu’il s’est attaqué à l’un de vous. Arès est peut-être un Dieu Violent, mais il connaît la psychologie humaine, et cela fait de lui un être redoutable, car s’il peut faire souffrir ses adversaires physiquement, il peut surtout les faire souffrir psychologiquement. »
C’est alors que Ikki, déclara sur un ton grave et solennel : « Il nous faut trouver le Cimetière de Sang et l’Epée de la Guerre, avant qu’il ne soit trop tard, nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer. La paix du monde, la vie d’Athéna et le sort de notre sœur dépendent de notre réussite. »
Cadmos leur révèle alors un détail très important : « Je ne sais pas où se trouve exactement le Cimetière de Sang, mais je sais qu’il se déplace avec Arès, en permanence. Hélas, il est encore plus dur de le trouver, parce qu’il est invisible à l’œil nu. »
Malgré tout, aucun de nos Saints n’est découragé par cette annonce, et ils partent tous dans des directions différentes, pour se donner un maximum de chances.
Pendant ce temps, au palais d’Arès, Shana est inquiète pour son frère et questionne le Dieu de la guerre pour savoir, exactement, ce qui va arriver à Shun.
Le Dieu répond alors avec joie à cette question : « L’Aiguillon de la mort avec lequel je l’ai frappé, ne le tuera pas, mais va réveiller une partie de la puissance d’Hadès qui se trouve enfermée dans son corps, la cruauté du Dieu des enfers va se mettre à mon service. Je le contrôlerai, il sera en mon pouvoir, si bien qu’il oubliera sa véritable identité, ses frères ne représenteront plus que des ennemis à ses yeux, et toi Elysée, malgré le fait que tu sois sa sœur jumelle, tu ne seras qu’une prisonnière de celui qu’il considèrera comme son unique maître. C’est à dire moi. »
Shana garde toutefois une confiance aveugle en ses frères, et, regardant Arès droit dans les yeux, dit : « Je ne m’appelle pas Elysée, mon nom est Shana. Et je sais que vous échouerez, mes frères sauront vous détruire. »
« Cesses tes stupidités, ils ne parviendront pas à faire échouer mes plans. Et il est inutile de pleurer, bientôt tes yeux cesseront d’être aussi triste, car ton existence sera figée entre la mort et le paradis, et comme tu seras mon esclave, je trouve que le nom d’Elysée sera plus approprié, étant donné que les Champs-Élysées seront détruit par mon pouvoir, et que seul l’enfer cruel restera intacte. » déclara alors Arès, dans un éclat de rire.
Au même instant, les Saints poursuivent leurs recherches, et Cadmos, qui est resté auprès de Shun, redoute un malheur. « Arès n’a sûrement pas envoyé l’un de ses Aiguillons, pour n’infliger qu’une souffrance éphémère au frère de Shana. » se dit-il en observant Andromède.
Et alors qu’il demande à ce dernier si tout va bien, Shun lui répond d’une façon étrange et inhabituelle : « Ca suffit, je n’est pas besoin que l’on veille sur moi, et certainement pas un traître d’Arès, d’ailleurs je vais me faire un plaisir de te punir en son nom. ». Sur ces mots, le Saint attaqua Cadmos en criant, Mort au traître. Et, croyant avoir tué ce dernier, partit pour le palais de la guerre.
Sur le Mont Fuji, la Déesse Athéna se rend compte que le cosmos d’Andromède subit une curieuse transformation, mais reste impuissante face à cette situation.
Pendant ce temps, les Saints Divins recherchent inlassablement, le Cimetière de Sang, aux alentours du Temple d’Arès. Ce dernier, ne tenant pas à prendre le moindre risque, envoi plusieurs de ses Démons pour tuer les protecteurs d’Athéna.
C’est alors que Shiryû se fait arrêter, par Déimos, la Crainte : « Tout s’arrête ici, Dragon, car tu ne seras bientôt plus capable de protéger qui que ce soit. Tu vas subir les Crocs du Chien Fou. » C’est alors qu’un chien féroce apparaît et fonce droit sur Shiryû. Ce dernier, ne peut éviter l’attaque, et se fait entailler la cuisse par les crocs de l’animal enragé. Toutefois, le Dragon parvient à se relever, au grand étonnement de Déimos, qui lui demande, comment il peut se tenir debout après un coup pareil. Et Shiryû, rétorqua : « Je n’ai pas le droit d’échouer, la vie d’Athéna dépend de ce combat, ainsi que la paix sur Terre. L’échec ne m’est pas permis, je n’ai pas le droit de mourir avant de les avoir sauvées. Je réussirai à te vaincre, alors prépare toi à subir la Colère du Dragon. »
Sur ce, Shiryû déclenche son attaque, hélas, celle-ci est parée par Déimos, qui réitère son attaque des Crocs du Chien Fou. Habituellement, un Saint ne se laisse pas surprendre deux fois par la même attaque, mais très affaiblit par la première, Dragon ne peut éviter le deuxième assaut, et les Crocs de la bête se plantent, cette fois, dans son bras. Le Démon de la Crainte, pense en avoir fini avec son adversaire, voyant que celui-ci reste à terre sans aucune réaction. Mais, au moment de quitter le lieu du combat : « Tu m’enterres un peu vite Déimos,…Je n’ai pas dit mon dernier mot, tu vas goûter à la Fureur du Dragon. » déclare Shiryû, en se relevant de nouveau.
Déimos reste malgré tout très calme, sans bouger, mais bientôt, la peur l’envahit, car la cosmo-énergie du Saint du Dragon, atteint un tel degré de puissance, qu’il parvient jusqu’au 7eme sens, ce qui lui permet de décupler sa force, et de terrasser son adversaire avec la Fureur du Dragon. Déimos, était trop sûr de sa victoire, et en sous-estimant Shiryû, il y a perdu la vie. Malgré sa victoire, ce dernier, perd beaucoup de sang, et perd rapidement connaissance.
Pendant ce temps, Shun arrive au Temple de la guerre, là, son armure divine d’Andromède, le quitta mystérieusement. Et finalement, quelques instants plus tard, il se présenta et s’agenouilla devant Arès : « Maître, je suis prêt à vous servir, vous n’avez qu’à ordonner et j’exécuterai. »
Shana n’en croit pas ses yeux, son frère est venu pour servir le Dieu de la guerre. Ce dernier, n’avait donc pas menti, une partie de l’esprit d’Hadès est restée prisonnière du corps de Shun, et Arès en a le contrôle. Elle décide alors de tenter de faire réagir son jumeau, en lui parlant : « Ne fais pas ça, Shun, ne laisse pas l’esprit d’Hadès prendre le dessus sur ton âme. Tu ne peux pas trahir Athéna de cette façon, je t’en prie réagis avant qu’il ne soit trop tard. »
Andromède regarde alors la jeune fille et demande qui elle est, et la raison pour laquelle, elle s’adresse à lui en l’appelant Shun. C’est alors qu’Arès, lui dit de ne pas s’occuper d’elle, qu’elle n’est qu’une prisonnière, destinée à devenir son esclave.
Pendant ce temps, Seiya avance dans une forêt de plus en plus épaisse. Et étrangement, bien qu’il ne ressente pas la présence d’un ennemi, une terrible inquiétude s’empare de lui. Petit à petit, à chaque pas qu’il fait, s’enfonçant lentement dans la forêt, cette inquiétude se transforme en peur. Soudain, paralysé par ce sentiment, qu’il ne semble pas pouvoir maîtriser, il se retrouve face à Phobos, la Terreur, qui lui adresse des paroles ironiques : « Alors Pégase, tu ne me parais pas en très grande forme ? Tu sembles terrorisé ! Est-ce la perspective de notre combat qui t’effraie à ce point ? Ou bien es-tu peureux de naissance ! ?… »
Seiya a beaucoup de mal à se contrôler, et soudain, il comprend, c’est la cosmo-énergie de son adversaire qui l’incite à ressentir cette peur irraisonnée.
Au Mont Fuji, Athéna ressent la détresse de Seiya, et, tout en lui envoyant une partie de son cosmos, lui adresse quelques paroles : « Courage Seiya, un Saint Divin n’a pas à avoir peur d’un Démon comme Phobos. Il essai de t’hypnotiser, tout comme le scorpion le fait avant d’achever sa proie. »
Soudain, : « Elle a raison, je n’ai jamais eu peur de ma vie, ce n’est pas aujourd’hui que cela commencera. » dit-il, tout en concentrant son cosmos. Les deux adversaires, déclenchent alors leurs attaques. Et tendit que Seiya envoi son Météore de Pégase, Phobos envoi les Griffes du Vautour. Le choc est terrible, et les deux combattants sont propulsés en arrière, par la puissance qu’ils ont provoqué.
Phobos est touché, plusieurs Météores ont atteint leur but, mais Seiya ne s’en sort pas indemne, les Griffes du Vautour lui ont lacéré la poitrine, et la douleur qu’elles provoquent reste lancinante et intense, si bien qu’il parvient à peine à se relever. Phobos ne souffre pas autant et se relève plus facilement, c’est alors qu’il tente à nouveau d’inspirer la peur au Saint Divin, mais cette fois-ci, Seiya fait exploser son cosmos, et ayant atteint le 7eme sens, terrasse son ennemi, d’un seul et unique coup de la Comète de Pégase.
Au Temple d’Arès, celui-ci remet à Shun, une armure noire, symbole de l’autorité du Dieu : « Te voici prêt à me servir, et ta première mission sera de surveiller Elysée. Sache que si elle parvient à s’échapper, tu le paieras très chère. »
Durant ce temps, aux alentours du Temple, Hyôga est arrêté dans son ascension par Enyô, la Guerre. Ce dernier s’est à peine présenté qu’il emprisonne Cygnus dans des lianes de serpents, qui resserrent leur étreinte un peu plus à chaque seconde qui passent. Hyôga étouffe, tous ses efforts, pour se libérer restent inefficaces, et c’est à l’instant où il va perdre connaissance que son adversaire cesse son attaque, faisant disparaître tous les serpents. Le Saint Divin se relève avec difficulté et interroge Enyô, sur les raisons qui l’on poussées à interrompre son attaque. Celui-ci lui révèle alors que son arme préférée est un fouet électrifié, et qu’il va pour cela faire appel aux Tortures des Erinyes, ayant la ferme intention de faire souffrir son adversaire jusqu’à son trépas.
Mais Hyôga n’est pas impressionné par les dires d’Enyô : « Tu penses peut-être que je vais me laisser faire sans réagir, alors que la vie d’Athéna est menacée ? »
Et sur ces mots, Cygnus concentre sa cosmo-énergie et déclenche la Poussière de Diamant. Hélas, celle-ci n'atteint pas son adversaire, qui esquive et lui assène un violent coup de fouet. Il l’emprisonne ensuite avec la lanière de ce dernier, qui émet une décharge électrique à haute tension, et celui-ci décide finalement d’en finir avec son adversaire en utilisant le Feu de la Torche du Mal, tout en déclarant : « Tu ne m’amuses plus, je vais t’envoyer rejoindre ta mère et ton maître dans l’autre monde. »
Hyôga est stupéfait, il ne peut en croire ses oreilles, comment cet homme peut-il connaître ces détails sur sa vie ? Toutefois… : « Peu importe après tout, je dois le vaincre à tout prix, je le dois pour Athéna et pour Shana. » pense-t-il, tout en se libérant de l’emprise du fouet, grâce au 7eme sens. Enyô n’a alors pas le temps de réagir, et Hyôga le terrasse avec l’Exécution de l’Aurore.
Au même instant, Shana, qui est seule avec son frère, tente de tromper sa vigilance, afin de fuir le Temple de la guerre. Mais hélas... : « Où comptes tu aller d’un pas si décidé ? » déclara Shun surgissant devant la pauvre jeune fille, qui encore une fois, supplie son frère : « Je t’en prie Shun, il faut trouver le Cimetière de Sang pour sauver Athéna et la Terre. Tu ne peux vouloir la mort de celle à qui tu a juré fidélité ?!… »
Mais la réponse du Saint d’Andromède, n’est pas celle qu’elle espérait : « Tu voudrais que je sauve Athéna ? Pour qui me prends tu ? Je vais plutôt aider mon maître Arès, à l’envoyer dans l’autre monde. »
Non loin de là, Ikki poursuit ses recherches tout en s’inquiétant pour Shun, dont il a ressenti le changement cosmique. Soudain, sortie de nulle part, une chaîne s’enroule autour de lui. Phénix ne peut s’empêcher alors, de penser à son frère, et demande : « Shun, est-ce que c’est toi ? » Mais, surgissant des buissons, une femme, Antiope, une Amazone, lui rend compte de son erreur : « Désolée Phénix, mais ces chaînes ne sont pas celles du Saint d’Andromède, ce sont les Chaînes Démoniaques. » Ikki est surpris de voir qu’Arès ose envoyer une femme pour l’arrêter. Mais, sans crier gare, deux autres Amazones, font leur apparition. Il s’agit là de Penthésilée et d’Hippolyte, qui, avec Antiope, forme le Trio Amazones.
Phénix, n’est pas du genre à s’effrayer de trois adversaires, ni même de s’émouvoir parce qu’il s’agit de trois femmes. Il essai alors de se défaire des chaînes démoniaques, mais celles-ci, au lieu de relâcher leur étreinte, la resserre de plus en plus. Penthésilée en profite alors pour attaquer avec la Colère d’Achille. Ce qui projette Ikki haut dans les airs. Et, au moment où Hippolyte, pense l’achever avec la Fureur d’Héraclès, Phénix disparaît de la vue des trois Amazones. Effectivement, Ikki a fait exploser son armure, comme lors du combat qui l’opposa à Mîme de Bénétnash lors de la Bataille d’Asgard. Et c’est alors que soudain, Antiope est terrassée par les Ailes du Phénix.
Ikki réapparaît alors, et bien qu’il soit couvert de blessures, il n’a jamais été aussi puissant.
« Vous n’êtes plus que deux, vous feriez mieux d’abandonner, si vous tenez à la vie. » déclare-t-il alors haut et fort.
Hippolyte et Penthésilée se regardent alors, et décident d’attaquer ensemble, mais Ikki s’en rend compte, et les attaque rapidement avec l’Illusion du Phénix. Les Deux Amazones, hélas pour elles, ne s’aperçoivent de rien, et en déclenchant leurs attaques, s’entretuent sous les yeux du Saint Divin.
Pendant ce temps, Arès est revenu auprès de Shana, et envoi Shun à l’extérieur du Temple, pour accueillir l’un des Saints, qui approche dangereusement du palais.
En effet, Seiya arrive près du Temple de la guerre, et se retrouve face à Shun, qui, au grand étonnement de Pégase et revêtu d’une armure noire maléfique.
« Fais tes prières Pégase, car bientôt, je vais t’expédier au Royaume des morts pour l’éternité. » déclara-t-il avec une voix remplie de haine.
Seiya ne comprend pas pourquoi son frère se conduit de cette façon, et lui demande des explications. Mais à peine a t-il ouvert la bouche, qu’il est attaqué par la Tempête Nébulaire de Shun.
Dans l’incompréhension la plus totale, Seiya se relève, et alors que le Saint d’Andromède s’apprête à lui porter un coup fatal, riposte avec ses Météores. Mais Shun ne bouge même pas, sa cosmo-énergie absorbe l’attaque de Pégase, qui ne sait plus comment réagir.
Et une dernière fois, tente de lui faire reprendre ses esprits : « Shun, reprend tes esprits, tu es le Saint d’Andromède, protecteur d’Athéna. »
Soudain, Arès et Shana apparaissent sur le lieu du combat.
« Il est inutile de s’adresser à lui, en l’appelant Shun. Car cette partie de son être est morte, à présent seul l’esprit d’Hadès est actif, et de plus il est sous mes ordres, il n’obéira qu’à moi. » déclara le Dieu en s’adressant à Seiya.
Mais ce dernier refuse d’y croire, : « Je ne vous crois pas, Hadès a disparu, nous l’avons vaincu lorsqu’il a déclenché l’Ultime Eclipse. »
C’est alors qu’Arès, lui révèle la triste vérité : « Son corps a effectivement été détruit, mais une partie de son âme inconsciente, est restée prisonnière de l’enveloppe charnelle du Saint d’Andromède. J’ai réveillé cette partie de lui même et j’en ai pris le contrôle. A présent, toi et tous les Saints Divins, n’êtes que des ennemis pour lui. Même sa sœur, ne représente plus rien à ses yeux. D’ailleurs je vais te le prouver, puisque tu n’as pas l’air de me croire… …Hadès, puisque Elysée a tenté de s’enfuir tout à l’heure, je t’ordonne de la punir, mais surtout ne la tue pas. »
Et sous les yeux effarés de Seiya, Shun s’approcha de sa sœur, et lui donna une gifle d’une incroyable violence. Pégase voulut alors s’occuper de Shana, mais Arès l’en empêche : « Tu n’es pas là pour jouer les infirmiers avec Elysée, mais pour un combat contre Hadès, d’ailleurs, tu ferais mieux de t’y préparer, car il ne te laissera pas en paix tant qu’il ne t’aura pas tué. Je suis même curieux de voir ta réaction face à la puissance de ses attaques. »
La cosmo-énergie de Shun est d’une noirceur absolue, et Seiya s’en rend compte, il se demande s’il sera capable de frapper son frère, même si celui-ci tente de le tuer.
Shun ne se pose pas, hélas, les mêmes questions, et déclenche une attaque terrifiante. Et alors que celle-ci s’apprête à frapper Seiya de toute sa puissance, Shana s’interpose pour le protéger, et reçoit l’attaque de son jumeau, lui infligeant une blessure à l’épaule.
Seiya a été épargné grâce à cette intervention, il s’agenouille alors et prend la jeune fille dans ses bras, lui demandant la raison d’une prise de risque aussi importante.
Shana souffre, mais trouve malgré tout la force de lui répondre : « Je ne veux pas que mes frères s’entre-tuent, s’il te plaît Seiya, je préfère te voir fuir… Et par pitié, emmène moi avec toi, loin d’Arès… »
Pégase ne peut rester insensible aux larmes de Shana, il s’apprête alors à exaucer son vœu, lorsque Arès, qui ne veut en aucun cas perdre la jeune fille, lui propose un marché : « Si tu acceptes de me rendre Elysée, Hadès retournera avec moi à l’intérieur du Temple de la guerre, sans t’avoir combattu. Là, je pourrai soigner la blessure de ta sœur. »
Seiya est confronté à un immense dilemme, il sait toutefois que la meilleure solution, pour son frère et sa sœur, est de laisser cette dernière entre les mains d’Arès, afin d’éviter un combat qui serait bien trop cruel. Et, le cœur déchiré par la décision qu’il vient de prendre, Seiya remet la pauvre Shana au Dieu de la Guerre.
A cet instant, Cadmos, qui a fini par se relever du coup qu’il a reçu, arrive à son tour devant le Temple. Sa présence oblige alors Arès à tenir la promesse qu’il vient de faire à Seiya. Il retourne donc dans son palais avec Shana et Shun, sachant que dans l’état actuel des choses, Cadmos pourrait utiliser ses pouvoirs pour l’anéantir définitivement.
Et c’est d’ailleurs à l’aide de ces mêmes pouvoirs, que Cadmos incite, psychologiquement, Shun à rester sur place. « Vous devez lui parler Seiya, il faut que son esprit se réveille afin de lutter contre les pouvoirs d’Arès. » dit-il alors au Saint Divin.
Heureusement, le Dieu, bien trop pressé de rentrer dans son Temple, ne s’est pas aperçu de l’intervention de Cadmos sur Shun.
Seiya fait alors de son mieux pour faire réagir son frère : « Shun, je sais que tu peux m’entendre, tu es plus fort qu’Hadès, tu nous l’a déjà prouvé. Penses à Shana et à Athéna, tu dois vaincre le pouvoir d’Arès pour elles. J’ai toujours admiré ta volonté, toi que je croyais, au début, incapable d’être un véritable Saint. J’ai compris depuis longtemps que j’avais eu tort de penser une chose pareille. Il faut que tu réagisses, tu dois nous aider à protéger Athéna. Shun, j’ai confiance en toi. »
L’esprit de Shun semble alors se réveiller lentement, et une sorte de combat se déclenche soudain à l’intérieur même de son corps. L’affrontement du bien et du mal dans les profondeurs d’un seul et unique être vivant, débute, sans que personne ne puisse faire quoique ce soit pour aider Andromède à vaincre cet adversaire spectral.
De son côté, Arès a fini par s’apercevoir de la tournure des événements, mais il ne peut plus rien tenter pour garder Shun sous son contrôle, à cause des pouvoirs de Cadmos. C’est alors qu’il décide d’envoyer Draco, le Gardien des Eaux, pour qu’il le débarrasse de celui qui fut son esclave et son messager, durant plusieurs années. Une fois cet ordre donné, il soigna la blessure de Shana.
Sur le Mont Fuji, la Déesse Athéna commence à ressentir les effets de l’épuisement, car Douze heures se sont déjà écoulées.
Le combat, qui opposait l’esprit de Shun à l’esprit d’Hadès, prend fin sur la victoire du Saint d’Andromède. Il retire alors l’armure noire qu’Arès lui a donné pour revêtir son armure Divine. Bien qu’il n’est pas eu à combattre l’un des Démons d’Arès, sa lutte contre Hadès, l’a complètement épuisé physiquement et son cosmos s’en ressent.
Alors que Seiya, Shun et Cadmos, s’apprêtent à poursuivre les recherches pour trouver le Cimetière de Sang, le Gardien des Eaux, Draco entre en scène et leur barre la route : « Cadmos, je suis venu mettre un terme à ton existence, et puisque les Saints d’Andromède et de Pégase, sont ici, je vais faire d’une pierre trois coups, en vous éliminant tous ensemble. »
Cadmos connaît la puissance de Draco, et sait à quel point il peut être dangereux. Il prend alors une grave décision, et en fait part aux deux Saints Divins : « Seiya, Shun, vous feriez mieux de vous écarter, je vais combattre Draco seul à seul. Mais surtout, promettez moi que quoiqu’il arrive, vous n’interviendrez pas. »
Malgré leur incompréhension, les protecteurs d’Athéna acceptèrent, bien qu’à contre cœur.
C’est alors que les deux combattants, sans bouger, les yeux fixés sur l’adversaire, guettent la moindre faiblesse de leur ennemi. Soudain, Draco se décide et déclenche son célèbre Raz-de-marée. Une vague gigantesque emporte alors Cadmos, avec une violence inouï. Heureusement, il parvint à paralyser l’attaque du Gardien des Eaux.
Ce dernier n’en est, d’ailleurs, pas surpris : « Je reconnais bien là tes pouvoirs, Cadmos, dommage que tu te sois trompé de camp, car tu es un remarquable guerrier. »
Cadmos reste très silencieux, regardant Seiya et Shun, il pense à Shana et à sa chère sœur disparue, Europe. Et c’est les larmes aux yeux, qu’il décide d’utiliser son Ultime Pouvoir. Un courant psychique se forme alors entre les deux adversaires, Draco comprend, ce que veut Cadmos : « Je ne te comprend pas Cadmos, pour me vaincre, tu es prêt à te sacrifier, et à mourir avec moi ? ! »
Andromède et Pégase, osent à peine croire se qu’ils viennent d’entendre, et questionne leur nouvel ami, pour connaître ses intentions. Celui-ci répond alors : « Le seul et unique moyen de le vaincre, c’est de l’emmener avec moi dans la mort. Je suis vraiment désolé de ne pas pouvoir vous aider à trouver l’Epée d’Arès. Mais je veux au moins faire ça pour vous. Draco ne sera plus un obstacle. Ma vie n’a plus de sens, plus de saveur depuis la mort de ma sœur, je ne veux surtout pas qu’Arès réduise la votre en esclavage. Promettez moi, que vous réussirez à la sauver de ce destin cruel,… adieu… »
Sur ces paroles déchirantes, Cadmos intensifia son cosmos, et en quelques instants, disparut en poussière avec Draco, sous le regard désemparé des deux Saints Divins.
C’est alors que leur trois compagnons, arrivent auprès d’eux. Tous sont plus ou moins blessé, et pendant que Ikki reste près de son jeune frère, encore très affaibli, Seiya, Hyôga et Shiryû, entreprennent de faire le tour du Temple d’Arès.
Au même moment, le Dieu de la Guerre envoi ses deux derniers Démons, les Aloades, Otos et Ephialtès. Ils représentent le dernier espoir d’Arès, qui commence lentement à perdre de la puissance, surtout depuis que Shun s’est libéré de son emprise.
Devant l’entrée du palais, les Aloades, surgissent, pour combattre Ikki et Shun. Otos, regarde alors les deux frères, et avec une grande arrogance, déclare : « Je croyais rencontrer des Saints Divins, mais je ne vois rien qui y ressemble ! Vous n’êtes, tout au plus, que deux larves, deux insectes que nous allons écraser sans aucune difficultés. »
Phénix, par réflexe, se met immédiatement en position, pour protéger son frère. Mais Ephialtès, l’informe que ce geste est inutile : « C’est totalement inutile de vouloir le protéger, s’il veut pouvoir survivre, il faudra qu’il combatte et qu’il gagne. »
Shun se relève alors et rassure son frère : « Ne t’inquiète surtout pas pour moi Ikki, je peux très bien me défendre seul. Ils ne m’impressionnent pas, je réussirai à vaincre celui qui voudra m’affronter. »
Otos s’empresse alors de lancer son attaque, la Vengeance d’Adonis, contre Phénix, à cet instant, un immense sanglier apparaît et charge en sa direction, et sans qu’il puisse l’éviter, les défenses de l’animal lui transpercent le corps.
De son côté, Ephialtès envoi le Parfum des Anémones contre Shun, qui se voit recouvert par des centaines de fleurs, et dont le parfum lui inflige une somnolence irrésistible et incontrôlable. Malgré ses blessures, Ikki essai de se diriger vers son frère, dans l’espoir de le débarrasser des fleurs maléfiques. Grâce à cette intervention, Andromède se relève, mais reste quelques instants paralysé par le sommeil. Phénix en profite alors, pour déclencher les Ailes du Phénix contre Ephialtès, hélas, ce dernier parvient à esquiver. Et Otos, de son côté, réitère son attaque, la Vengeance d’Adonis, sur Ikki, qui malheureusement, se fait surprendre et est propulsé contre son frère. Nos deux Saints, sont à terre, tout semble perdu pour eux.
Pendant ce temps, Athéna, bien que de plus en plus faible, sent que la cosmo-énergie d’Arès, perd de la puissance. « J’ai confiance en vous Saints Divins, la Terre sera sauvée, grâce à votre courage et votre détermination. »
Il ne reste plus que quatre heures, avant que Shana ne devienne l’esclave d’Arès, la possession du Dieu, commence d’ailleurs à se faire sentir. La volonté de la jeune fille s’amoindri, Arès ne craint plus de la laisser seule sans surveillance, elle ne pense même plus à s’enfuir. Mais alors que le Dieu de la guerre est en méditation, Shana perçoit un monde étrange, un monde parallèle à celui dans lequel elle se trouve. Une ambiance de mort, de peur, de haine et de violence se fait alors ressentir. Et soudain, devant les yeux de cette dernière, apparaît le Cimetière de Sang. Shana s’y trouve, sans savoir pourquoi ni comment, ce phénomène a pu se produire. Bien qu’effrayée, elle se mit en quête de l’Epée de la Guerre.
De leur côté, Shun et Ikki se relèvent finalement, et déclenchent la Tempête Nébulaire et l’Illusion du Phénix. Mais au même instant, Otos et Ephialtès envoient leur attaque commune Les Roses de l’Amour.
Dans le Cimetière de Sang, Shana a vu soudain, surgir devant elle l’Epée de la Guerre. Réunissant ses dernières forces, elle se saisit du manche de celle-ci, et tenta de la libérer de son socle de pierre. Hélas, malgré tous ses efforts l’Epée reste prisonnière. C’est alors que l’attention de la jeune fille se porta sur une inscription gravée dans la roche : « Quiconque ose prétendre vouloir se servir de cette Epée pour faire couler le sang, doit commencer par verser de son propre sang. »
Cette dernière sait alors ce qu’il lui reste à faire, elle prit donc la lame de l’Epée, et la serra, se blessant la main, et versant ainsi son sang sur l’arme d’Arès. Une fois couverte de cette offrande, l’Epée sortit sans problème de la pierre. Là, Shana se dirigea vers la sortie du Temple, devant lequel le combat opposant ses frères aux Aloades se poursuit. Avec beaucoup de peine, elle finit par arriver sur le lieu du combat, laissant derrière elle, une longue traînée de sang.
A cet instant, Ikki et Shun reçoivent les piqûres mortelles de l’attaque commune des Aloades. Mais, heureusement, ces derniers meurent, n’ayant pu résister à la puissance des deux Saints.
Seiya, Hyôga et Shiryû, désemparés de ne pas avoir trouvé le Cimetière de Sang, arrivent finalement auprès d’Andromède et de Phénix, qui malgré leurs blessures parviennent à se relever. Shana s’avance alors lentement vers ses frères, tenant l’Epée qui doit servir à la tuer. Les Saints n’en croient pas leurs yeux, c’est finalement leur sœur qui a trouvé l’Arme d’Arès. Celle-ci, s’approche alors d’Ikki et en larmes demande : « Il faut que l’un de vous me tue avec cette Epée…Harmonie sera détruite avec moi, et Arès perdra une partie de son pouvoir… Faites vite, il ne reste plus beaucoup de temps… »
Ses cinq frères se regardent, le cœur déchiré par cette décision terrifiante, mais aucun d’eux ne semble avoir le courage de commettre ce geste fatal. La jeune fille confie alors l’Epée à son frère aîné, Ikki, et le supplie de faire vite. Phénix voit alors à quel point Shana a confiance en lui. Il se saisit finalement de l’Epée, se mit à une distance raisonnable de sa sœur et envoya un rayon laser avec l’arme. Ce dernier atteint Shana en plein cœur, ne laissant à la jeune fille aucun espoir de survie.
Arès s’est rendu compte de la disparition de sa prisonnière, mais il ne peut plus rien faire, car il ne contrôle plus Harmonie, celle-ci changeant subitement de couleur, passant ainsi du noir au rose éclatant. Le Dieu a perdu beaucoup d’énergie, et est fou de colère.
Harmonie a beau avoir changé de couleur, Shana se meurt auprès de ses frères, qui ne peuvent cacher leur chagrin. Bien que sur le point de mourir, celle-ci adressa ses dernières paroles aux Saints : « Ne pleurez pas, vous avez fait ce qu’il fallait… Je resterai toujours dans vos cœurs. Vous m’avez, en peu de temps, donné l’amour d’une vie entière… Je n’ai pas peur de mourir, car je sens qu’Athéna est auprès de moi pour me guider dans la mort. Je ne ressens même plus la douleur, une douce chaleur m’envahit… »
Et sur ces mots, Shana ferma les yeux, pour ne plus les rouvrir, la cosmo-énergie d’Athéna l’ayant protégée de toute souffrance. A présent, Harmonie est contrôlée par Athéna, et toutes les blessures apparentes de Shana disparurent comme par magie, laissant son corps parfaitement intacte.
Athéna peut à présent quitter le Mont Fuji, Arès n’ayant plus suffisamment de pouvoirs pour inonder la Terre de sa haine.
Les Saints Divins, sont paralysés par le chagrin, mais une profonde colère les fait soudain réagir, ils décident alors d’aller tuer Arès afin de venger leur sœur.
Mais à l’instant où ils s’apprêtent à entrer dans le Temple, leurs armures Divines, les quittent sans aucune raison apparente. Shun se souvient que le même phénomène s’est produit pour lui. Et suggère à ses frères de faire appel à leurs armures de Bronze.
En effet, cette fois-ci, les Saints purent pénétrer dans le Temple de la guerre avec leurs armures.
Très vite, nos héros arrivent face au Dieu Arès, qui semble ne pas s’avouer vaincu, et déclenche, à l’encontre des Saints d’Athéna, l’Explosion Sanguinaire.
Seuls Shun et Seiya, évitèrent l’attaque, grâce à l’intervention de leurs trois compagnons, qui les protégèrent de leur corps. Sous la puissance de l’impacte, les armures de Bronze, du Phénix, du Dragon et du Cygne, explosèrent en fines particules. Arès se réjouit d’un tel spectacle : « Vous ne portez même plus vos armures Divines, qu’espérez vous dans de pareilles conditions. Me vaincre ? Moi qui suis un Dieu !… »
Seiya et Shun, sont seuls face au Dieu de la guerre, ils semblent hésiter un instant, puis décident de mettre leurs attaques en commun. C’est alors que Pégase déclenche un formidable Big Bang, porté par une Tempête Nébulaire d’une violence inouï, qu’Andromède dirige vers Arès.
Malgré cela, malgré la puissance des deux Saints, le Dieu maléfique parvient à repousser leur attaque commune. Il tente alors de reprendre le contrôle de l’esprit d’Hadès, lorsqu’il est interrompu par l’arrivée d’Athéna : « Tu ne prendras plus le contrôle de personne Arès, je t’empêcherai de faire le mal. Shana a payé de sa vie ta cruauté, je refuse que ses frères connaissent le même destin. Si tu veux te battre, ce sera contre moi, et contre personne d’autre… ». A cet instant, l’armure de la Déesse vint la revêtir, dégageant une incroyable cosmo-énergie. Un combat Divin est sur le point de commencer.
Arès, sent bien qu’il ne peut se mesurer à Athéna sans faire appel à ses armes. C’est alors que l’Epée, la Lance et le Bouclier de la Guerre, font leur apparition. Le Dieu se saisit de sa Lance, et s’apprête à frapper Athéna, lorsque Seiya, d’un coup de pied, dévie la trajectoire de l’arme maudite.
La Déesse en profite, et déclenche sa cosmo-énergie, une puissance phénoménale jaillit alors de son corps, et forma une sphère au dessus d’elle. Arès, qui semblait détendu, commence à paniquer, la sphère grossit de plus en plus, et dégage une force terrifiante. Soudain, Athéna l’envoya, avec toute sa colère, contre le Dieu, qui ne parvint pas à l’éviter. Ce dernier, malgré tout, ne se décourage pas, car il a encore son Epée, et s’apprête à s’en servir contre la Déesse. Heureusement, celle-ci est protégée par son Bouclier, et ne subit aucun dommage de cette attaque pour le moins rapide.
Soudain, une lumière éblouissante apparut au milieu du combat. Il s’agit d’Hermès, envoyé par Zeus pour venir en aide à Athéna et à ses fidèles protecteurs.
« Il n’est pas en ton pouvoir de tuer Arès, Athéna. Et c’est justement pour ça, que Zeus m’a envoyé pour vous apporter le Pot en Bronze. Seul ce Pot peut emprisonner Arès pour l’éternité. Zeus ne souhaitait pas intervenir dans cette guerre, mais la mort de Shana l’a fait changer d’avis. » déclara Hermès, en s’adressant à Athéna.
Arès ne s’avoue toujours pas vaincu, et tente alors de détruire le Pot en Bronze. Celui-ci, allait être touché par son attaque, lorsque Shun s’interposa et encaissa cette dernière avec beaucoup de courage. Athéna prit alors le Pot et le dirigea vers Arès. Une lumière frémissante jaillit soudain du Pot et entoura le Dieu de la guerre. Celui-ci tente alors de se libérer de ce rayon, mais finit par être aspiré par le pouvoir du Pot en Bronze.
A l’intérieur du Temple de la Guerre, le calme est enfin revenu, Arès a disparu, les Saints se relèvent la mort dans l’âme, car même s’ils ont sauvés la Terre et Athéna, leur sœur, elle, a péri de la plus cruelle façon, tuée par son propre frère.
Tous se retrouvent finalement, autour du corps sans vie de Shana. Athéna, les larmes aux yeux ne peut que constater l’horrible vérité : « Mon pouvoir n’a pas suffit à la sauver, j’ai juste pu l’empêcher de souffrir avant de mourir. Ma cosmo-énergie a transformé Harmonie en une protection Divine, mais hélas, un peu tard. Si Shana devait un jour, renaître à la vie, cette robe, qui désormais lui appartient, la protégerait comme une armure de Saint. C’est un présent que je lui fais, un cadeau qui va de paire avec la confiance que je lui accorde. »
Ikki s’approche alors de sa sœur, se reprochant d’avoir dû la tuer : « Moi qui pensais pouvoir te protéger de tout, j’ai dû t’ôter la vie. Jamais je ne me le pardonnerai. »
Athéna prit alors la décision de faire transporter le corps de Shana, jusqu’au Sanctuaire, pour qu’elle y repose en paix, dans un cercueil de glace que Hyôga devra lui fabriquer.
Tous attendent donc le lever du jour pour procéder à la cérémonie d’adieu. Shun, mystérieusement, s’est absenté durant la nuit, pour cueillir une fleur dans les jardins de la Fondation. A son retour, au petit jour, les Saints emmenèrent leur sœur devant la statue d’Athéna. Là, Hyôga fabriqua un cercueil de glace et y enferma Shana, après que Shun est déposé une rose jaune à ses côtés. Athéna interrogea alors Andromède sur la raison de son choix pour cette fleur. Et, pleurant toutes les larmes de son cœur, Shun répondit : « Après la Bataille, qui nous a opposé à Héra, Shana avait voulu planter un rosier, en souvenir du jour de son arrivée parmi nous. Elle m’avait dit qu’elle aimait les roses jaunes, et qu’elle espérait que celles-ci le soient. Cette nuit, je suis retourné à la Fondation et j’ai cueilli cette fleur, qui est la première rose à avoir fleuri. »



Une rose fleurit, une vie s’éteint, mais le souvenir, lui, reste immortel, dans le cœur de ceux, qui savent aimer.


FIN
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 23 Juin - 10:47 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sorensen
Bronze Saint Confirmé
Bronze Saint Confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2007
Messages: 5 133
Localisation: Hell
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Ascendant: Vierge
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 32 724
Moyenne de points de Cosmos: 6,38

MessagePosté le: Lun 15 Oct - 18:51 (2007)    Sujet du message: Le Retour d'Arès Répondre en citant

Oh non... Pauvre Shana... Tuée par Ikki... Shana est morte... Sad Oh la la... Crying or Very sad Bon heu...*snif* je vais voir... *snif* la suite... *snif*de cette histoire...
_________________
Voici que le temps fait son oeuvre. Un jour, les larmes seront taries, les fureurs éteintes, les tombes effacées. Mais il restera la France.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:44 (2017)    Sujet du message: Le Retour d'Arès

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Disciples d'Athéna Index du Forum -> Saint Seiya -> Discussion, Dossier, Fanfics -> Saint Scénary's (Fanfics) -> Sérieux Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com