Les Disciples d'Athéna Index du Forum
FAQ
Membres
Profil
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Connexion

S’enregistrer
 

La Malédiction de l’Œil Rouge.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Disciples d'Athéna Index du Forum -> Saint Seiya -> Discussion, Dossier, Fanfics -> Saint Scénary's (Fanfics) -> Sérieux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:08 (2007)    Sujet du message: La Malédiction de l’Œil Rouge. Répondre en citant

SUITE de "Le Grand Chaos"

C’est là que tout commence.

L’été venait d’étendre son ciel bleu sur le Sanctuaire, les chevaliers s’entraînaient dans les arènes et Saori veillait au creux de son palais entouré de ses fidèles Saints de Bronze. Depuis leur dernière bataille, ils goûtaient à une ère de paix et pouvaient enfin vivre.
Shiryû voyageait souvent entre le Sanctuaire et les Cinq Pics où il retrouvait son Maître et Shunreï ; Ikki, lui, était reparti, comme à son habitude.
En observant la statue d’Athéna, Saori eut un pauvre sourire. Elle se retourna et regarda Shun et Seiya.
- Aucune nouvelle ? Demanda t-elle.
Ils allaient répondre quand un bruit de pas se rapprocha. Hyôga venait d’arriver.
- A voir ton air, il n’y a pas d’amélioration. Soupira la jeune femme.
- Disons plutôt que rien n’empire. Répondit Hyôga.
- Comment va Aiolia ?
- Comme nous tous : il supporte le coup.
Seiya ferma les yeux très fort mais ne dit rien. Il ne savait rien de plus et sa sœur refusait de lui dire quoique ce soit.
- Pourtant Chaos nous avait bien dit qu’elle se réveillerait une fois rentrée. Gémit Shun. Nous aurait-il menti ?
- Mais non, voyons. Assura Saori.
- En tout cas, rien ne s’est produit. Termina Hyôga.
- Je vais voir Aiolia et les autres Saints d’Or. Décida Saori. Je dois m’assurer qu’aucune menace ne plane.
Lorsqu’elle fut sortie, Seiya décroisa ses bras et soupira. Shun et Hyôga se rapprochèrent de lui.
- Allons la voir. Peut-être qu’un miracle... Commença Shun.
- Ne dis pas de bêtises, Shun. Coupa Seiya, sèchement. Nous avons été trompés, je vois pas pourquoi nous persistons à espérer.
Le Saint de Pégase sortit à son tour, laissant Shun et Hyôga attristés.
- Je comprends ce qu’il peut ressentir. Fit Hyôga. Mais allons-y quand même.
- Tu veux voir Shana ?
Le Saint du Cygne rougit légèrement mais Shun ne le vit pas. Ils avaient tous assez de soucis comme ça.

La prêtresse divine.

Shana et Seika résidaient dans une tour derrière le temple d’Athéna, la Tour des Prêtresses. Si Seika était absente, ayant accompagné Shiryû en Chine, Shana priait assise sur une chaise devant un lit.
- Pourquoi t’être réfugiée dans ce sommeil sans fin ? Ton cœur est-il donc autant sauvage ?
Elle soupira. Celle qui reposait dans ce lit n’était autre que Iulia, fille d’Aioros. Elle n’avait pas repris connaissance depuis la dernière bataille, malgré les promesses de Chaos. Shana avait demandé à Hyôga pourquoi Sagittarius Fili se fermait autant ; personne ne le savait. Aussi voulait-elle le découvrir.
- Shana ?
- Shun, Hyôga ! Je suis heureuse de vous voir.
- Aucun signe de vie ? Demanda Shun.
Elle secoua la tête. Les deux garçons baissèrent la leur.
- Je suis inquiète.
- Pourquoi donc ? S’écria Hyôga.
- J’ai bien peur que nous soyons menacés par un nouvel ennemi.
- Comment ça ? Qu’est-ce qu’il te fait dire ça ? S’enquit Shun.
Shana leur expliqua qu’en priant, elle avait fini par établir un certain contact avec Iulia.
- Alors, elle est bien vivante ? Coupa Shun.
- Que t’a t-elle dit ? Enchaîna Hyôga.
Shana se tourna vers l’unique fenêtre de la pièce.
- En priant, j’ai ressenti le point le plus loin de son cosmos. Il me lançait des signaux, j’en suis sûre, comme s’il voulait m’avertir.
Intrigués, Shun et Hyôga l’écoutaient attentivement. Rien ne laissait présager une nouvelle bataille : tout allait bien. Et quand Iulia se réveillerait...
- Elle n’a pas changé. Soupira Shana en revenant vers le lit.
- Comment ça ? Fit Shun.
- Elle reste fermée à tout sentiment, comme emmurée dans une carapace dure et épaisse. Dit Shana.
Elle avança sa main pour prendre celle de Iulia. Aussitôt, une énergie invisible l’en empêcha.
- Vous voyez. Je sais que son cœur est blessé, et je veux l’aider à guérir. Mais comment y parvenir si...
Hyôga prit Shana dans ses bras, caressant ses longs cheveux, et tenta de la rassurer.
- Tu y arriveras. N’oublie pas qu’en tant que prêtresse divine, tes pouvoirs peuvent aider tous ceux qui en ont besoin.
Retrouvant son sourire, Shana les regarda partir. Malgré ce, elle n’était pas sûre qu’ils aient compris la menace qui planait.

La menace grandit.

“ Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! J’ai enfin réussi ! Avec ça, je vais pouvoir gouverner la Terre et réduire Athéna à l’état d’esclave... Mon esclave ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! ”

- Oh !
- Mû ! Tu l’as ressenti, toi aussi ?
- Oui, cette sensation oppressante... Aiolia !
Le Saint du Lion hocha la tête. Une angoisse sourde serrait leurs cœurs et, lorsque tous deux virent arriver Milo et Shaka, leurs soupçons se confirmèrent.
- Alors, c’est bien ce que nous craignons. Dit Milo en baissant la tête.
- Tout cela ne pouvait pas durer. Nous vivions bien trop tranquillement. Constata Shaka.
- Il faut prévenir les autres et Athéna... Commença Mû.
Aiolia se retourna et soupira : Saori arrivait. Il fallait donc la mettre au courant. Comme si elle n’avait pas assez de soucis.
- Eh bien ? Commença la jeune femme. Pourquoi, Saints d’Or, vous êtes-vous réunis ?
- Athéna... Firent-ils.
L’arrivée de Marine et Shina les coupèrent.
- Que se passe t-il ? Demanda Saori, intriguée par les attitudes de ses chevaliers.
- Alors, vous n’avez rien ressenti ? Questionna Shina.
- Ressenti ? Je ne comprends pas. Mû ! Aiolia ! Milo ! Shaka ! Que me cachez-vous ?
Les Saints d’Or soupirèrent.
- Nous n’avions pas l’intention de vous cacher quoique ce soit. Répondit Milo.
- Une étrange impression noue nos estomacs. Un très mauvais pressentiment.
- Que veux-tu dire, Aiolia ? Fit Saori, inquiète.
- Il faut nous préparer à repartir au combat. Trancha Mû.
Stupéfaite, Saori resta bouche bée. A voir la tête des Saints, aucun doute n’était permis.

Tragédia.

- Un nouvel ennemi ?
Seiya sauta sur ses pieds. Calmement, Shana le prit par le bras et le fit se rasseoir. Ils s’étaient tous réunis dans la salle du Grand Pope, autour d’Athéna.
- Pour l’instant, nous ne savons rien de plus, sinon que nous ressentons une onde maléfique. Répondit Milo.
- Pourtant, tout est calme ; Fit Hyôga ; Athéna n’est pas en danger, et le monde semble paisible.
- Pour combien de temps ? Dit Aiolia laconiquement.
Saori ferma les yeux. Son cosmos, bien plus puissant que ceux des Saints d’Or, ne ressentait aucune menace. Néanmoins, elle faisait confiance à ses chevaliers.
- Kiki est allé chercher Shiryû aux Cinq Pics, quant à Ikki, on ne peut le contacter. Fit Shun.
- Si nous devons nous battre, le moment est mal choisi. Grogna Seiya.
Tous savaient à quoi il faisait allusion, mais le silence tomba. Dehors, la pluie commença à tomber, noyant le Sanctuaire dans une atmosphère grise. Au bout d’un moment, Seiya se leva et marcha vers la sortie.
- Où vas-tu ? Demanda Saori.
- Je vais prendre l’air, j’ai besoin de me dégourdir les jambes.
- A bien y réfléchir, il est encore trop tôt pour prédire une attaque ennemie. Restons sur nos gardes et nous verrons ensuite. Proposa Mû.
- C’est la meilleure solution, je crois. Approuva Saori.
Ils se levaient quand soudain retentit un hurlement. Tous se regardèrent.
- SEIYA !
Ils se précipitèrent vers la sortie. Le Saint de Pégase était là, debout, et contemplait le paysage.
- Seiya, mais qu’est-ce que... Commença Hyôga.
Mais il se tut. Dehors la pluie continuait à tomber. Et les chevaliers qui s’entraînaient s’étaient arrêtés. Figés en statue de pierre.

Les Crystal Soldiers.

- Que... Qui a osé ? Bégaya Seiya, encore sous le choc.
Instinctivement, tous les Saints entourèrent Saori, surveillant les environs. Inutile, il n’y avait aucun ennemi dans le Sanctuaire.
- Quelqu’un vient ! S’écria Milo.
- Non, attendez, ne vous inquiétez pas ! Fit Saori.
Une silhouette familière se découpa de l’horizon.
- Shiryû ! Cria Seiya, heureux.
- Princesse ! Que se passe t-il ici ? Qui a figé les chevaliers ?
- Justement, nous n’en savons rien. Les Saints d’Or ont ressenti une menace et...
Des rires interrompirent Saori. Deux hommes se tenaient devant eux.
- Mais comment ? Comment ont-ils pu apparaître sans que nous ne les ressentions ? Se plaignit Mû.
- Qui êtes-vous ? Apostropha Hyôga, qui s’était mis devant Shana.
- Nous venons vous avertir. Commença le plus grand des deux.
- Oui ! Apprêtez-vous à vivre vos dernières heures ! Enchaîna le second.
- Ah ouais ? Protesta Seiya.
- Le Monde appartiendra bientôt à notre maître. Et Athéna sera son esclave. Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
- Jamais ! Prenez ça ! Le Météore de Pégase.
- AARGGH !
Le corps de l’un des deux s’effondra, mais ce n’était qu’un vieux tronc d’arbre. Seiya fouilla les environs du regard : il n’y avait plus personne.
- Qui étaient-ils ? Demanda Saori en essayant de masquer son inquiétude.
- Des Crystal Soldiers. Répondit une voix inconnue.
Un nouvel arrivant entrait en scène.
- Mon nom est Camille de Saphiro, l’un des huit Crystal Soldiers.
- Quoi ? Non mais quel toupet ! Il ne se cache même pas ! Cria Seiya, furieux, en lançant une attaque sur Camille.
- On se calme.
Sous les yeux stupéfaits de ses amis, Seiya se retrouva dans l’impossibilité de bouger.
- Argh ! Mon... Mon corps... Il ne m’obéit plus...
- Je ne suis pas votre ennemi. Prévint Camille avant que les autres ne l’attaquent. Je viens simplement vous aider.

Camille de Saphiro.

“ Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Pauvre Athéna ! Elle ne se doute pas de ce qui l’attend ! Ah ! Ah ! Ah ! Lorsqu’il aura réveillé le Couloir du Temps, le Monde sera à ma merci ! Je soumettrai Athéna à ma volonté, et tous les autres dieux ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! ”
- C’est une longue histoire que de vous raconter ce qui se passe.
Camille parlait, yeux fermés. Il ne regardait ni les Saints, ni Athéna.
- Pourquoi nous aides-tu alors que les tiens s’affichent comme nos ennemis ? Demanda Saori.
- Les miens ne sont pas des êtres maléfiques ; répondit Camille ; ils sont sous l’emprise d’un pouvoir terrifiant et moi je suis le seul à avoir pu y échapper.
- Qui est ton maître ? Fit Seiya, encore vexé d’avoir été réduit à l’impuissance tout à l’heure.
- Nous, les Crystal Soldiers, sommes les protecteurs d’Hermès, votre frère. Il y a peu, je rentrais d’un voyage, mais en arrivant dans son palais, je ne le trouvai point. Il ne part pourtant jamais tant que les huit Crystal Soldiers ne sont pas réunis. Cependant, mes compagnons avaient tous un étrange regard et je compris qu’ils étaient ensorcelés.
- Qui étaient les deux hommes qui sont venus ? Fit Shun.
- Carmino et Galuda, Crystal Soldiers du Rubis et de l’Améthyste. Deux des plus puissants d’entre nous. Ils sont aussi les plus cruels.
- Cruels ? Murmura Saori, dont l’inquiétude grandissait.
- Ils n’hésitent jamais à massacrer ceux qui se mettent sur leur route.
- Qui est à l’origine de tout cela ? Demanda Aiolia.
- Justement, je ne sais pas. De plus, je sais que vous avez des problèmes avec votre plus fort chevalier...
- Quoi ? Comment le sais-tu ? Coupa Seiya, alors qu’une goutte de sueur perlait à son front.
- Si, lui, est au courant, alors... Commença Shiryû.
- Celui qui est derrière tout ça le sait aussi. Termina Hyôga.
- Camille ; dit Saori ; si vraiment tu veux nous aider à combattre le Mal, nous acceptons ton aide. Malheureusement...
- Je sais ; fit ce dernier ; nous n’avons aucun point de départ.

La vision de Shana.

Shana était retournée au chevet de Iulia tandis que Saori et ses chevaliers conversaient avec Camille. Soucieuse d’en savoir un peu plus, elle fit rayonner son cosmos afin de parler avec Iulia.
- Iulia, tu savais qu’il se passait quelque chose, n’est-ce pas ? Qui veut asservir Athéna ? Aide-moi, je t’en prie, tu dois m’aider, nous aider...
Shana tomba dans une sorte de torpeur, tout devint noir autour d’elle. Une lueur très faible se mit à poindre au loin, très loin dans le noir.
- Iulia ? Iulia ? Qu’essaies-tu de me faire comprendre ?
C’est alors qu’un halo bleu illumina l’obscurité. Des flammes brûlèrent, des ruines, des morts apparurent.
- Mon Dieu, Iulia, c’est horrible... Arrête, je ne comprends pas ! Suppliait Shana.
Soudain, la voix de Sagittarius Fili résonna.
- Le Passé ne doit pas faire changer le Présent, ou le Futur deviendra comme cela...
Et tout redevint sombre. Shana poussa un hurlement perçant.
- Shana ! S’écrièrent Saori et ses chevaliers.
Ils accoururent vers la Tour où demeurait la prêtresse divine. Ils la découvrirent inanimée, étendue au sol. Hyôga la prit dans ses bras et l’emmena dans la salle du Pope où il l’allongea sur un banc.
Dans la Tour, Seiya, Mû, Shun, Saori et Aiolia regardaient si personne n’était venu attaquer la prêtresse.
- Il n’y a rien. Qu’a t-il donc bien pu se passer ? Se demanda Mû.
Seiya s’était agenouillé près de Iulia et avait pris sa main. Il caressa doucement le front de la jeune fille, espérant un signe.
- Si seulement elle pouvait nous dire ce qui s’est passé. Murmura t-il.
- Oui... Oh mais... Seiya ! S’écria Shun.
- Quoi ?
- Sa main ! Tu as pris sa main !
- Qu’y a t-il de si extraordinaire ? Répondit le saint de Pégase, passablement énervé.
- Shana n’avait pu, tout à l’heure ! Elle n’avait pu prendre sa main et là...
- Qu’est ce que tu dis ? Intervint Aiolia, un espoir dans la voix.
- Iulia va revenir, elle va revenir combattre avec nous. Affirma Saori.
Tandis qu’ils se mettaient à espérer, Yoga, Milo, Shiryû et les autres attendaient que Shana reprenne ses esprits. Lorsqu’elle reprit conscience, la tension tomba d’un cran.
- Shana ? Comment te sens-tu ? Demanda Hyôga.
- C’était... C’était horrible.
- Qu’est-ce qui était horrible ?
- La... la vision.
Les Saints se regardèrent ainsi que Camille.
- Iulia m’a donné une vision... Il n’y avait que ruines et désespoir. Expliqua la prêtresse divine. Et elle a prononcé une phrase très bizarre.
- Tu t’en souviens ? Questionna Shiryû, poings crispés.
- Je crois. Elle a dit... Euh... “ Le Passé ne doit pas faire changer le Présent, ou le Futur deviendra comme cela. ”
- Qu’est-ce que ça veut dire ? Fit Milo.
- Il y a quelque chose à craindre dans le Passé ? S’interrogea Shaka.
- Peux-tu nous éclairer ? Demanda Shun à Camille.
Ce dernier secoua la tête ; qu’avait donc bien pu vouloir dire Nikê ?

La bataille commence.

Tandis que Shana était allée se reposer, Saori et ses chevaliers tentaient de définir ce qu’avait dit Sagittarius Fili. Ils n’eurent pas le temps de se demander quoique ce soit : une terrible impression les saisit. Grâce à leurs cosmos, ils furent témoins de ce qui arriva.
- Mais... mais c’est mon Maître ! Bégaya Camille.
- Quel endroit étrange, on dirait une tombe. Constata Shiryû.
La peur envahit les pupilles de Saori. Cette tombe était l’endroit où...
- Non, pourvu que... Commença t-elle.
- Saori, qu’est-ce qui se passe ? Demanda Seiya.
Ils virent Hermès, tel un zombie, s’approcher d’une étrange boîte.
- Non ! Cria Saori. Non ! Ne l’ouvre pas, Hermès !
- Inutile, il est comme hypnotisé ! Fit Camille d’un ton désespéré.
Hermès toucha le couvercle, le souleva. Une explosion de lumière emplit toute la pièce.
- NON ! Hurla Saori.
- Princesse, qu’y a t-il ? Fit Shiryû.
Un rire démoniaque retentit. Hermès fut repoussé en arrière par la puissance de l’explosion et heurta le mur.
- Mon Maître ! Cria Camille.
- Enfin libre ! Ah ! Ah ! Ah ! Fit une voix dure.
- Oh non... Gémit Saori.
- Ah ! Ah ! Ah ! Je vais pouvoir m’occuper de toi, Athéna !
- Mais cette voix, c’est celle de... Fit Seiya.
- Je vais me venger de vous, Saints du Zodiaque ! Vous allez payer l’outrage que vous m’avez infligé, à moi, la déesse des déesses, Héra !

Shana à la tête du sanctuaire.

Les Saints eurent un mouvement de recul. Il semblait n’y avoir aucun espace entre eux et l’endroit où Héra était emprisonnée.
- Mes amis sont sous son emprise. Dit Camille en constatant que ses compagnons entouraient la déesse.
- Nous n’avons pas le choix, nous allons devoir les combattre. Fit Shiryû.
- Saori, que faisons-nous ? Demanda Seiya.
- Oui, nous devons engager le combat, sans quoi, la Terre sera perdue...
- Ah ! Ah ! Ah ! Athéna, tu es toujours aussi stupide ! Rugit Héra. Je te ferai remarquer que seul ton sanctuaire est sous l’emprise d’une malédiction.
- Quoi ?
- Elle va se répandre sur Terre et pétrifier toute vie. Tu ne pourras absolument rien contre ça !
- Quelle cruauté ! Fit Saori en mordant sa lèvre inférieure. Héra, tu es indigne d’être une déesse. Mes chevaliers sauront contrecarrer tes plans maléfiques.
- Ah ! Ah ! Ah ! Viens, si tu l’oses ! Et la Terre ne sera qu’un gigantesque champ de pierres ! Ah ! Ah ! Ah !
- Seiya, Shun, Hyôga, Shiryû ! Vous êtes les seuls à pouvoir faire quelque chose.
- Ne vous inquiétez pas, princesse. Répondit Seiya. Nous vaincrons, nous sauverons la planète.
- Mais qu’allez vous faire ? Demanda Shun.
Saori sourit mais ne répondit pas et les quitta. Les Saints d’Or se regardaient, inquiets quand Shana arriva.
- Saints, vous devrez vous dépêcher de vaincre les Crystal Soldiers, sinon notre déesse mourra.
- Mourra ? S’écria Seiya.
- Afin de retarder la malédiction, Athéna tentera de la retenir. Elle est allé au sommet du temple, et son cosmos va s’étendre sur tout le Sanctuaire. Mais...
- Mais quoi, Shana ? Fit Hyôga.
- Elle va se transformer en pierre et si vous n’accomplissez pas votre devoir à temps...
- Oh non ! Saori ! Cria Seiya.
- Seiya, ne fais pas l’enfant ! Il faut y aller ! Shana, c’est toi qui va surveiller le sanctuaire. Prononça Mû.
- Je viens avec vous. Fit Camille. Héra a porté la main sur mon maître, je dois le venger.
Les Saints acquiescèrent. Seiya se tourna vers la Tour des prêtresses, le cœur battant.
“ Je dois vaincre, il faut sauver Athéna. Aide-moi, Iulia... ”
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:08 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:08 (2007)    Sujet du message: La Malédiction de l’Œil Rouge. Répondre en citant

Le véritable ennemi / l’Œil de Seth.

Une fois Seiya et ses compagnons partis, les Saints d’Or allaient regagner leurs temples quand un cosmos puissant prit forme devant le Temple d’Athéna.
- Saints d’Athéna...
- Qui est là ? Oh... Hermès ? s’étonnèrent les quatre Saints d’Or.
- Athéna est en danger. Fit le dieu.
- Oui... Héra vous a ensorcelé pour que vous la libériez. Dit Milo.
- Héra ? Non ! Répondit Hermès. Ce n’est pas Héra...
- Hein ? Mais qui est-ce ? Demanda Aiolia.
Un rire satanique s’éleva. Shana, qui allait questionner Hermès, porta ses mains à son cœur.
- Oh non... Que... balbutiait-elle.
- Héphaïstos ! S’écria Hermès.
- Quoi ? Le dieu des Forges ? Firent les Saints d’Or.
- Ah ! Ah ! Ah ! Ô impudents ! L’heure est venue pour vous de vous punir !
- C’est toi qui es derrière tout ça ? Apostropha Milo.
Héphaïstos brandit soudain l’étrange sceptre qu’il tenait à la main. Une lumière menaçante s’en échappa et, lorsqu’elle toucha les Saints, ceux-ci se retrouvèrent paralysés.
- Mais je ne peux plus bouger... Gronda Mû.
- Argh, qu’est-ce que c’est que ce sceptre ? Haleta Aiolia.
- Ah ! Ah ! Ah ! Je vous présente ma dernière création, celle qui me rendra Maître du Monde : l’Œil de Seth !
- L’Œil de Seth ? Reprit Shana.
- Grâce à lui, je soumettrai Athéna, et tous les dieux ! Et je serai l’Unique, le Seul Maître de l’Univers !
Hermès se mit devant Shana. Héphaïstos riait à gorge déployée.
- Laisser Athéna et Héra guerroyer ne prendrait que trop de temps. Fit soudain le dieu des Forges. Allons, je vais y remédier !
- Que vas-tu faire ? S’écria Shaka.
- Je vais tuer Athéna lorsqu’elle s’est réincarnée. Ce sera bien plus simple.
Il créa un vortex et disparut.
Hermès empoigna Shana par les épaules.
- Si jamais il tue Athéna, le Présent va muer... La Terre sera dévastée parce qu’Athéna ne sera pas née...
- C’est ça que Iulia voulait dire ? Réalisa Shana.
Les Saints d’Or purent se mouvoir à nouveau.
- Il faut aller dans le Passé et l’empêcher de changer quoique ce soit. Fit Aiolia.
- Le vortex n’est pas refermé. Dépêchez-vous, chevaliers.
Les quatre Saints d’Or sautèrent dans le vortex. Shana soupira ; au bout du temple, Athéna sentait son corps se raidir, mais bien plus, elle risquait de disparaître. Hermès se pencha vers Shana.
- Ne perdez pas espoir, Shana. L’Œil de Seth est puissant, grâce à cette arme, Héphaïstos peut changer beaucoup de choses, notamment le Temps. Sans la Victoire, vos chances sont bien minces...
- Hermès ! Iulia ne revient pas dans le monde des vivants...
- Détrompez-vous, elle s’apprête à combattre. Ne perdez pas espoir, c’est tout ce que je vous conseille. Quant à moi, mes Soldiers ne reviendront pas à mon palais, que soient vengés leurs esprits manipulés.
- Pourvu qu’ils réussissent à stopper Héphaïstos.
Hermès hocha la tête et disparut. Kiki, Marine et Shina, seuls restés auprès de Shana, s’approchèrent d’elle.
- Qu’allons nous faire ? Fit Kiki.
- Je dois la faire revenir parmi nous.
- Shana ?
- Marine, Shina ! Je devrais normalement rester auprès d’Athéna, mais cette fois, je ne le puis car j’ai une mission à accomplir. Seika est restée avec le vieux Maître aux Cinq Pics. Vous seules pouvez être aux côtés de notre déesse.
- J’ai compris, Shana. Répondit Marine. Allons-y, Shina.
Kiki se tourna vers la prêtresse.
- Une mission ?
- Oui, Kiki. Je dois faire revenir Nikê parmi nous. Sans elle...
Shana ne finit pas sa phrase. Le ciel était sombre, mauvais présage. Mais lorsqu’un tout petit rayon de soleil perça dans la masse nuageuse, Elle sut qu’il y avait toujours l’Espoir.
- Iulia. Seiya a besoin de toi.

Le Tombeau des Scellés.

Les Saints de Bronze, ainsi que Camille, arrivèrent dans un lieu étrange situé au milieu de nulle part. Un château sinistre se dressait au loin : le Tombeau des Scellés.
- Mon Maître m’a parlé de ce château ; fit Shiryû ; c’est là que sont envoyés les dieux qui ont commis des crimes envers les hommes.
- Il y a plusieurs routes différentes ; constata Seiya ; il est certain que les Crystal Soldiers nous tendrons des pièges.
Camille serra le poing.
- Attendez donc, je vais aller au château en premier. Décida t-il.
- Camille ? Firent les Saints.
- Les Crystal Soldiers sont mes frères, si nous pouvons éviter le combat...
Il réfléchit.
- Héra ne sait pas que je suis venu vous demander de l’aide. Je vais essayer de les raisonner, nous éviterons que le sang ne coule trop.
- Sois prudent. Dit Seiya.
Le Saphir Soldier le regarda et acquiesça avant de se mettre en route. Le vent souffla, froid. Shun baissa les yeux, une tristesse lui mordait le cœur.
- Je le comprends. Pourquoi les hommes doivent-ils toujours se battre ?
- C’est la seule façon de préserver le Bien, Shun, ne revenons pas là-dessus. Trancha Seiya en s’asseyant.
- Il va tout tenter pour sauver ses amis ; dit Hyôga ; c’est admirable.
- Bof ! Lâcha Seiya en haussant les épaules.
- Tu es contrarié, Seiya ? demanda Shiryû.
Seiya ne répondit pas. Il sentait un grand vide, il manquait quelqu’un à leurs côtés. Devinant sa solitude, Shiryû posa sa main sur l’épaule du Saint de Pégase.
- Ne t’en fais pas, elle est avec nous. Son esprit est avec nous.

Entre-temps, Camille était parvenu aux portes du château. Les Sept Crystal Soldiers attendaient devant les grilles. Lorsqu’ils virent arriver le dernier d’entre eux, ils ricanèrent.
- Camille, Camille ! Tu es encore en retard. Je ne comprends pas pourquoi tu étais le préféré de notre ex maître !
- Galuda ! Qu’est-ce que tu dis ? S’indigna Camille. Hermès est toujours notre maître ! Nous sommes ses fidèles protecteurs.
- Hin, ton retard est énorme, Camille. Notre maître est désormais Héra.
Camille dévisagea celui qui venait de parler. Revêtu d’une armure aux reflets dorés, il lui tournait le dos.
- Tu es sérieux, Soheil ?
Sentant qu’il ne pourrait pas agir sur les siens, Camille changea de stratégie.
- Bon, puisque vous me le dites, je vais aller voir notre nouveau maître. Les Saints d’Athéna sont arrivés.
- Tiens, tiens ! Cela ne te ressemble pas de changer d’avis aussi facilement. Insinua Soheil.
- Je n’ai aucune raison de me dresser contre vous tous. Si tu me le permets...
Camille entra dans le château. Les Crystal Soldiers ricanèrent.
“ Ils sont complètement possédés, il va falloir jouer serré. ” pensa t-il en entrant dans une grande salle.
- Bienvenue, Camille de Saphiro, Saphir Soldier. Je t’attendais.

Le Sacrifice du Saphir Soldier.

Camille recula d’un pas. Héra trônait au milieu de la pièce, drapée dans un voile sombre. Une couronne ceignait son front, retenant sa longue chevelure.
- Alors, c’est vous notre nouveau maître ?
- Où étais-tu donc ? Le combat va commencer.
- Le... Combat ?
- Quoi, tu hésites ?
- Les Saints d’Athéna sont, en effet, arrivés. Mais je ne suis pas venu pour les stopper.
- Quoi ?
- Je suis venu pour vous anéantir !
- Inconscient !
Camille avait attaqué mais son coup lui fut renvoyé avec une telle violence qu’il alla s’écraser contre un pilier. Il retomba, creusant le sol, tandis que son sang s’écoulait, teignant en rouge le dallage.
- Argh... Je n’arriverai jamais... A la vaincre...
- Espèce de fou, tu as osé porter la main sur moi ! Rugit Héra. Te tuer tout de suite est trop facile.
Camille se sentit soulevé du sol. La déesse le toisait, méprisante.
- Que ta mort soit lente et douloureuse !
Le Saphir Soldier se retrouva ligoté par les mains et les jambes, écartelé. Sa peau se coupa en divers endroits, laissant filer du sang.
- Mais... Qu’est ce qui m’arrive ? AARRGHHH ! J’ai l’impression de brûler de l’intérieur...
- C’est exact, vermisseau ! Ton corps ne sera plus qu’un tas de cendres dans très peu de temps. D’abord ton sang va s’évaporer, tes nerfs vont éclater, tes muscles vont fondre et ton cœur cessera de battre. Ah ! Ah ! Ah !
- Héra... Les Saints de Bronze... Sauront réduire... Tes projets à néant.
- Ah ! Ah ! Ah ! Mais ils ne te sauveront pas ! !
- OUARRGHH !

Seiya se leva, les yeux vers le château.
- Camille ! !
Shiryû, Hyôga et Shun hochèrent la tête.
- Il n’a pas réussi. Il faut aller l’aider ! Fit Shun, fébrile.
- Prenons chacun une route. Il faut absolument arrêter Héra. Dit Hyôga.
Ils joignirent leurs poings, faisant le serment de se retrouver et vaincre tous les obstacles.

Past part one.

- Où sommes-nous ? Aiolia, Shaka, Mû ?
- On est là. Tout va bien ?
Les Saints d’Or regardèrent autour d’eux. La brume se dissipait, révélant le paysage.
- Agh, mais nous sommes... Commença Milo.
- ... Le Sanctuaire... Songea Shaka.
Aiolia regarda les environs, dans un mouvement circulaire, et stoppa, les yeux grands ouverts.
- Qu’as-tu vu, Aiolia ? Questionna Mû.
Le Saint du Lion pointa le doigt devant lui. Ses amis suivirent du regard et manquèrent de s’étrangler.
- Oh ! Mais c’est Camus ! S’écria Milo.
Le Saint du Verseau tourna la tête vers eux mais, rapidement, ils se cachèrent et Camus continua sa route.
- Il faut être prudent. Si nous nous faisons voir de nos anciens compagnons... Prévint Shaka.
- Oui. Nous risquons peut-être de disparaître. Fit Mû.
- Cela dit, nous sommes donc dans le Passé. Mais quand ? Demanda Aiolia.
- D’après ce qu’a dit Héphaïstos, Athéna n’est pas encore née. Il doit sûrement vouloir la tuer à l’instant où elle se réincarnera, précédant le Grand Pope. Réfléchit Milo.
Ils se mirent à la recherche du dieu des Forges, prenant soin de ne pas se faire voir. Mû et Aiolia d’un côté, Milo et Shaka de l’autre.
- Penses-tu qu’il puisse se cacher ailleurs que dans le Palais, Mû ? Demanda Aiolia.
- C’est un dieu, oui, mais le Grand Pope pourrait ressentir sa présence, et il serait démasqué. Il doit sûrement attendre le bon moment pour s’infiltrer devant la statue d’Athéna.
Aiolia tourna la tête et s’arrêta. Mû, ne sentant plus son ami le suivre, se retourna. Le Saint du Lion fixait deux personnes qui combattaient. Mû tourna le regard et se sentit ému : Les deux jeunes garçons qui s’entraînaient n’étaient autres que Aioros et Aiolia.
- Aiolia, je sais ce que tu penses.
- Et quoi donc, Mû ?
- Tu aimerais bien avertir ton frère, lui dire ce qu’il va se passer, ainsi il pourrait toujours vivre à notre époque. Et peut-être même que la guerre du Sanctuaire n’aurait pas eu lieu.
- Mais c’est impossible. Nous changerions le Présent.
Essuyant une larme, Aiolia rejoignit son ami et ils se remirent en route.

Au Sanctuaire, dans le présent.

- Princesse !
Kiki était assis aux côtés d’Athéna qui, debout devant sa statue, commençait à se transformer. Marine et Shina sentaient qu’il y aurait bien d’autres épreuves et se demandaient si Shana avait réussi à réveiller Iulia.
En fait, dans la Tour des Prêtresses, Shana tentait désespérément de réanimer Sagittarius Fili.
- Iulia, nous avons besoin de ton aide, je t’en supplie. Athéna se pétrifie, les Saints de Bronze sont allés combattre Héra, et les Saints d’Or affrontent Héphaïstos. Si tu n’es pas à leurs côtés, comment sauveront-ils la planète ?
Sagittarius Fili demeurait silencieuse, étendue sur la couche. Elle était pâle, si pâle, et il se dégageait d’elle une si grande tristesse que Shana détourna les yeux.
- Pourquoi es-tu si triste, Iulia ? Alors que tu es aimée d’un garçon merveilleux. Pourtant, j’ai l’impression que... J’ai l’impression que...
Shana regarda Iulia.
- -...Tu ne crois pas à ton bonheur. Pourquoi ?
- Parce que son cœur a plusieurs fois été blessé et qu’elle ne veut plus souffrir.
- Kiki !
Le petit garçon s’assit aux côté de la prêtresse et soupira.
- Tu sais qu’elle a été élevé par son oncle alors que son père se faisait tuer en sauvant Athéna.
- Oui, et bien qu’elle ne fut qu’un tout petit bébé, son monde pour elle était presque exclusivement son père.
- Et puis Seiya aimait Saori avant de la connaître. Et cela lui a fait sans doute plus de mal que tout.
- Elle craint qu’il ne retourne à ses premières amours.
Shana secoua la tête.
- Je dis des bêtises. Son seul et unique amour a toujours été Iulia. Il faut absolument qu’elle ouvre son cœur. Il faut qu’ils laissent libre cours à leurs sentiments. Oh, Kiki, pourquoi es-tu venu ici ? Il y a du nouveau ?
- Athéna se transforme. Déjà le vent ne joue plus dans sa robe. Et les Saints d’Or ne sont pas revenus.
- Tant pis. Il faut garder l’espoir. Va maintenant. Retourne auprès d’Athéna.
- Shana, tu vas réussir à la réveiller ?
Shana resta silencieuse pendant de longues minutes, puis finalement :
- Oui.
Kiki repartit mais il ne pouvait s’empêcher d’être soucieux.

L’arc-en-ciel.

Shun voyait défiler, devant lui, les marches qui menaient au château depuis bien longtemps, ce fut pour cela qu’il ralentit le pas et, bientôt, s’arrêta, regardant autour de lui.
- C’est étrange, j’ai l’impression de tourner en rond, pourtant...
Il sonda sa chaîne ; celle-ci ne réagit pas, donc pas d’ennemi en vue.
- Quel lieu sinistre ; frémit le Saint d’Andromède ; il s’en dégage de si noires vibrations... Allons, remettons-nous en route, Camille a des problèmes.
- Eh !Eh !Eh !
- Qui est là ? Sursauta Shun, alors qu’il se remettait à courir.
Le vent gémit à ses oreilles mais il ne vit rien. Soudain, sa chaîne se tendit vers sa gauche. Shun se tourna et fronça les sourcils. Une silhouette se dessinait dans la brume blanche.
- Quelle précipitation. Est-ce parce que tu as peur, ou bien crains-tu pour la vie de ce traître de Camille ?
- Mais enfin, qui es-tu ? Dit Shun.
L’homme qui venait de s’arrêter leva la tête et sourit.
- Fao, Opal Soldier au service de sa Majesté Héra.
- Opale ?
Shun observait son adversaire et s’étonna de la beauté de celui-ci : il avait de longs cheveux dorés, une peau délicate au teint de lait et un sourire à faire fondre la glace ; quant à son armure, elle était couleur de nacre. Mais ce qui étonna le plus Shun était son regard.
- Ses yeux... Quelle douceur dans le regard... Il est de toutes les couleurs.
- Alors, Saint d’Andromède ? Pourquoi te presses-tu autant ? Sourit Fao en rejetant une mèche de son front sur le côté. N’est il pas plus plaisant de voir venir sa mort calmement au lieu d’accourir devant elle ?
- Que veux-tu dire ?
- Je vais t’offrir une mort si douce que tu ne feras aucune différence entre la vie et l’au-delà.
- Attends... OUAAHH !
En un éclair, Shun se retrouva le nez au sol, saignant de toute part. Fao le regardait, indifférent.
- Agh... Aah ! Mais comment a t-il pu attaquer sans que je ne le voie, c’est impensable... Fao, tu commets une grosse erreur, ce n’est pas nous, les ennemis.
- Comment ?
Shun se releva difficilement mais parvint à refaire face à Fao.
- Comment peux-tu dire que Camille est un traître ? Alors qu’il cherche à vous libérer de l’emprise maléfique de Héra...
- Comment oses-tu ? Gronda Fao en renvoyant Shun au tapis.
- Mais c’est la vérité... Gémit le Saint.
- Suffit ! Je vais te faire taire à jamais. Grâce à ton cosmos, tu as pu survivre à mon attaque... Et c’est bien dommage pour toi.
Fao leva la main ; Shun parvint à apercevoir un rai de lumière et se protégea avec sa chaîne. Il évita ainsi le coup fatal.
- Quelle chaîne merveilleuse ; fit Fao, admiratif ; mais elle ne te protégera pas de ma prochaine attaque.
Le Crystal Soldier fit rayonner son cosmos.
- Mais... Mais que se passe t-il ? Balbutia Shun. Qu’est-ce que...
Un arc-en-ciel jaillit du corps de Fao et colora les nuages. Tout prit les sept couleurs de l’arc majestueux. Une atmosphère scintillante baigna le lieu du combat.

Past Part Two.

- Argh ! On a rien trouvé, je commence à perdre patience !
- Tant que ce n’est pas l’espoir...
Milo regarda Shaka. Cela faisait presque une heure qu’ils recherchaient Héphaïstos et ils étaient toujours bredouilles.
- Tu crois que Mû et Aiolia ont eu plus de chances ?
- A vrai dire, je pense que non. Héphaïstos se cache sûrement en attendant l’occasion.
- Shaka, regarde où nous sommes.
Le Saint de la Vierge tourna la tête. Devant eux se dressait l’Horloge du Zodiaque, imposante. Et quelque chose brûlait, presque indécelable.
- Qu’est-ce que c’est ? demanda Milo.
- Oh... Oh non ! C’est... Dans une heure, Athéna va renaître, et Shion la découvrira et...
- Oui, j’ai compris. Il ne nous reste que peu de temps.
Milo avala sa salive et rebroussa chemin.
- Où vas-tu ? Demanda Shaka.
- Il faut retrouver Mû et Aiolia, et nous rendre devant l’autel d’Athéna.
- Tu es fou... Shion pourrait nous découvrir ! Protesta Shaka en attrapant son ami par le bras.
- Héphaïstos ne se montrera pas, nous ne le trouverons pas. Mais il agira certainement aux premières secondes où Athéna se réincarnera. Et Shion ne découvrira qu’un cadavre !
- Milo...
- Nous sommes des chevaliers d’Or, non ? Quoi de plus normal que deux chevaliers d’Or qui patrouillent dans le temple ?
- Certes mais nos cosmos ne sont pas les mêmes qu’à l’époque.
- Shaka, tu sais ce que m’a dit Iulia, un jour ?
Le Saint de la Vierge sentit son cœur se serrer au nom de Sagittarius Fili.
- Notre cœur reste toujours le même. Au fond de nous, l’enfant que nous étions existe toujours. Aussi même si quelqu’un ressent notre présence, il reconnaîtra notre essence profonde.
- Je comprends, Milo. Et tu veux savoir plus ?
Milo ouvrit de grands yeux, un peu étonné.
- Je pense que, pour te souvenir de cela en cet instant, eh bien Nikê nous protège, par delà son sommeil et le Temps.
Le Saint du Scorpion sourit, ému. Tous deux levèrent la tête vers le ciel étoilé. Ils réussiraient quoiqu’il arrive.

Dispute.

Shana avait tiré drap et couverture, éliminant l’environnement protecteur de Iulia, toujours inconsciente. Sa patience commençait à faiblir et, inquiète pour ses frères, elle commençait à en vouloir à Sagittarius Fili.
- Cesse de te réfugier dans ce mutisme, maintenant ! Cette attitude est condamnable de la part de quelqu’un comme toi.
Les larmes aux yeux, elle enflamma son cosmos.
- Que tu le veuilles ou non, je te sortirai de cette prison où tu t’es enfermée. Hein ?
Une étrange sensation s’empara d’elle. Immédiatement, elle sut que Iulia parlait avec elle, par le biais de leurs cosmos. Shana sentit le vide autour d’elle.
- Que veux-tu me faire comprendre ? Qu’est-ce... Mais nous sommes dans le Passé ?
- “ Iulia ? Où es-tu ?
- Je suis ici, oncle Aiolia !
- Je t’ai déjà dit de ne pas sortir de la maison... ”
- Tu te rappelles ton passé, Iulia ? Murmura Shana.
- “ Que faisais-tu ?
- Il y a deux garçons qui parlaient. Ils disaient qu’un Saint avait tenté de tuer Athéna il y a cinq ans, c’est vrai ?
- Euh... ”
Shana constata l’embarras du jeune Aiolia devant sa nièce. Le Saint du Lion considérait la petite fille avec tendresse mais aussi avec tristesse.
- “ Oui... Mais c’était il y a cinq ans, comme tu as dit. De l’eau a coulé sous les ponts depuis.
- Papa était encore en vie ?
- Je...Tu sais, je ne me rappelle pas trop.
- Pourquoi il est mort, mon papa ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ?Aiolia...
- ... ”
La vision s’arrêta. Shana se retrouva dans la chambre de la Tour. Elle voyait encore les yeux humides du Saint du Lion devant les questions de la petite Iulia, qui ne comprenait pas pourquoi son père...
- Je suis désolée... Iulia. Je sais combien vous avez souffert, toi et Aiolia. Mais pourquoi te mures-tu encore dans cette souffrance ? Seiya ne mérite pas d’être traité ainsi, et je sais que tu souffres de le repousser...
Shana s’assit sur une chaise avant qu’un vertige ne s’empare d’elle à nouveau.
Une nouvelle fois, le noir remplaça les murs de la Tour. Shana regarda attentivement autour d’elle.

Shun contre Fao.

- AAAHHH !
Le Saint d’Andromède frappa le sol durement, laissant son empreinte dans la terre. Devant lui, Fao riait, du rire du vainqueur. Shun était étendu devant lui, mais bizarrement, il ne souffrait pas des multiples blessures que son adversaire venait de lui infliger.
- Pauvre petit Saint ! C’est donc cela, la puissance des Saints d’Athéna ? ! C’est pitoyable ! S’esclaffait Fao en contemplant Shun, inanimé. Vraiment, je m’attendais à plus de la part d’un guerrier comme toi. Cela dit, l’heure n’est plus à l’amusement. Je vais te porter le coup final !
- Argh...
- Quoi ? Tu te relèves ?
- Agh... Fao... Je n’ai jamais aimé me battre, je déteste la violence mais... Je dois sauver Athéna...
- Tu ne manques pas de courage. Reconnut Fao.
- Je ne veux pas te tuer, je sais que tu es sous l’emprise d’Héra...
- Comment ?
- Je suis désolé. Implora Shun en lançant sa chaîne.
- Mais que... Je suis...
Fao étouffa un cri de douleur : la chaîne d’Andromède l’enserrait totalement, l’empêchant presque de respirer.
- Grr ! Libère-moi, tu entends ? ordonna Fao, en gesticulant.
- Non, tu vas rester là, en attendant que j’aille au château vaincre Héra.
- Espèce de lâche ! Tu t’enfuis !
- Pas du tout, je sauve ta vie. Répondit Shun en reprenant sa route.
- Attends... Tu ne t’en tireras pas comme ça ! ! Cria Fao en enflammant sa cosmo-énergie.
Shun, étonné, se retourna. Fao inspira profondément, gonfla ses muscles et, d’un geste rageur, fit voler la chaîne, se libérant de son emprise.
- Impossible... OUAAAHH !
Shun fut projeté en arrière sous la violence du choc.
- Je n’arrive pas à le croire ! Personne n’avait jamais pu se libérer de ma chaîne... Mais lui...
Fao se dressait de nouveau devant lui.
- Nul ne pourra me retenir contre ma volonté ! En garde !
- Je ne veux pas me battre contre toi, essaies de comprendre ! Supplia Shun.
- Tu n’as pas voulu mourir sans souffrance ? Très bien, tu vas avoir à faire avec ma véritable force ! Subis l’attaque de l’Opal Soldier ! Deadly Rainbow !
- Mais qu’est-ce que...
Dans un hurlement terrible, Shun fut balayé par l’attaque de Fao. Un arc-en-ciel l’enveloppa et se transforma en un toboggan noir.
- AAAH ! J’ai l’impression d’être absorbé par cet arc-en-ciel, de me résorber dans son trou noir... AARGH !
- Tu vas périr dans mon spectre de lumière ! Hin !Hin !Hin !
- NOOONNN !

Les autres Saints de Bronze, qui poursuivaient leur route, stoppèrent. Ils avaient entendu le hurlement de leur frère mais, en braves soldats, ils ne retournèrent pas sur leurs pas.
Shiryû gravissait les marches de la route qu’il avait choisie quand une présence se fit sentir.
- Montre-toi, ce n’est pas la peine de te cacher ! Dit-il.
- Ah !Ah !Ah ! Quelle perception extraordinaire, Saint du Dragon, tu m’impressionnes !
Une ombre lui barrait la route.

La pétrification.

- Shun !
Saori serra ses mains contre sa poitrine, anxieuse. La cosmo-énergie de Shun venait de s’enflammer et avait soudain disparu. Shina et Marine, qui étaient restées près d’elle, s’approchèrent.
- Athéna... Comment allez-vous ?
- Je tiens le coup, ne vous inquiétez pas.
- Mais vous... Vos pieds ! S’écria Shina. Ils sont...
- La pétrification a commencé. Constata Marine. Et vous, vous continuez de vous en faire pour les Saints.
- Le cosmos de Shun a explosé et s’est éteint tout d’un coup.
- Je sais, Princesse, cependant il saura s’en sortir. Ils ont affronté des épreuves bien plus dures et...
- Marine ! Shina !
Les deux jeunes femmes se retournèrent. Kiki venait les rejoindre, essoufflé.
- Des problèmes ? S’enquit Marine.
- Les Saints d’Or ne sont pas revenus ! Qu’est-ce qu’il va se passer ?
- Kiki, ne t’inquiètes pas pour eux, je sais qu’ils réussiront eux aussi. Répondit Saori.
- Oh mais... Princesse ! Vous...
Saori sourit tristement. Elle ne sentait plus ses jambes, seule une douleur sournoise. Elle avait aussi du mal à respirer. Mais elle n’abandonnerait pas. L’avenir du Monde était en jeu.
- Je voulais aussi vous dire... Continua Kiki.
- Qu’est-ce qu’il y a ? Demanda Shina.
- La pétrification s’est arrêtée d’avancer, le cosmos d’Athéna empêche sa progression.
Marine et Shina soufflèrent un peu. Au moins, ce que faisait Saori n’était pas vain.
- Est-ce raisonnable que vous risquiez ainsi votre vie ? Fit Kiki d’un ton triste.
Saori acquiesça. Elle seule pouvait retarder la souffrance des hommes.

Past part Three.

Les quatre Saints d’Or se trouvaient maintenant devant la statue d’Athéna. Ils avaient réussi à s’infiltrer dans le palais, en passant les Douze Maisons, et attendaient maintenant qu’Héphaïstos se dévoile.
- Faut qu’il se dépêche ! Bougonna Milo. J’ai un mauvais pressentiment.
- D’après moi, il ne reste qu’une minute avant la réincarnation d’Athéna. Marmonna Mû.
- Je pense que le dieu des Forges apparaîtra à la seconde même où Athéna prendra forme. Il faudra être prompts. Expliqua Aiolia.
Shaka hocha la tête. Il surveillait l’escalier par lequel on accédait à la statue.
- Gah ! S’étrangla Milo. Re... Regardez !
Une lueur doré se mit à briller aux pieds de la statue. Un cosmos infiniment doux se répandit, plongeant les lieux dans une plénitude apaisante. Les Saints d’Or en furent émerveillés.
- Nous assistons à la naissance d’Athéna. Murmura Mû.
- Reprenons-nous ! Héphaïstos va agir sous peu ! S’écria Shaka.
Ils s’élancèrent vers la lumière, entourant le corps qui se consistait. Sur leurs gardes, ils guettaient le moindre geste. Un cosmos menaçant apparut alors. Héphaïstos était dans une colère noire.
- Maudits, dégagez de là !
- Jamais ! Nous protégerons notre déesse quoiqu’il advienne ! Provoqua Milo.
- Vous allez mourir avec elle ! Vociféra le dieu. Œil de Seth ! Anéantis ces vermines !
Un rayon rouge fondit vers les Saints d’Or qui, pour se protéger ainsi qu’Athéna, enflammèrent leurs cosmos. Mais ils reçurent une décharge telle qu’ils s’effondrèrent. Miraculeusement, Athéna n’était pas touchée et eux même n’étaient pas blessés.
- Cette fois-ci, vous aurez moins de chance ! Siffla Héphaïstos.
Il relança une attaque.
- C’est... Foutu... Haleta Shaka.
- Nous n’avons plus de forces... Gémit Aiolia.
- Athéna... Pardonnez-nous. Souffla Mû.
Un flash intense fusa dans le ciel. Leurs cosmo-énergies se décuplèrent, illuminant la nuit.
- Quoi ?
- Mais qu’est-ce que...
- Mes forces reviennent...
- Nous allons réussir...
Ils réunirent leurs pouvoirs et attaquèrent Héphaïstos. Le rayon de l’Œil de Seth fut stoppé et repoussé. Furieux, le dieu des Forges brandit son poing.
- Vous allez me le payer !
- Certainement pas ! Tu as échoué, Shion va arriver et découvrir Athéna. Dit Mû.
- Mais qu’est-ce qu’il se passe ? Qui est là-haut ? C’est interdit ! Fit une voix.
- Shion ! S’exclamèrent Aiolia, Milo et Shaka.
- Malédiction ! Rugit Héphaïstos. Je ne peux plus agir.
Il réfléchit un instant puis éclata de rire.
- Je n’ai plus droit qu’à un voyage dans le temps, et puisque c’est ainsi, je vais me rendre un peu plus tard, un certain soir de 4 octobre ! Ah ! Ah ! Ah ! Et un certain Saint d’Or ne verra pas, ce soir-là, une étoile filante dans le ciel ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
Il disparut sous le regard stupéfait des Saints d’Or.
- Il faut le suivre. Fit Shaka. Mais je me demande...
- Oui. Enchaîna Milo. Pourquoi un soir de 4 octobre ? Et c’est quoi, cette histoire d’étoile filante ?
Les yeux d’Aiolia se troublèrent sous l’effet de la peur. Le cœur battant, les mains tremblantes, complètement affolé, il se mit à crier :
- Dépêchons-nous... Il veut... Il va...
- Aiolia, du calme ! Dit Mû. Explique-nous !
- Il veut tuer mon frère ! Il veut tuer Aioros !
- QUOI ? S’exclamèrent ses amis.
- Vous avez ressenti cette force venue nous aider à protéger Athéna ? Alors que nous étions à bout de forces ?
- Oui mais...
- C’était ma nièce ! C’était Iulia, qui est venue nous aider !
Les Saints d’Or se regardèrent, la frayeur s’emparait d’eux. Ils avaient peur de savoir pourquoi Héphaïstos voulait tuer Aioros.
- S’il tue Aioros ; expliqua Aiolia ; non seulement Iulia ne naîtra pas, la Victoire ne sera pas à nos côtés, mais en plus, Saga tuera Athéna puisque mon frère ne pourra l’en empêcher.
- Qu’est-ce qu’on attend, alors ? Rugit Milo. Le vortex va finir par se refermer.
- Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi il a parlé du 4 octobre et d’une étoile filante. Marmonna Shaka.
Aiolia se retourna, le regard perdu.
- C’est dans moins d’un mois : c’est le soir où ma nièce a été conçue ! Et cette nuit-là, j’avais effectivement vu une étoile filante traverser le plafond céleste.
Sans plus tarder, ils sautèrent dans le vortex.
Quelques secondes après, Shion découvrait Athéna.
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:09 (2007)    Sujet du message: La Malédiction de l’Œil Rouge. Répondre en citant

La fin de Fao.

- Incroyable !
Fao serrait ses poings, furieux et contrarié : Shun se dressait devant lui, en lévitation dans les airs, sa cosmo-énergie au maximum.
- Puisque tu ne veux pas comprendre, je vais devoir utiliser tout mon pouvoir. Fit Shun à regrets.
- Tu penses pouvoir me vaincre ?
- Ton attaque la plus puissante ne peut m’atteindre, Fao.
- Je ne me laisserai pas vaincre aussi facilement ! Deadly Rainbow !
- Chaîne Nébulaire, abats ton ennemi !
Un choc d’une grande violence produisit une déflagration intense. Les deux cosmo-énergies s’entrechoquèrent. Avec un sourire, Fao vit Shun s’estomper dans sa lumière noire.
- Ah !Ah !Ah ! Il n’a pu me vaincre... Hein ?
La chaîne d’Andromède fondit sur lui, réduisant son armure en miettes.
- Non... Non... OUAAAARRRGH !
Fao se fracassa au sol tandis que Shun, épargné, se tenait devant lui.
- Argh... Comment as-tu pu...
- Fao, je me bats pour la Justice, et non pour servir les obscurs desseins d’Héra. C’est pourquoi je t’ai vaincu.
- Non... Ce... N’est pas...
Il expira. Shun secoua la tête, se retourna en regardant au loin le château où Héra se cachait et se remit en route. Il était bien dommage que Fao n’ait voulu comprendre la vérité.

Dans les hauteurs, près du Tombeau des Scellés ; la douleur de Camille.

- Je ne peux y croire ! Fao a été tué ! ! Incroyable !
Héra jeta à terre son verre empli d’eau, qui se fracassa en répandant son contenu. Un peu plus loin, Camille, à demi inconscient, trouva la force de répliquer à la fureur de son ennemie.
- Les Saints ont plus de ressources que tu ne le pensais, hein Héra ?
- Qu’est-ce que tu dis ? Cracha la déesse, en se retournant.
- Je dis que ta victoire n’est pas encore acquise... ARGH !
Camille cracha un flot de sang ; Héra venait de lui lancer une attaque.
- Tu es mourant et tu trouves encore de quoi te réjouir, hin ! Ricana t-elle.
- Tous mes amis mourront, mais au moins, la Terre sera sauvée.
- Tu es bien sûr de toi !
Camille leva la tête ; il sentait sa vie filer avec le sang qu’il perdait, néanmoins, il vivrait jusqu’au bout, pour aider les Saints dans leur mission. Un nom glissa d’entre ses lèvres : “ Saori ”.

- Oh !
Marine, Shina et Kiki sursautèrent : Athéna, réfugiée dans un demi-sommeil pour préserver ses forces, venait brusquement de s’agiter.
- Princesse ! Que vous arrive t-il ? S’écria Shina.
- Rien je... Quelqu’un m’a appelé... C’était comme une prière...
- Seiya ? Hyôga ? Demanda Marine.
- Non, je crois... Que c’était cet homme, oui, Camille.
Saori voulut lever une mèche de cheveux qui chatouillait son visage, mais elle ne put mouvoir son bras.
- Oh non, la pétrification continue. Gémit Kiki. Princesse !
- Ne t’inquiète pas, Kiki, aie confiance. Mes chevaliers réussiront à produire le miracle. Assura Saori.
Elle referma les yeux cependant qu’un étrange sentiment mordait son cœur : Qu’était-il arrivé à Camille ?

- Tu persistes à te dresser contre moi, Saphir Soldier ? Si tu te décides à affronter les Saints, tu auras la vie sauve ! Prononça Héra.
- Tu perds ton temps, déesse malfaisante ! Jamais je n’utiliserai ma force pour détruire le monde !
- Alors tu mourras ! Siffla t-elle en lançant une attaque vers le pauvre garçon, qui hurla.
Dehors, les Saints avançaient, le temps passant inexorablement. Seul Shiryû avait trouvé ennemi sur sa route.

Des yeux émeraude.

Shiryû se tenait sur ses gardes face à celui qui se dressait contre lui. Il avait une armure verte aux reflets turquoise, ses cheveux étaient longs et très noirs. Mais il ne pouvait voir son visage caché par une sorte de lunettes noires.
- Tu es un Crystal Soldier, n’est-ce pas ? Laisse-moi passer, je ne tiens pas à me battre contre quelqu’un qui ne contrôle plus son esprit !
- Ah !Ah !Ah ! Ne me sous-estime pas. Et si tu ne veux pas te battre, tu mourras !
Un fort courant d’air s’abattit sur Shiryû qui sauta sur le côté. Il allait répliquer quand...
- Quoi ? Mais qu’est-ce que... S’écria le Saint du Dragon en constatant la plaie sur sa jambe. J’ai pourtant évité son attaque ? ? ! !
- Hin ! Hin ! Hin ! Surpris, chevalier ? Ce n’est que le début ! Fit son adversaire en attaquant de nouveau.
- Pas cette fois ! Dit Shiryû en esquivant le coup.
- Hin ! Hin ! Hin !
Le Saint regarda son bras droit : une large entaille laisser filer du sang. Incrédule, il fixa son ennemi.
- C’est incroyable... Son attaque est si puissante qu’il arrive à me blesser rien qu’avec l’air qu’il déplace. Il a presque la même technique que Shura...
Shiryû serra les dents et enflamma son cosmos.
- Très bien, je n’ai pas le choix. Subis la colère du Dragon !
Son attaque fut très puissante mais elle ne parvint pas à terrasser son adversaire qui s’était protégé avec ses bras.
- Non ! Impossible... Souffla Shiryû. Il n’a même pas bougé...
- Hm. Pas mal, chevalier. Mais si c’est tout ce que tu sais faire... Hein ?
Les lunettes émirent un bruit sec et tombèrent au sol, révélant le visage de leur possesseur. Shiryû recula d’un pas sous l’effet de la surprise.
- Mais tu es... Tu es une femme ! S’écria t-il.
Il s’arrêta soudain. Elle avait des yeux d’un vert intense, des yeux couleur émeraude, qui l’observaient avidement. Troublé, le Saint avala difficilement.
- Qui es-tu ? Parvint-il à articuler.
- Grr... Mon nom est Jade, Emerald Soldier sous les ordres de sa Majesté Héra.
- Emerald Soldier... Une femme...
Décontenancé, Shiryû ne sut plus quoi faire.
“ Si elle persiste à me barrer la route, je devrai l’affronter, je dois sauver Athéna même au prix de ma vie, cependant... Je ne pourrai jamais lever la main sur une femme... ”
- Eh bien alors, chevalier ? Qu’est-ce qu’il t’arrive ?
- Pourquoi est-ce qu’une femme comme toi est devenue un Crystal Soldier ? Fit tout à coup Shiryû.
Ne s’attendant pas à une telle question, Jade ouvrit de grands yeux.
- Qu’est-ce que cela peut te faire ? Assez de bavardages, bats-toi, ou tu périras ! Cria t-elle en attaquant.
Shiryû se protégea avec le bouclier du Dragon et ne fut pas blessé.
- La légende ne mentait point, ce bouclier est vraiment efficace. Reconnut Jade. Malheureusement...
- Quoi ? Fit Shiryû en regardant son bouclier. Oh non ! C’est impossible !
Le bouclier était profondément rayé, même s’il ne s’était pas brisé. Abasourdi, le Saint du Dragon n’en revenait pas. Quelle force extraordinaire pour une femme...
- Alors, chevalier, tu es surpris ?
- Argh... Il va vraiment falloir que je l’affronte. Très bien, Jade. Même si cela me répugne, je vais me battre contre toi. Subis la Colère du Dragon !
- Queen Esmeralda !
- OUUAAAHHHH !
Shiryû retomba lourdement au sol, ensanglanté. Péniblement, il se mit sur le dos, cherchant son souffle.
- Aah... Aah... C’est vraiment incroyable... Elle a évité mon attaque tout en ... Argh !
Jade le surplomba, un sourire carnassier aux lèvres. Shiryû tenta de se relever mais il ne put que gémir.
“ Comment une jeune femme aussi belle peut-elle être aussi cruelle... C’est aberrant... ”Pensa t-il.
- Ne te torture pas, Saint du Dragon. Ton calvaire va se terminer. Tu ne pourras résister à ma prochaine attaque.
- Jade, attends... Pourquoi obéis-tu à Héra ? Pourquoi as-tu trahi Hermès ?
- Meurs, chevalier ! !

Les ténèbres de Shana.

Shana se trouvait dans un espace-temps étrange, noir et sombre. Le néant, pensait-elle. Pourquoi Iulia l’envoyait-elle ici, qu’y avait-il ?
- Iulia, où sommes-nous ? Demanda t-elle. Qu’y a t-il ici d’important pour toi ?
Une faible lueur illumina le noir. Shana plissa les yeux, essayant de voir malgré l’obscurité.
- Saori... Saori... Saori...
- Mais ? C’est Seiya ? S’étonna Shana.
- Si on ne se dépêche pas, Saori va mourir...
- C’est Seiya. Nous percevons ses pensées ! S’écria la prêtresse divine. Iulia ! Tu ressens les peurs de Seiya ?
- Ma déesse ! Rendez-moi ma déesse ! Assassins ! Rendez-moi ma déesse !
- Je ne reconnais pas, c’est Seiya mais quand ? HIIAAAHH !
Shana se sentit tomber, aspiré par le vide. Hurlant, tourbillonnant dans sa chute, Shana s’évanouit.

“ Mais oui, quand était-ce ? Il me semble avoir vécu cette situation. Pourquoi criait-il ainsi ? J’ai mal au cou, je me sens partir... Pourtant, mon cosmos explose, il brûle, il s’étend, j’aide... Quand était-ce ? ”

Shana se réveilla dans le temple du Verseau. En face, Hyôga et Camus s’affrontaient.
- Hyôga ! Camus ! Mais que faites-vous ? Hurla t-elle.
- Par l’Exécution de l’Aurore !
- NOONN !
Hyôga et Camus tombèrent au sol, morts. Shana sentait son cœur bondir en sa poitrine, que s’était-il passé ?
- Tu revis l’une des ténèbres de ton cœur.
- Iulia ! C’est toi ?
- Tu crains pour la vie de Hyôga ?
- Evidemment, Iulia. Le cœur craint toujours pour l’être aimé.
- Et lui, il craint pour ta vie. C’est ce qui te différencie de moi.
- Pourquoi ? Tu penses que Seiya ne craint pas pour toi ? S’insurgea Shana. Tu sais que c’est faux...
- Vraiment ?
Shana se tut. Iulia n’avait pas répliqué d’un ton ironique, comme à son habitude. Non ! Elle demandait son avis, aussi incroyable que cela pouvait être. Iulia ouvrait son cœur.
- Iulia, tu doutes encore de l’amour de Seiya pour toi ? Demanda t-elle, doucement. C’est à cause de ses pensées ?
Shana venait de réaliser que Iulia lisait dans le cœur de tous les Saints, et dans celui de Seiya, il y avait ses craintes pour Saori.
- N’y avait-il pas autre chose ? Ne réclamait-il pas sa déesse ? S’interrogea Shana.
- Quoiqu’il en soit, je vais revenir. Shana, tu avais raison, je dois ouvrir mon cœur.
- Iulia, tu vas revenir ! C’est formidable ! Iulia ? Iulia ?
Shana se réveilla dans la Tour. Encore étourdie, elle passa ses mains sur son visage. Iulia dormait toujours mais elle reprenait des couleurs. Une question subsistait encore dans la tête de la Prêtresse Divine.
“ Seiya réclamait sa déesse, qui était-ce ? ”

Past part four.

- Aiolia ? Où sommes-nous ?
- Dans la partie Est du Sanctuaire, Shaka. Répondit le Saint du Lion.
- Est ? Je croyais que ta maison se trouvait au Sud, aux limites du Sanctuaire. Fit Milo.
Aiolia resta pensif. Comment allaient-ils pouvoir sauver Aioros sans que ce dernier ne les voit ?
- Où est ton frère ? Te souviens-tu de cette journée ? Demanda Mû.
- Non ; je n’avais pas vu mon frère de la journée, c’est tout ce dont je me rappelle.
- Nous sommes en plein après-midi, Héphaïstos veut nous compliquer la tâche. Constata Shaka.
Les Saints d’Or le regardèrent.
- Oui. Nous devons veiller à ne pas nous faire voir alors que nous le recherchons ainsi qu’Aioros.
- Grr. Cela me rend malade d’être aussi impuissant ! Grogna Milo.
Aiolia sentit son courage vaciller : si son frère était tué, alors Athéna ne serait jamais sauvé des griffes de Saga, et sa nièce ne verrait jamais le jour.
- Si seulement je savais où se trouvait Aioros ce jour-là...
Le regard de Mû s’éclaira.
- Je sais où il est !
- Comment ? Firent ses trois compagnons.
- C’est bien le 4 octobre que Iulia a été conçue, n’est-ce pas ?
- Euh... Oui ! Répondit Aiolia.
- Aioros est dans son temple. Il est sûrement en train de déposer son armure sur l’autel de la Maison du Sagittaire.
- Tu crois ? Demanda Milo, dubitatif.
- Nikê se réincarne toujours sous les traits d’un enfant de Saint d’Or, et d’après tout ce que nous avons appris, lors de la bataille dans l’Hadès, le Saint du Sagittaire en a toujours été le père. Vous savez pourquoi ?
Les Saint nièrent. Mû ferma les yeux, l’air grave.
- Le Sagittaire vise le centre de notre galaxie. Sa flèche reçoit toutes les énergies des différentes constellations. Vous savez aussi bien que moi ce dont Nikê est capable.
- Oui... Fit Milo, étonné par le ton de son ami. Elle est le plus puissant des chevaliers d’Athéna.
- Je vois ce que tu veux dire, Mû. Répondit Shaka. La cosmo-énergie de Nikê nous accompagne dans tous les combats, elle veille sur nous, nous redonnant force et espoir quand tout semble perdu.
- Et elle peut fusionner en elle nos cosmos pour vaincre un ennemi, déclenchant une attaque d’une puissance équivalente à 4 Athéna Exclamation. Enchaîna Aiolia.
Mû se retourna et contempla le Sanctuaire qui s’étendait devant eux.
- C’est pourquoi son père est toujours le Saint du Sagittaire. Dit-il après un long silence. Aujourd’hui, alors qu’elle s’apprête à revenir sur terre, Aioros s’est retiré dans son temple, afin de recevoir le Pouvoir Divin.
- Pouvoir Divin ? S’exclamèrent ses compagnons.
- Il ne le savait sans doute pas, mais inconsciemment... Fit le Saint du Bélier sans finir.
Maintenant, ils réfléchissaient au moyen de le sauver. En soupirant, Milo leva le regard sur Aiolia. Un sourire éclaira son visage.
- Je sais comment sauver Aioros ! Déclara t-il à la stupéfaction de tous.

Le puits Céladon.

Shiryû regardait Jade en soufflant, la sueur couvrait ses yeux. Son ennemie dégageait sa main du rocher, faisant crisser les gravats. Essuyant son menton, Shiryû se remit en garde.
“ C’est vraiment effroyable. Si je ne m’étais pas dégagé, je serais mort. Elle a brisé ce rocher d’un simple coup. Quelle puissance... ”
- Alors, chevalier ? Tu te demandes si tu ne devrais pas renoncer ?
- Jamais de la vie ! Je suis un Saint d’Athéna et je me battrai jusqu’au bout. Par la Colère du Dragon !
- Inutile ! Fit Jade en parant tous les coups.
Shiryû retomba au sol, une main à terre.
- Vraiment incroyable... Souffla t-il.
- Je vais te décapiter ! Meurs !
Jade lui envoya une série de coups aussi tranchants qu’une lame. Tant bien que mal, le Saint du Dragon les évita, s’en tirant avec seulement une égratignure sur la joue.
- Tu es habile, je le reconnais. Mais tu ne tiendras pas longtemps !
- Mais que fait-elle ? S’écria Shiryû.
Jade intensifiant sa cosmo-énergie. Un puits s’ouvrit sous les pieds de Shiryû, une fumée verte s’empara de son corps.
- Que... AARGH ! Cette fumée me paralyse... Je ne peux plus bouger...
- Par le Puits Céladon !
- Quoi ? Le... Le Puits Céladon ?
- Tu es incapable de bouger, désormais. Je vais te tuer aussi facilement qu’un nouveau-né ! Mais avant, je vais m’amuser avec toi !
Elle décocha un coup de poing. Du sang coula depuis le front de Shiryû, troublant sa vue lorsqu’il s’infiltra dans ses yeux.
- Jade... Pourquoi tant... pourquoi tant de cruauté ?
- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Ton cœur est empli d’une haine sourde... Pourquoi ?
Jade se mordit les lèvres, fermant ses yeux forts.
- Non... Je ne veux pas me rappeler... Non ! Tu dois mourir !
Shiryû se concentra pour intensifier son cosmos dont l’aura parvint à repousser l’attaque de Jade. Cela lui permit de retrouver un peu de mobilité.
- Tu es très fort mais je parviendrais à te vaincre ! YAAH !
- Urg ! Fit Shiryû en bloquant le poing de Jade.
- Prends ça ! Rugit-elle en le frappant à l’estomac.
“ Si je... Si je ne réagis pas... Je vais mourir... ”
Le cosmos de Shiryû s’enflamma soudainement, brûlant de toute sa puissance. Jade recula, étonnée, mais se reprit.
- Tu ne réussiras pas ! Queen Esmeralda !
- Par la Colère des Cent Dragons de Rozan !
L’attaque de Jade fut déchirée et la jeune femme fut rejetée contre une falaise, s’incrustant profondément dans la roche, et retombant au sol. Shiryû se précipita auprès d’elle et la souleva.
- Jade ! Tiens bon !
- Saint du Dragon... Pardonne-moi...
- Tu as retrouvé ton véritable esprit, Jade ?
- Tu es très fort, chevalier, j’espère que tu pourras me pardonner pour le mal que je t’ai fait... AAAHH !
- JADE ! Dis-moi pourquoi tu es devenue Crystal Soldier...
- Ec... Ecoute, fais attention à Héra, elle est très dangereuse... Prononça t-elle en tendant sa main.
- Réponds, Jade ! Jade !
Mais la jeune femme venait d’expirer, laissant retomber sa main. Shiryû la reposa doucement et ferma ses yeux. Il se releva en regardant le château, serrant son poing.
- Héra ! Tu vas payer pour ça !
Il se remit en route.
Ses compagnons ; Seiya, Shun, et Hyôga ; avançaient eux aussi, mais beaucoup d’épreuves les attendaient encore.

Shana, protectrice d’Athéna.

Marine, Shina et Kiki regardaient, impuissants, Saori se transformer au fil des heures. La jeune femme était déjà statufiée jusqu’au bassin et ne pouvait pas mouvoir ses bras. Malgré tout, elle restait tête haute et son cosmos ne perdait pas son intensité.
- Les Saints d’Or ne sont pas revenus. Soupira Shina.
- En tout cas, la Princesse est toujours vivante, cela veut dire qu’Héphaïstos ne l’a pas tuée dans le Passé.
- Certes, Kiki ; répondit Marine ; mais s’ils ne sont pas de retour, ils ne l’ont pas vaincu.
Le petit garçon baissa la tête. Son maître lui avait recommandé de ne pas perdre espoir et d’être courageux. Cependant, il ne pouvait s’empêcher de craindre pour Saori.
- Shina, Marine, Kiki ! !
- Shana ? Que viens-tu faire ? S’étonna Shina.
- Il est arrivé quelque chose à Nikê ? S’enquit Marine.
- Non... Au contraire ! Elle revient ! Annonça Shana.
- Elle s’est réveillée ? S’écria Kiki avec une lueur d’espoir dans ses pupilles.
Shana poussa un soupir et dut secouer la tête. Kiki haussa un sourcil, Marine et Shina posèrent leurs poings sur les hanches.
- Alors, que se passe t-il ? Demanda Marine.
- Elle n’est pas réveillée, mais ce n’est qu’une question de temps. Iulia reprend conscience.
Saori ouvrit les yeux et tourna difficilement la tête. Ses traits étaient tirés, trahissant sa souffrance.
- Princesse, ne faites pas de mouvements inutiles. Fit Kiki, prévenant.
- Ne t’inquiète pas, je suis heureuse de savoir que Iulia nous revient.
- Princesse... Murmura Shana.
- Shana, pour l’instant, tu ne peux pas m’aider. Par contre, tu dois protéger Iulia.
- Comment ? Mais enfin, c’est vous que je dois protéger...
- Je ne crains rien, je t’assure. Ce n’est pas le cas de Iulia.
- Princesse ! Iulia n’a pas besoin de...
- Mais si ! Coupa Saori sans s’énerver. Iulia est fragile, on ne peut ignorer cela. Je t’en prie, protège-la.
Shana acquiesça. Saori sourit en se replongea dans son demi-sommeil.
- Courage, Princesse. Nous surmonterons tous cette épreuve. Prononça Shana en serrant son poing contre sa poitrine.
“ Hyôga, je t’en prie, toi et les autres, revenez vainqueurs. ” Pria t-elle en son cœur.

Past part Five.

- Je ne sais pas si ça va marcher.
Aiolia croisa les bras, peu convaincu. Milo haussa les épaules, contrarié.
- Je sais que ça marchera. Si nous n’avons pas foi en nous, jamais nous ne réussirons.
- Milo a raison ; dit Shaka ; il faut tenter tout ce qui est possible.
- Mais Aioros est très différent, Héphaïstos ne s’y laissera jamais prendre. Protesta le Saint du Lion.
Les quatre chevaliers d’Or se trouvaient devant l’entrée du temple du Sagittaire. Ils avaient pu traverser les maisons précédentes qui étaient exceptionnellement vides. Mû s’était rappelé qu’un soir, à l’exception d’Aioros, tous les Saints d’Or s’étaient réunis au Palais du Grand Pope en l’honneur d’Athéna.
- Oui, je m’en souviens. Shion devait se douter de ce qui arrivait puisqu’il n’avait pas fait chercher Aioros. Répondit Shaka. Je crois qu’inconsciemment nous savions tous ce qui se passait.
- Encore heureux. Si nous l’avions réellement su...
Aiolia ne termina pas sa phrase.
- Bon, on y va ? Dit Milo qui s’impatientait.
Ils pénétrèrent dans le temple, avancèrent à pas de loup jusqu'à la salle centrale. Comme Mû l’avait deviné, l’armure trônait sur son socle.
- Où est Aioros ? Fit Shaka en regardant à droite et à gauche.
- Pourvu qu’Héphaïstos ne l’aie pas... Commença Aiolia.
- Qui est là ? Vous n’avez pas le droit d’entrer ici !
La voix d’Aioros venait de se faire entendre, résonnant entre les murs de la pièce. Grâce à leurs réflexes, Mû, Milo et Shaka se cachèrent. Seul Aiolia resta, tournant le dos à son frère qui venait d’arriver. Ce dernier était surpris car il avait reconnu l’armure d’or du Lion.
- Qui êtes-vous et que faites-vous avec l’armure de mon frère ? Questionna Aioros.
- Désolé, mais je ne peux pas te répondre. Fit Aiolia en se retournant.
- QUOI ? s’écria Aioros, en voyant le visage de son interlocuteur, avant de s’évanouir sous le coup de Milo.
- J’espère ne pas y être allé trop fort ! Fit ce dernier.
Ils entourèrent Aioros, étendu au sol, inconscient. Aiolia s’agenouilla, très ému.
- Mon frère... Murmura t-il.
- Bon, on va pas s’éterniser ! Reprit Milo. Aiolia, dépêche-toi, c’est à toi de jouer.
Mû et Shaka transportèrent Aioros tandis qu’Aiolia se défit de son armure.
- Et le Pouvoir Divin ? Demanda t-il.
- Mû pense que cela se fera tout de même. Aioros recevra la possibilité d’engendrer Nikê. Rassura Milo.
Aiolia sourit faiblement. Une fois dépourvu de son armure, Milo le regarda.
- C’est une chance que vous vous ressembliez, sans quoi nous aurions été mal !
- Ouais. J’espère que nous saurons contrer le dessein d’Héphaïstos avant qu’Aioros ne se réveille.
- Avec ce qu’il a reçu, ton frère sera dans les choux pendant un bon moment ! Parla Shaka qui les rejoignait.
- Il vaut mieux ça que d’être tué. Répondit Mû. Maintenant, soyons prudents. Le dieu des forges peut survenir à tout instant.
- Il doit attendre le moment où Aioros sortira de son temple. S’il l’attaquait dans la Maison du Sagittaire, Shion déclencherait un état d’alerte. Réfléchit Shaka.
Les Saints d’Or hochèrent la tête. Aiolia allait donc sortir sous la surveillance de ses compagnons.

La pierre de Dureté.

Hyôga courait droit devant lui. Il avait, en ligne de mire, le château où Héra se terrait.
“ C’est bizarre, je n’ai pas vu un Crystal Soldier, encore. Auraient-ils tous étaient vaincus, déjà ? ”
Une explosion retentit soudain et le sol se fendit devant lui. Hyôga pila et se mit en position de défense, tous sens aux aguets.
- Tu as de bons réflexes. Fit une voix. Alors, on croyait pouvoir arriver sans encombres au château ?
- Qui es-tu ? Demanda Hyôga en cherchant d’où provenait la voix.
- Je suis ton adversaire.
Hyôga se retourna : un Crystal Soldier se tenait juste derrière lui, lui tournant le dos. Grand, blond très clair, il gardait les yeux fermés. D’un bond, Hyôga mit une certaine distance entre eux, mais une angoisse grondait en son estomac.
“ Incroyable. Je n’ai rien senti. Il aurait pu me tuer facilement alors... Pourquoi... ”
- Tu te demandes sûrement pourquoi je ne t’ai pas tué, n’est-ce pas ? Fit le jeune homme en ouvrant les yeux, considérant Hyôga. Je ne suis pas du genre à attaquer mes ennemis par derrière.
- Qui es-tu ? Redemanda Hyôga, en fixant son adversaire dans les yeux, qu’il avait gris.
- Dimitri D’Arthnès, Crystal Soldier au service de sa Majesté Héra.
Leurs cosmo-énergies s’entrechoquèrent, engendrant des éclairs dans le ciel.

- Ah !Ah !Ah ! Pauvre Cygnus ! S’exclama Héra. Nous allons assister à un véritable massacre du chevalier du Cygne !
Camille se taisait, menton contre sa poitrine, toujours suspendu par les membres par le pouvoir de la déesse. Plus le temps s’écoulait, plus il perdait ses forces, bientôt il allait mourir. Son cœur était gros : ses compagnons et les Saints du Zodiaque s’affrontaient pour satisfaire Héra.
- Tu es contente, déesse cruelle. Jade et Fao sont déjà tombés, bientôt Dimitri les rejoindra, lui qui était le plus sensible d’entre nous.
- Parce que tu crois qu’il perdra ? S’esclaffa Héra. Dimitri est l’un des plus puissants Crystal Soldiers et le Saint du Cygne ne fera pas long feu devant lui. Ton camarade cache, en son cœur, une blessure profonde qui le rend aussi dur que sa pierre symbole ! Ah !Ah !Ah !
Camille soupira. Elle avait raison : Dimitri était le plus puissant d’entre eux et cachait sa force sous sa fragilité.

- Tu vois, Saint d’Athéna. Je connais ta réputation, et je peux te dire que tes attaques n’auront aucun effet sur moi. Parla Dimitri d’un ton doux.
- Tu penses me faire peur ? Tes menaces ne me détourneront pas de ma mission !
- Tant pis.
Dimitri augmenta son cosmos qui brilla d’une aura blanche. Hyôga en fut ébahi : l’armure de son adversaire prenait des reflets bleutés qui lui rappelaient quelque chose.
“ Assez contemplé ! Je dois me dépêcher, Athéna ne résistera pas très longtemps. ”
- Par la Poussière de Diamant !
- Je t’ai dit que c’était inutile ! Dit calmement le Crystal Soldier.
- Oh non !
La Poussière de Diamant traversa Dimitri sans le toucher. Hyôga serra les dents, furieux.
- Tu devrais te résigner. Fit son ennemi.
- Jamais ! Tu devrais savoir qu’un Saint d’Athéna ne renonce jamais ! Par la Poussière de Diamant ! !
- Tss !Tss !
- C’est impossible ! Mon attaque n’a aucun effet sur lui.
Dimitri avança de quelques pas vers le Saint.
- C’est à mon tour d’attaquer ! Dit-il simplement en tendant sa main.
- Que... ? OUARGH !
Hyôga fut traîné au sol, creusant un sillon dans la terre. Du sang coula de sa bouche en un mince filet.
- C’est... Il a réussi à renvoyer mon attaque... Comme l’aurait fait Camus, mon maître... commença Hyôga.
- Je ne t’ai rien renvoyé, tu as subi mon offensive. Elle ressemble quasiment à la tienne. Quoi de plus normal ? Fit Dimitri.
- Comment ?
- Je suis le Diamond Soldier, autrement dit, le Crystal Soldier du Diamant.

Au Sanctuaire, Shana sentit soudain son cœur se serrer. Elle se leva de sa chaise et regarda par la fenêtre de la Tour. Le ciel s’assombrissait.
- Hyôga... Souffla t-elle.
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:10 (2007)    Sujet du message: La Malédiction de l’Œil Rouge. Répondre en citant

Ouvrir mon coeur.

“ Shiryû aimerait passer le reste de sa vie aux Cinq Pics, avec Shunreï ; Hyôga et Shana pourraient vivre heureux sans soucis ; Shun souhaiterait ne plus avoir à blesser ; Ikki n’aspire qu’à vivre ; Seiya est heureux aux côtés de ses sœurs ; les Saints d’Or ne se posent pas de problèmes ; Saori supporte sa destinée... Moi seule fuis mon destin. Dès que le Mal apparaît, tous mes amis abandonnent leur tranquillité pour aller défendre l’Humanité. Ils ne se plaignent pas. Moi seule le fais. Je dois mettre mes sentiments de côté et ouvrir mon cœur. L’Amour n’affaiblit pas les hommes, il les rend plus forts. Tant pis si je dois vivre avec une blessure qui ne se cicatrisera jamais. J’ai appris à ressentir l’amour, j’ai appris à aimer. Je dois maintenant savoir le prouver. ”

Alors que Shana commençait à apaiser son inquiétude, un mauvais pressentiment l’envahit. Il se passait sûrement quelque chose de grave dans le Passé. Pourquoi est-ce que le cosmos de Iulia perdait-il en intensité ?


Past Part Six.

Aiolia voyait la lumière se rapprocher au fur et à mesure qu’il progressait vers la sortie du Temple du Sagittaire. Son cœur battait de plus en plus vite, et la sueur coulait le long de ses tempes. Derrière lui, Mû, Milo et Shaka se tenaient prêts à toute attaque éventuelle.
- Voici la sortie. Murmura Aiolia. Héphaïstos, à nous deux !
Le soleil couchant teintait le ciel en or et les nuages se coloraient en diverses nuances de rose. Aiolia ressentit rapidement une énergie néfaste prendre forme derrière lui.
- Meurs ! Cria-t-on.

- Ouille ! Ouille ! Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ?
Aioros se mit sur son séant en massant son cou douloureux. Il se rappela avoir vu un jeune homme devant lui, puis quelqu’un lui portait un coup entre les épaules et il s’était évanoui.
- Il portait l’armure d’or du Lion mais ce n’était pas mon frère et pourtant...
Ses yeux s’agrandirent. Il revit l’inconnu se tourner vers lui, le visage grave.
“ Désolé. Mais je ne peux pas te répondre. ”
- Cet homme me ressemblait, c’est incroyable ! Fit-il en portant la main à son front.
Son bandeau. Son bandeau rouge n’y était plus. Ses cheveux lui retombaient devant les yeux.
- Mais qu’est-ce qu’il se passe ici ? !
Le Saint du Sagittaire sauta sur ses pieds et courut vers la sortie.

- Aiolia !
Mû, Shaka et Milo se ruèrent vers lui. Héphaïstos avait abattu l’Œil de Seth sur le Saint du Lion ; fort heureusement, ce dernier avait paré le coup fatal et seul le bandeau qu’il avait emprunté à son frère avait été coupé. Aiolia fixa son ennemi le cœur battant.
- Malédiction ! Proféra le dieu des Forges en constatant que ce n’était pas Aioros devant lui.
- Nous allons définitivement réduire tes projets à néant ! Sourit Aiolia. Par la Boule de Feu !
- Par l’Aiguille Ecarlate !
- Par le Châtiment du Ciel !
- AAAARRRGGHH !
Héphaïstos fut rejeté loin derrière par la puissance de cette attaque. Cela ne fit qu’accroître sa haine.
- Maudits Saints ! Je vais vous éradiquer ! Que s’abatte sur vous la fureur du dieu du Feu ! !
Un tourbillon enflammé engloutit les quatre Saints qui hurlèrent et retombèrent presque inanimés.
Mû haleta, serrant les dents.
- Les... Les gars, nous avons négligé un petit détail...
- Hein ? Fit Shaka.
- Même si... Même si sauvons Aioros aujourd’hui, toi Aiolia, tu ne dois pas mourir.
Cette phrase produit un choc.
- C’est... C’est vrai. Admit Milo.
- Si Aiolia meurt, qui s’occupera de Iulia ? Raisonna Mû.
Aiolia serra son poing et enflamma son cosmos.
- Tu as raison Mû ! Nous ne pouvons pas mourir, sinon... Le Monde sera perdu.
Des pas se firent entendre. Héphaïstos se retourna et un sourire carnassier étira ses lèvres. Aioros, essoufflé, venait d’arriver.

L’homme au cœur souillé.

Titubant, presque à bout de forces, Hyôga employait tout son cœur à ne pas s’écrouler. Dimitri le regardait, un petit sourire aux lèvres.
- Que tu sois Soldier du Diamant n’y change rien ! S’exclama soudain le Saint du Cygne. La Poussière de Diamant n’a aucun rapport avec ce minéral si ce n’est son éclat...
- Tu crois que mes pouvoirs se limitent au nom de ce joyau ? Dit doucement Dimitri.
Hyôga n’eut pas le temps de se protéger qu’il se retrouva au sol de nouveau. Mais cette fois, il ressentit la force véritable de son adversaire : un froid mordant s’établissait autour d’eux et ce n’était pas l’œuvre de Hyôga.
- Tu... Tu veux dire que...
- Je suis comme toi, natif de Russie. Et sache que le Diamond Soldier est capable de produire un froid équivalent au Zéro Absolu !
Hyôga suffoqua sous la surprise.
- Mais alors tu... Tu es aussi fort que le Saint du Verseau ? !
- Hin !
Hyôga constata que son ennemi ne prononçait pas de paroles haineuses, seulement, il y avait une grande tristesse.
- Tu peux atteindre le Zéro Absolu, mais sache que moi aussi ! Répliqua le Saint du Cygne.
- Je sais.
- Pourquoi persistes-tu à nous barrer le chemin ?
Dimitri baissa la tête et fit brûler son cosmos.
- Adieu chevalier ! Pureté Divine.
- AAAHHH !

Shana sursauta.
- Hyôga ! !
Appuyée à la fenêtre, elle sentit le cosmos de son bien-aimé exploser.
- Oh non... Hyôga... Seigneur ! Protégez-le !
Elle s’agenouilla et se mit à prier. Sa cosmo-énergie brûla, l’entourant d’une aura rose.
- Hyôga, je t’en prie, tu dois vaincre. Ne laisse pas les forces du Mal prendre le dessus. Oh Hyôga...
Une larme glissa le long de sa joue.

Hyôga allait perdre conscience quand, au plus profond de son cœur, les prières de Shana l’atteignirent.
- Fini de jouer. Meurs. Fis simplement Dimitri.
Le cosmos du Saint du Cygne s’enflamma brutalement, libérant sa puissance. Son aura blanche éclipsa celle de l’attaque de Dimitri. Ce dernier observa sans se mouvoir ce qui se passait. Hyôga émettait un froid qui gelait les environs, un froid égal au Zéro Absolu.
- Dimitri ! Voici ma plus puissante attaque ! Par l’Exécution de l’Aurore ! !
- Pureté Divine !
Les deux combattants retombèrent sur leurs pieds, dos à dos.
- Félicitations, tu m’as vaincu.
Le Diamond Soldier s’écroula. Reprenant son souffle, Hyôga se retourna et contempla son ennemi.
- Dimitri. Avec la force que tu avais, tu aurais très bien pu me battre.
- Je... Je sais. Mais mon cœur n’est pas aussi pur que la pierre qui est mon symbole.
- Quoi ?
- Tu as bien de la chance. Une jeune fille t’aime de tout son cœur... Et c’est grâce à elle que tu as vaincu.
- Dimitri ! S’écria Hyôga tandis que le Crystal Soldier crachait du sang.
- Mon cœur a été souillé voilà bien des années : ma fiancée a été battue à mort sous mes yeux, et je n’ai pu la sauver car j’avais peur ; oui, j’avais peur de ceux qui la malmenaient. Elle est morte dans mes bras. Dans ces conditions, continuer à vivre sous le nom de Diamond Soldier aurait été aberrant. Hyôga...
- Oui ?
- Tu dois vaincre Héra.
Alors, Dimitri se tut à tout jamais. Ôtant son casque, Hyôga se recueillit un instant.
“ Shana. C’est grâce à toi que j’ai vaincu. ”, pensa-t-il avant de repartir.

Dans la Tour des Prêtresses, Shana s’était rassise auprès de Sagittarius Fili. Hyôga vivant, son cœur trouva un semblant de paix. Restait le fait que la cosmo-énergie de Iulia semblait s’éteindre.

Past Part Seven.

- Ah !Ah !Ah ! Pauvres Saints ! Vous avez tout tenté pour sauver votre ami et voilà qu’il accourt vers sa mort ! C’est trop drôle ! S’éclata Héphaïstos.
Il s’interrompit rapidement en sentant les cosmos des cinq chevaliers d’or s’embraser et flamboyer.
- Je ne sais pas ce qui se passe, mais je comprends une chose ; fit Aioros ; en voulant me tuer, tu veux certainement t’en prendre à Athéna. Tu peux m’attaquer, je t’attends !
- AIOROS !
Le Saint du Sagittaire se tourna vers Aiolia, qui avait hurlé. Leurs regards se croisèrent.
- Ne t’en fais donc pas, nous allons vaincre, mon frère.
Aiolia sentit les larmes lui brûler les yeux : Aioros l’avait reconnu. Le cosmos du Saint du Lion rayonna de plus en plus. Lui, ainsi que Mû, Milo et Shaka, allèrent se placer aux côtés d’Aioros.
- Pauvres fous ! Vous pensez vraiment me vaincre, moi qui suis un dieu ? Vociféra Héphaïstos, tandis que l’Œil de Seth émettait une lumière malfaisante.
- Nous ferons triompher la Justice ! Promit Mû.
- Nous sauverons Athéna et Nikê ! Répliqua Milo.
Aioros tiqua à ce nom. Nikê ?
- Allons-y ! Cria Shaka.
- Impudents ! Que l’Œil de Seth vous anéantisse !
- Pour la Justice ! S’exclamèrent les cinq Saints d’Or.
Leurs attaques se combinèrent en un rayon doré qui jaillit vers l’arme de leur adversaire. Héphaïstos répliqua grâce à son arme, émettant une lumière rouge malveillante. Les deux forces se rencontrèrent et se bloquèrent à égale distance des deux parties.
- Quelle puissance ! Fit Milo sans faiblir.
- Il faut résister ! Encouragea Shaka.
Aiolia ferma les yeux. Ils devaient absolument vaincre sinon...
Il sentit soudain la cosmo-énergie de son frère, Aioros, qui allait mourir pour Athéna. Aioros, le père de Nikê.
- Brûle Cosmos ! S’écria soudain le Saint du Lion. Donne-moi ta puissance ! !
L’attaque combinée des Saints se renforça, faisant reculer l’Œil de Seth. Dans un dernier effort, ils purent rassembler leurs forces.
- Argh, que... ? NON ! Cria Héphaïstos tandis que son arme était frappée par l’attaque des Saints.
Dans une explosion assourdissante, l’Œil de Seth fut pulvérisé. Il n’en resta qu’une petite partie d’intacte : le sceptre. Tout le reste venait de partir en fumée.
- On a réussi !Cria Mû.
- L’Œil de Seth est détruit ! Enchaîna Milo.
Le cosmos d’Héphaïstos s’enflamma soudain. Entouré d’une aura couleur feu, le dieu les toisa.
- Vous avez peut-être gagné une bataille, mais ce n’est pas fini ! Nous allons nous retrouver !
Il disparut, laissant les Saints d’Or épuisés et circonspects.
- Qu’est-ce qu’il a voulu dire ? Demanda Aiolia.
- Je ne sais pas, mais cela ne présage rien de bon. Répondit Mû. Je crois que nous n’avons pas tout à fait réduit à néant son arme maléfique.
Ils se tournèrent vers Aioros. Ce dernier les regardait attentivement.
- Vous venez du Futur, n’est-ce pas ? Leur demanda t-il.
- Hm. Fit Shaka en hochant la tête.
- Vraiment, je ne vous imaginais pas comme ça. Moi, chaque jour, je vois les petits Aiolia, Milo, Mû et Shaka. Je suis tout de même fier de voir que vous êtes devenus de braves Saints.
Les quatre chevaliers ne répondirent pas, trop émus. Aiolia ouvrit la bouche, la referma sans pouvoir parler.
- Athéna va bien, dans le Futur ? Continua Aioros.
- Maintenant, ça va aller. Dit Mû.
- Et... Nikê ? En quoi est concernée la Victoire ?
Aiolia ne put se taire plus longtemps.
- Aioros, mon frère ! Ta fille va très bien. Ne t’inquiète pas pour elle.
Aioros en resta abasourdi. Mû prit le bras d’Aiolia et lui parla tout bas.
- Tu es devenu fou ? Tu risques de provoquer des interférences.
- Non, je sais que Shaka effacera sa mémoire avant que nous ne retournions dans notre époque. Répondit tristement Aiolia. Je ne pouvais pas me taire, tu comprends ?
- Oui, bien sûr, Aiolia.
Ils regardèrent le vortex qui leur permettrait de revenir dans le Présent.
- Il faut nous quitter. Adieu, Aioros ! Firent-ils.
- Attendez ! S’écria le Saint du Sagittaire, comme ils s’avançaient dans le vortex. Aiolia, je ne comprends pas... J’ai une fille ? Aiolia ! !
- Tu l’auras dans neuf mois, mon frère.
Les quatre Saints disparurent dans le passage temporel. Aioros resta seul, immobile. Il fixait l’endroit où se trouvaient ces étranges personnes quelques minutes avant.
- Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qu’est-ce que je fais ici, et pourquoi mon bandeau est-il déchiré ?

Attaque surprise.

Shun courait vers le Tombeau des Scellés, encore bouleversé du combat qu’il avait eu à livrer. Et puis, il y avait Camille qui était en danger. Il pressa le pas.
- Hin ! Hin ! Hin ! Inconscient ! Tu te précipites vers ta mort ! !
Un étrange personnage portant une armure écarlate épiait le Saint d’Andromède.
- Tu vas mourir. Ricana t-il en enflammant sa cosmo-énergie.
Il se prépara à envoyer un coup mortel vers Shun quand quelque chose le frappa à la main, dans un bruit métallique.
- Qu’est-ce que... ?
Il regarda aux alentours. Il n’y avait personne, et pourtant...
- Mais, mon poignet ? Quelque chose de coupant l’a entaillé ? Qui a fait ça ? Fit-il.
- Tu ne te gênes pas pour attaquer les autres dans le dos, pourquoi devrais-je prendre des pincettes ?
- Qui est là ?
Il se rendit compte qu’à ses pieds brillait un petit objet. Il se pencha pour voir ce que c’était.
- C’est... C’est une plume de phénix ! !
Une aura feu se révéla soudain. Ikki apparut.
- C’est donc toi ! Ikki, Saint du Phénix.
- Exact ! Et à qui ai-je l’honneur, ou plutôt, le déshonneur ?
- Grr ! Je suis Carmino, Ruby Soldier au service d’Héra ! Et je peux t’annoncer que tu vas regretter de t’être mis en travers de ma route !
- Ha !Ha !Ha !Ha ! Tous ceux qui s’en prennent à mes frères, surtout d’une façon aussi lâche que la tienne, connaîtront la même fin ! Ils mourront.
- Je te trouve bien présomptueux !
Les deux hommes s’observèrent en silence, leurs cosmo-énergies au maximum. Pendant un long moment, ils se jugèrent, guettant la moindre erreur, le moindre faux pas. L’air vibrait sous les effets de leurs énergies.
Ce fut Carmino qui parla en premier.
- Tu as une grande puissance en toi, je l’avoue, Phénix. Cependant, tu n’es pas assez fort pour te battre contre moi.
- Vraiment ? ! J’ai dû combattre beaucoup d’adversaires dans ma vie, et je peux te dire qu’à côté de certains, tu es de la rigolade ! !
Carmino plissa les yeux, fou de haine.
- Très bien ! Tu vas voir si je ne fais pas le poids ! Bloody Blast !
- Que... ? AAARRGGHH !
Ikki fut emporté vers les cieux avant de retomber lourdement sur le sol. Carmino s’avança vers lui et maintint sa tête avec son pied, étouffant à moitié le Saint de Bronze.
- Alors ? Que penses-tu de ma puissance ? Tu en restes sans voix ? Ah !Ah !Ah !
- Gh... Argh...
- Voilà ce qui arrive à ceux qui interviennent dans mes petites affaires ! Tu n’aurais pas dû te mettre sur la route du Ruby Soldier, le guerrier de la Pierre Sang !
Il rit aux éclats alors que Ikki tentait désespérément de se dégager de son emprise.
- Cesse de gigoter comme un ver ! Je vais t’achever ! Rugit Carmino en frappant Ikki du pied.
- Arh... Arh...
- Et voici le coup fatal !
Carmino abaissa son pied qui s’incrusta profondément dans le sol. Avec un demi sourire, il regarda sur le côté. Ikki l’observait, cherchant son souffle, en position de défense.
- Tu es plus intéressant que je ne l’aurai cru. Quelle rapidité !
- Tu pensais vaincre un Saint d’Athéna aussi facilement ? C’est mal nous connaître ! A mon tour, maintenant ! Que les Ailes du Phénix t’emportent !
- Ah ! Fit Carmino en se protégeant de ses bras. Quelle force... AAAHH !
Il dégringola de la falaise et atterrit sur une plate-forme. Le vent s’emporta, soulevant ses cheveux rouge. Hors de lui, il se releva et fit face à Ikki, qui venait de le rejoindre.
- Espèce de....
- Tu ne croyais pas que j’allais te faire des cadeaux, non ? Coupa le Saint du Phénix. Tu as voulu tuer mon frère sans avoir le courage de l’affronter.
- Ferme-la un peu ! Regarde où nous sommes. Sur une plate-forme à quelques mille mètres du bas. Seul, celui qui vaincra pourra continuer sa route sain et sauf. Et ce sera moi !
Carmino lança une attaque sur Ikki. Ce dernier ne se protégea pas tout de suite et il se retrouva immobilisé.
- Hein ? Je ne peux... Je n’arrive pas à bouger !
- Hin ! Hin ! Hin ! Te voilà immobilisé par le Red Hold ! Tu es totalement soumis à ma volonté !
- Aah... Argh ! Faisait Ikki en tentant de se mouvoir.
- Je vais te faire souffrir jusqu'à ce que tu en meures ! YAAH !

Synchronisme.

- Regardez !
Marine et Shina levèrent la tête. Kiki montrait une lueur qui s’épanouissait. Méfiantes, elles se préparèrent à répliquer à toute attaque quand des silhouettes familières se dessinèrent.
- Aiolia ! Mû ! Milo ! Shaka !
- Vous êtes enfin de retour !
Les Saints acquiescèrent. Les traits tirés, ils rejoignirent les deux jeunes femmes et Kiki.
- Comment va t-elle ? Demanda Mû en désignant Saori.
- Elle est pétrifiée jusqu’au buste, maintenant. Malgré ce, son cosmos continue de retenir la malédiction. Répondit Shina.
- Et... Et Iulia ? demanda fébrilement le Saint du Lion.
Un grand cri répondit à sa question. Ils se retournèrent, le cœur battant. Shana arrivait en courant, les yeux agrandis par la peur.
- Shana ! Mais qu’est-ce qu’il y a ? S’enquit Marine en recevant la prêtresse dans ses bras.
- C’est horrible... Je... Oh ! Fit-elle en apercevant les Saints d’Or.
- Shana, quoi ? S’inquiéta Milo.
- Avez-vous vaincu Héphaïstos ? Questionna t-elle.
- Oui, l’Œil de Seth a été détruit, le dieu des Forges ne peut plus faire de mal. Répondit Shaka.
Ils lui racontèrent tout ce qu’avait ourdi le dieu des forges, comment ils avaient sauvé Athéna à sa réincarnation et Aioros alors qu’il allait recevoir le Pouvoir Divin.
- Mais non ! C’est impossible ! S’écria Shana.
La jeune prêtresse fondit en larmes. Complètement affolés, ses amis tentèrent de la calmer.
- J’étais inquiète. Le cosmos de Iulia s’affaiblissait, alors je la surveillais et puis... Et puis, soudain, une lumière extraordinaire est apparue...
- Une lumière ? Fit Kiki.
- Elle émanait de Iulia et... Je ne savais pas ce qu’il se passait. C’est alors que... C’est alors que...
Les larmes jaillirent de ses yeux, sa gorge nouée ne pouvait plus laisser passer les mots. Shana prit une grande inspiration et parvint à articuler :
- Iulia a disparu.
- QUOI ?

Héra et Héphaïstos.

- J’ai échoué, mère.
- Athéna et Nikê sont toujours vivantes ?
- Oui, mère.
Héra jeta à terre le vase qui se trouvait sur la table à sa droite. Héphaïstos, craintif, rentra sa tête dans ses épaules.
- Maudits Saints ! Leur dévouement à Athéna les a conduits jusqu'à s’opposer à toi, même dans le Passé !
- Nous ne pourrons jamais vaincre Athéna ! Gémit le dieu des Forges.
- Ne dis pas de sottises ! Répliqua Héra. Certes, l’Œil de Seth a été détruit, trois Crystal Soldiers ont été vaincu. Mais nous deux, nous allons pouvoir réduire leurs espoirs à néant.
- Vous avez une idée, mère ?
- Certes ! Répondit Héra en souriant.
Elle regarda vers Camille qui agonisait. L’Œil de Seth était brisé, mais son sceptre était intact.
- Nous allons prendre la vie de cet imbécile et l’insuffler à nouveau dans ton œuvre d’art.
La cruelle déesse se mit à rire si fort que tout se répercuta dans le Tombeau des Scellés. Camille releva difficilement la tête et vit Héra s’approcher de lui, tenant l’Œil de Seth qui vibrait.
- Saphir Soldier. Tu vas servir à régénérer notre arme. Dit Héra.
- Non... Non... Balbutia Camille, qui sentait son essence même aspirée par le sceptre maléfique.
- Eveille-toi, ô puissance des Ténèbres !
- NOOOONNNN !

Quelle que soit la route qu’ils avaient pris, Seiya, Shun, Shiryû, et Hyôga cessèrent de courir en entendant ce hurlement. Entouré d’une brume menaçante, le Tombeau des Scellés abritait désormais un horrible secret.

Seiya, 1.

Les yeux rivés sur le Tombeau des Scellés, le Saint de Pégase continuait sa course. Il trouvait néanmoins étrange qu’aucun Crystal Soldier ne se soit mis encore au travers de son chemin.
- Restons prudents, je ne vais pas tarder à rencontrer mon ennemi. Dit-il à voix haute.
Il se frotta la joue avec son poing pour chasser une goutte de sueur.
“ Qu’est-ce qu’il se passe ? J’ai l’impression qu’une force étrange agit sur moi. ”
Il ralentit et regarda autour de lui. Le château avait l’air de rapetisser, et les Ténèbres semblaient l’envelopper.
“ Plus de doute, cette fois. Il y a un Crystal Soldier près de moi. C’est son cosmos que je ressens. ”
- Montre-toi ! Aie au moins le courage de m’affronter en face ! S’écria-t-il.
Pour toute réponse, le vent gémit à ses oreilles. Tout sens en éveil, Seiya attendit, mais aucun ennemi n’apparut. Prudemment, il se remit en route. Le château devenait minuscule à l’horizon.
“ Mince alors ! On dirait que plus j’avance, plus le château diminue. C’est un effet d’optique ? ”
Sans faiblir, il pressa le pas.
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:12 (2007)    Sujet du message: La Malédiction de l’Œil Rouge. Répondre en citant

Les Saints d’Or en renfort.

Aiolia enserra les épaules de Shana, le cœur battant.
- Disparue ? Comment ça ? Shana, qu’est-il arrivé ?
- Je vous l’ai dit ; sanglotait Shana ; il y a eu une lumière éblouissante et ensuite, elle n’était plus dans son lit !
- Se pourrait-il qu’un ennemi ait pu parvenir jusqu’ici et l’enlever sans qu’aucun de vous ne puisse le ressentir ? Interrogea Shaka.
- Sûrement pas ! Objecta Marine. Une présence ennemie, nous l’aurions détectée.
Les mains d’Aiolia relâchèrent la prêtresse, mais le Saint du Lion ne pouvait contenir leur tremblement.
- Nous avons préservé le Passé, comment Iulia a t-elle pu disparaître ? Se lamenta t-il.
- Il y a certainement une explication. Fit Mû.
L’angoisse les envahissait quand la voix de Saori s’éleva.
- N’ayez pas d’inquiétude pour Iulia, mes chevaliers. Elle n’a pas disparue.
- Princesse ! S’écria Kiki, en accourant à ses côtés. Ce n’est pas raisonnable. Vous ne devez pas dépenser votre énergie inutilement.
- Ca ira, Kiki. Assura Saori. Ne cédez pas à la panique. Mais vous, Saints d’Or, partez pour le Tombeau des Scellés. Allez aider Seiya et les autres. L’Œil de Seth n’a pas été détruit. Je vais vous guider pour que vous puissiez trouver le chemin de ce château maudit.
- Ne vaudrait-il mieux pas que nous restions pour vous protéger ? Demanda Milo.
Pour toute réponse, Saori sourit. Résignés, les Saints acceptèrent de se rendre au Tombeau des Scellés.
- Et, pour Nikê ? Questionna Shana.
- Nous ne pouvons rien faire, pour l’instant. Répondit Aiolia. Tu dois rester ici et veiller sur Athéna.
- Oui.
La prêtresse les regarda partir. Mais elle ressentait un pincement au cœur : elle n’avait pas pu protéger Nikê.
Comme s’il avait deviné ses pensées, Kiki vint auprès d’elle et posa sa main sur son bras.
- T’en fais pas, Shana. Tu n’as absolument rien à te reprocher.
- Kiki ! Fit Shana, perplexe.
- Je sais que tu te reproches la disparition de Iulia. Mais même Athéna n’aurait rien pu faire.
- Merci...
Kiki sourit et retourna auprès de leur déesse, laquelle commençait à avoir les bras pétrifiés. Il fallait agir, vite.

Le Sang et le Feu.

Carmino contemplait avec satisfaction le corps inerte de Ikki. Ses lèvres étirées sur un rictus, il éclata de rire.
- Tu fais moins le fier maintenant ! Ah !Ah !Ah ! Ô Maîtresse ! Moi, Carmino, j’ai tué l’un des Saints du Zodiaque, Ah !Ah !Ah !
- Ne te réjouis pas trop vite, Carmino. Es-tu bien sûr de m’avoir tué ?
- Quoi ?
Carmino regarda autour de lui : Les Ténèbres avaient enveloppé la plate-forme et il était encerclé par des dizaines de Ikki ! !
- C’est... C’est impossible...
- Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Serais-tu hanté par des fantômes ?
- Grr ! Je vais te massacrer ! Bloody Blast !
- Inutile ! Tu ne peux pas toucher des fantômes !
Carmino voyait Ikki avancer inexorablement vers lui. Fou de rage, il s’énerva et attaqua dans tous les sens ; les fantômes se dissipaient mais se reformaient toujours.
- Argh ! Je rêve !
- Tu es perdu, Carmino. Dit Ikki en se transformant en flammes. Voici l’Enfer qui ouvre ses portes devant toi !
- Non ! NON !
- Tu vas méditer tous tes crimes en Enfer ! Ah !Ah !Ah !
- AAAHHH ! !
Terrorisé, Carmino sentit les flammes lui brûler le corps. Essayant de se défendre, il envoya encore le Bloody Blast, sans succès.
- Je suis le plus fort des Crystal Soldiers ! Hurla t-il. Je vais te réduire à néant ! !
Tout à coup, il se retrouva sur la plate-forme. La brume blanche était froide et il n’y avait qu’un seul Ikki, devant lui, qui le regardait en souriant.
- Que... Hein ? Que s’est-il passé ? Balbutia Carmino.
- Tu as été victime de l’Illusion du Phénix.
- QUOI ?
- Tu as bien réussi à m’immobiliser avec ton Red Hold, sauf que je t’ai touché avec mon attaque juste avant. Qu’est-ce que ça fait de vivre son pire cauchemar ?
- Tu vas me le payer ! Rugit Carmino en se jetant sur Ikki.
- C’est trop tard. En voulant te défendre, tu n’as réussi qu’à te blesser mortellement. Regarde !
Carmino baissa les yeux et constata qu’il marchait dans une mare de sang.
- Oh. Non ! Cria t-il en constatant qu’il s’agissait de son propre sang.
- Tu es mort. Fit Ikki. Tu as été frappé à chaque fois par ta propre attaque !
Carmino s’écroula à genoux, ses forces l’abandonnèrent.
- Argh... Tu... Tu as été... Très fort... Mais vous ne.... Vous ne l’emporterez pas si facilement !
- Je ne crains pas les menaces de quelqu’un qui a été aussi vil dans son existence. Répondit Ikki tandis que Carmino s’effondrait.
Le vent souffla vers le haut, soulevant les cheveux du Saint de Bronze. Ikki regarda vers le haut et commença à gravir la falaise.

Seiya, 2.

- J’ai l’impression d’être déjà passé par-là.
Seiya s’arrêta et contempla les environs. Furieux, il réalisa qu’il tournait en rond depuis un certain temps.
- Si je ne me sors pas de ce piège, je vais finir par me faire avoir.
Il enflamma sa cosmo-énergie et se prépara à attaquer.
“ Je dois parvenir à troubler la force psychique qui agit sur moi. Mais où se trouve mon ennemi ? ”
Concentré, il ressentait les moindres vibrations qui pouvaient lui fournir un indice.
- Seiya...
- Hein ?
- Seiya...
Le Saint de Pégase ouvrit les yeux et regarda sur sa droite. Iulia était assise à quelques mètres de lui et le saluait de la main.
- Iulia... ?C’est toi ?
- Frappe, Seiya. Frappe, il est devant toi.
- Je... Ne peux pas...
- Frappe, ne te soucies pas de moi.
- Oh. Si je ne le fais pas, je ne pourrai pas vaincre le Crystal Soldier. Agh ! Fit-il en levant son poing.
- Courage, Saint Seiya.
- Agh... Par le Poing de Pégase ! !
Le coup fusa dans un éclair bleu. Seiya entendit le bruit d’un choc et vit le paysage muer. Le Tombeau des Scellés le surplombait alors qu’il lui avait semblé si lointain auparavant.
- Hum. Quelle volonté ! s’éleva une voix.
- Montre-toi, maintenant, espèce de lâche ! Cria Seiya.
- Tu penses que je suis assez vil pour te frapper dans le dos ? Je voulais simplement te tester.
Un jeune homme aux cheveux châtains était devant lui. Il portait une armure dorée aux éclats aveuglants.
- Tu es donc le fameux Pégase, celui pour qui les dieux ont détourné les règles.
- Qui es-tu, Crystal Soldier ?
- Hin. Je m’appelle Soheil de Lumi, Amber Soldier.
- Soheil de Lumi ?
- C’est ça.
Seiya restait sur ses gardes mais son adversaire ne semblait pas vouloir l’attaquer.
- Tu m’as vraiment surpris, tu sais ? Continua Soheil.
- Pourquoi ?
- Tu n’as pas hésité à porter la main sur celle que tu aimes. Hin ! Hin ! A croire qu’en fait, tu n’en est pas amoureux.
- Qu’est-ce que tu dis ? S’offusqua le Saint de Bronze.
- J’ai matérialisé ton souvenir, c’est comme cela que tu as vu Nikê. Nierais-tu qu’il s’agissait de Nikê ?
- Non mais...
- Et que tu as frappé en sa direction pour me démasquer ?
- Je...
- Pauvre garçon.
Seiya serra les dents, énervé par les insinuations de Soheil.
- Tu ne peux rien me cacher. Sache que je suis le Soldier de la Pierre Soleil, dont la lumière révèle même les secrets les plus enfouis. Et tu es déjà sous mon influence.

Introjection.

- Saori va mourir, si nous n’arrêtons pas Héra... Saori va mourir... Va mourir.
“ Pas de place dans ses pensées. Pas de place dans son cœur. ”
- Il faut sauver la Terre.
“ Malgré ce, je continue à l’aimer. ”
- Ma déesse... Rendez-moi ma déesse !
“ Seulement eux deux. ”
- Rendez-moi ma déesse...
“ Il faut stopper Héra et son fils. C’est à moi de les guider. Je ne dois pas fuir mes responsabilités. Je suis un chevalier d’Athéna et je dois l’aider dans sa mission. Je dois l’aider à protéger la Terre. ”

Shana, ou la recherche de la Vérité.

Shana restait assise à l’écart de Shina, Marine et Kiki. Des dizaines de questions assaillaient son esprit.
“ Je ne comprends pas ce qui a pu se produire. Est-ce à cause des pensées de Seiya ? Et lui-même ; que voulait-il dire par ‘Rendez-moi ma déesse’ ? ”
Le son de la voix de Kiki lui parvint à ses oreilles, interrompant ses réflexions.
- Qu’y a t-il, Kiki ?
- Cela fait bien cinq minutes que je te parle, et tu ne me répondais pas. Quelque chose te tracasse ?
- Non voyons... Commença Shana... Enfin, si. Je...
Elle regarda vers Saori puis posa de nouveau les yeux sur le petit garçon et lui fit signe de parler bas, pour ne pas alerter Marine ou Shina.
- Que sais-tu de Seiya et Saori ?
Kiki la regarda d’un air perplexe.
- Seiya ? Saori ? Bah, je vois pas ce que tu veux dire.
- Mais si, voyons ! Depuis combien de temps se connaissaient-ils avant que Iulia n’apparaisse ?
Kiki réfléchit un instant. Si son maître était resté, il aurait pu bien mieux répondre.
- Seiya devait avoir quatre ou cinq ans lorsque la fondation du grand-père de Saori l’a recueilli. Puis il est venu en Grèce jusqu'à l’âge de treize ans.
- Et Iulia ? Coupa Shana.
- Mon maître m’a dit que jusqu'à la Bataille du Sanctuaire, Iulia a vécu à l’insu de tous : les Saints d’Or, le Grand Pope... Seul Aiolia, qui l’a élevée, savait. Mais ce n’est qu’après la guerre contre Hadès que nous avons réellement su qui elle était.
Shana cherchait un quelconque indice qui aurait pu lui faire comprendre cette affaire.
- Saurais-tu quelque chose à propos d’une prière ? Demanda t-elle.
- Une prière ? S’exclama Kiki, de plus en plus perdu.
- Il semblerait que Seiya ait réclamé sa déesse, un jour. Murmura Shana. Est-ce que ce serait...
- Saori ? Coupa Kiki. Lors de différentes batailles, Seiya a crié le nom d’Athéna, mais jamais de cette façon.
- Tu veux dire... Par les mots : “ ma déesse ” ?
Kiki hocha la tête. Shana cacha son visage dans ses mains, émettant un soupir profond.
- Je ne pourrai jamais aider Iulia si je ne sais pas pourquoi Seiya pense toujours à Saori. Gémit-elle.
- Peut-être... L’aime t-il ? Fit Kiki d’une toute petite voix.
Shana secoua la tête avec force. C’était peu probable ; Seiya pouvait avoir aimé Saori mais c’était avant de retrouver Iulia. Avant que le Saint de Pégase ne retrouve Nikê. Après avoir longuement réfléchi, Shana se leva d’un bond, faisant sursauter Kiki.
- Shana ! Qu’est-ce qu’il y a ? S’affola le petit garçon.
- Comment cela se fait-il que le Saint de Pégase et Nikê aient mis autant de temps à être réunis ? Questionna la prêtresse en s’abaissant vers Kiki. Comment cela se fait-il que Nikê n’ait pu voir en Seiya l’homme qu’elle avait toujours aimé ?
Kiki secoua la tête : il était encore trop jeune pour expliquer ce genre de chose, et de toute façon, il ne le savait pas. Shana lui résuma la situation.
- Nous avons découvert que les dieux avaient, il y a très longtemps, accepté que Nikê et le saint de Pégase puissent vivre leur amour, dérogeant la règle selon laquelle une divinité ne peut épouser un mortel sauf si l’immortalité est accordée à celui-ci. Seiya n’est pas un immortel, c’est Nikê qui se réincarne dans un corps mortel.
- Où veux-tu en venir ? Demanda Kiki, inquiet.
- Je veux savoir pourquoi Seiya réclame toujours cette déesse alors qu’elle lui a été rendue ! Dit Shana d’une voix forte.
Kiki la regarda se diriger vers Saori et s’agenouiller devant elle.
- Princesse, j’ai une requête à vous soumettre.
Saori, pétrifiée jusqu’aux avant-bras, hocha la tête.
- Je demande votre autorisation pour quitter le Sanctuaire et aller rejoindre les Saints au Tombeau des Scellés. Fit Shana d’un ton sûr.
- Quoi ? S’exclama Marine.
- Shana ! Mais que racontes-tu ? Déplora Kiki.
- C’est vrai, tu dois garder le Sanctuaire, enfin ! Tu dois protéger Athéna, et Seika n’est pas là pour te remplacer. Conclut Shina.
- Vous pouvez le faire à ma place, je le sais. Moi, je dois absolument aider quelqu’un sinon... Dit Shana.
Saori ouvrit les yeux et regarda sa prêtresse d’un regard teinté de compassion.
- Je vois. Fit-elle, simplement. Fais ce que tu as à faire, Shana, et je t’approuve entièrement. Je suis sûre que tu réussiras à sauver son cœur.
Saori se tut tandis que son cosmos brûla un peu plus. Malgré cette manifestation de son pouvoir, Shina, Marine, Kiki et Shana sentirent qu’il fallait se dépêcher : la cosmo-énergie d’Athéna s’affaiblissait.

Le Soleil révèle tout.

Seiya recula d’un pas, stupéfait. Soheil ne bougeait pas et continuait à le regarder d’un air empreint de pitié.
- Comment ça... Sous ton influence ? Demanda Seiya.
- Tu ne sens pas cette chaleur qui enveloppe ton corps ?
- Euh... C’est vrai... Remarqua Seiya.
- Elle n’est pas désagréable, n’est-ce pas ? C’est mon pouvoir : tu subis l’attaque de l’Amber Soldier, le guerrier - soleil ; la Lightening Revelation.
- C’est impossible ! Comment as-tu pu attaquer sans que je ne m’en aperçoive ? S’écria Seiya, furieux.
- Tu étais tellement perdu dans tes peurs que tu n’as même pas remarqué que je t’avais enfermé dans une boucle et que tu tournais en rond. Répondit Soheil avec un petit rire.
- Grr ! Tu vas me le payer ! Par le Météore de Pégase ! !
- Je ne ferais pas cela si j’étais toi !
- Hein ? AAAHH !
Seiya se retrouva au sol et se tortilla sous l’effet d’une douleur immense.
- Mais qu’est-ce que c’est ? J’ai l’impression de brûler... D’être dévoré par des volcans... AARRGGH !
- Allons ! Reprends-toi.
Haletant, le Saint de Pégase sentit le mal s’atténuer. Soheil fit quelques pas vers lui.
- Que penses-tu de mon Sun Diver, chevalier ? Si tu m’attaques, tu meurs.
- Agh... Agh...
- Tu es quelqu’un d’intéressant, Seiya. C’est pour cela que j’ai tenu à t’affronter. Je tiens à t’aider.
- -... Que... Quoi ?
- Je vais t’aider à comprendre ta vérité avant de t’envoyer en Enfer.
La cosmo-énergie de Soheil rayonna. Aveuglé, Seiya protégea ses yeux de la lumière et, lorsqu’il regarda à nouveau, il reconnut le jardin de la Fondation Graad.
- Mais ? Qu’est-ce que je fais là ?
- Quel lieu idyllique pour vivre avec sa bien-aimée, tu ne trouves pas ?
Seiya se retourna : Soheil se tenait derrière lui.
- Tu parles ! J’ai toujours eu ce lieu en horreur, si tu veux savoir ! Répliqua le Saint de Bronze.
- Vraiment ? Regarde un peu de ce côté.
Soheil pointait son doigt sur sa gauche. Seiya ne put réprimer un cri de surprise : il se voyait allongé dans l’herbe aux côtés de Saori, et tous deux avaient l’air visiblement très heureux.
- Quel bonheur, Seiya. Tu es en train de visualiser tes désirs les plus profonds ! Commenta Soheil.
- Non ! Non, c’est faux... Balbutia Seiya.
- Regarde encore.
Seiya tourna la tête, la gorge nouée. Il se voyait rire avec Saori, la porter en virevoltant, ou regarder les nuages serrés l’un contre l’autre.
- C’est faux... C’est faux... Persistait-il à dire.
- Terrible révélation, Pégase ! Ironisa Soheil. Tu ne peux me cacher la vérité, le Soleil révèle tout. Et maintenant, tu vas mourir, consumé par ta vérité.
- TU ES UN MENTEUR ! PAR LE POING DE PEGASE !
- Inefficace.
Seiya roula au sol, terrassé par une douleur au moins aussi grande que celle qui mordait son cœur.
- Le Sun Diver est là pour te réduire à l’impuissance.
- AAHHH ! NON ! IULIA...

Ouvrir les yeux, ouvrir son cœur.

“ Comment le retrouver, maintenant ? Comment le sortir de cette spirale infernale ? Si seulement je parvenais à me souvenir. ”

Shana tentait de garder une allure rapide malgré son souffle qui s’épuisait. Elle devait aider Seiya à tout prix, car c’est ainsi qu’elle retrouverait Nikê. Elle sentait le cosmos du Saint mais ne parvenait pas à le localiser.
- Oh, il a dû être attaqué par un Crystal Soldier. Mais où sont-ils ?
- -... Iulia... Non...
- Seiya ? Seiya, où es-tu ? Appela Shana. Il doit être en difficulté, je dois l’aider.
Elle se concentra et fit brûler sa cosmo-énergie. De longues effluves mordorées s’élancèrent de son corps, baignant l’atmosphère.
- Seiya ! Seiya ! Je t’en prie, réponds-moi !
- -... AARGH ! AAAHHH ! NOON !
- SEIYA !
Shana ne s’était jamais sentie aussi impuissante qu’à cet instant, mais elle n’abandonnerait certes pas.

“ Oui. Elle, elle peut le sauver ; moi je n’en ai pas encore le courage ; mais comment l’aider à le retrouver ? Oh, brûle, cosmos de la Victoire, guide-la vers celui qu’elle chercher. ”

Shana sentait qu’une force étrange la poussait à avancer vers la gauche. Se laissant guider, elle marcha jusqu'à ce qu’elle rencontre une barrière psychique.
- Mon Dieu ! S’écria t-elle. Seiya est prisonnier d’un Crystal Soldier ! Et d’après ce que m’a dit Hermès avant de retourner chez lui, il ne peut s’agir que de...
Effrayée, Shana se rappela les paroles du dieu Hermès.
- “ Ma garde est composée de sept Crystal Soldiers. Il ne faut surtout pas que les Saints d’Athéna les sous-estiment car...
- Oui, Hermès ?
- Vous avez déjà Camille de Saphiro à vos côtés, c’est très bien. Il est sans nul doute le plus fort de mes soldats. Vous avez aussi aperçu Carmino et Galuda, qui sont les Soldiers du Rubis et de l’Améthyste. Cependant, vous ne connaissez pas les quatre autres.
- Je vous en prie, Hermès, dites-moi qui ils sont !
- Dimitri, Soldier du Diamant ; Jade, Soldier de l’Emeraude ; Fao, Soldier de l’Opale et Soheil, Soldier de l’Ambre. Ce dernier est sûrement le plus dangereux.
- Comment ?
- Je ne dirai qu’une chose : loin de rassurer, son soleil anéantit toute volonté. Il a un pouvoir psychique assurément plus grand... Que le Saint du Bélier. ”
Shana posa ses mains sur le bouclier psychique.
- Quoiqu’il en soit, je dois aider Seiya. Dans l’état mental où il se trouve, il risque d’être vaincu.

“ Shana. Je comprends désormais ce que tu essayais de me dire. Comment pouvais-je comprendre ce que je ressentais si je n’ouvrais pas mon cœur. Et pour cela, il n’y a qu’une chose à faire : ouvrir les yeux. Shana, tu dois parvenir à aider Seiya ; je dois aller retrouver quelqu’un moi-même. ”

Grâce à sa cosmo-énergie, Shana pénétra le bouclier magnétique. A l’instant même, les cris de Seiya résonnèrent à ses oreilles. Horrifiée, Shana se précipita en direction du cri et découvrit le Saint de Pégase agenouillé devant un homme qui portait une armure dorée.
- Seiya ! S’écria t-elle tandis que ce dernier levait sur elle un regard noyé de larmes.
- Agh... Shana...
- Mon Dieu, Seiya !
Elle accourut près de lui, posant ses mains sur les épaules du jeune homme. Furieuse, elle fusilla Soheil du regard.
- Alors c’est vous, le Soldier de la Pierre Soleil.
- En effet. Répondit-il simplement.
- Seiya, remets-toi. Murmura t-elle à son frère.
Mais le Saint restait immobile, les mains à terre, les joues trempées, et marmonnait sans cesse les mêmes mots.
- J’ai perdu mon amour, j’ai perdu mon amour, j’ai perdu mon amour...
- Pour l’Amour du Ciel, Seiya ! Mais qu’est-ce que tu racontes ? S’offusqua Shana.
- Ton ami s’est fait rattrapé par sa vérité. Répondit Soheil, d’un ton froid.
- Comment ?
- Il a ouvert les yeux sur la réalité.

Réalité et Vérité.

Shana se releva et fit face au Soldier.
- Qu’est-ce que tu dis ? Cesse de parler par énigmes !
- Tu es la Prêtresse d’Athéna, n’est-ce pas ? Que fais-tu ici, au lieu de protéger ta déesse ?
A ces mots, Seiya émit un gémissement désespéré, mais Shana était trop furieuse pour y prêter attention.
- Ce que je fais ici ? Je viens aider mon frère.
- Tu ne peux plus le sauver. Il a été éclairé à la Lumière de mon Soleil. Tu ferais mieux de t’enfuir : je n’ai pas envie de me battre contre une femme, encore moins si elle est Prêtresse.
Shana serra ses poings et se retourna vers Seiya pour le relever. Amorphe, il ne bougea pas un muscle.
- Seiya, réagis ! Il faut que tu te battes et que tu sois victorieux...
- Agh...
- Seiya ? Seiya !
- Si tu te mets à parler de choses qui blessent... Railla Soheil.
Shana fit volte-face.
- Pardon ?
- Le Saint de Pégase s’est rendu compte que celle qu’il aimait était Athéna, votre déesse. Voilà ce qui l’a rendu inoffensif ! Maintenant, pousse-toi que j’en finisse avec lui.
Shana se sentit immobilisée par des liens invisibles. Soheil s’avançait vers Seiya avec un sourire mauvais sur les lèvres. Il empoigna le Saint par le col et le contempla.
- Pauvre petite chose pitoyable ! Voilà ce que devient un Saint lorsqu’il perçoit la Vérité.
- Seiya ! Ne te laisse pas faire ! Ce guerrier parvient à te faire croire ce qu’il veut, mais ce n’est pas la Vérité...
Shana s’interrompit. Quelque chose clochait dans le raisonnement de leur ennemi, et aussi dans l’attitude de Seiya. Malheureusement, Soheil n’avait pas perdu de temps : Seiya ne fut bientôt qu’une poupée entre ses mains.
- Soheil, arrête ! Supplia Shana. Tu l’as meurtri dans son cœur pour l’affaiblir... C’est lâche...
- A la guerre, tout est permis ! Ricana le Soldier en se servant de Seiya comme d’un punching-ball.
Le Saint de Pégase ne se défendait pas. Sa tête rebondissait sur ses épaules sous les coups de son ennemi. Le sang s’échappait des multiples plaies qui lui avaient été infligées. Plus loin, retenue par sa prison, Shana voyait son frère se faire massacrer sans pouvoir réagir.
“ Iulia... Aide-moi, je ne vais pas pouvoir sauver Seiya... ”
Cette prière, un peu insensée, lui redonna espoir. A peine avait-elle prononcé ces mots dans sa tête, elle trouva le détail qui la turlupinait.
- Seiya ! Soheil s’amuse à te faire confondre Réalité et Vérité alors que ce sont deux choses totalement différentes ! Seiya ! Tu n’as JAMAIS perdu ton amour !
- Hin ! Hin ! Hin ! Crie tant que tu veux, il est déjà plus mort que vif ! Ricana Soheil.
Mais le Saint de Bronze avait entendu Shana. Cette dernière continuait à lui parler.
- La Réalité, c’est que tu as éprouvé auparavant des sentiments pour Athéna, mais la Vérité, c’est que ton seul et unique amour a toujours été Nikê !
- Agh...Agh... Iulia... Souffla Seiya.
- OUI ! Triompha Shana. Pourquoi ne t’es-tu pas douté du piège que te tendait Soheil ?
- Piège... ?Anonna Seiya.
- Tais-toi, impertinente ! Rugit Soheil en attaquant Shana.
- Laisse-la ! S’écria Seiya tandis que Shana était protégée de l’attaque grâce à sa cosmo-énergie.
- Je vais en finir avec toi. S’impatienta Soheil qui tenait toujours Seiya par le cou. Meurs !
- Seiya !
- ARRRGGGHHHH !
Le cosmos du saint de Bronze s’enflamma soudain. Incrédule, Soheil ne le lâcha pas pour autant.
- C’est bien, tu mourras en beauté... ! Mais ? Qu’est-ce que... ? AAAHH ! Son corps brûle ! Je ne peux plus le tenir... OUAAARRGGHHH !
Soheil fut projeté en arrière tandis que Seiya se redressait face à lui. Shana se retrouva libre de ses mouvements et accourut auprès de son frère.
- Tu as réussi !
- Merci d’être venue m’aider. Maintenant... Fit-il à l’adresse de Soheil... Tu vas voir ce qu’est ma réelle puissance ! Par le Météore de Pégase !
- Imbécile !
- Quoi ? AAAHHH !
Shana vit son frère se tordre de douleur sans aucune raison. Paisiblement, l’Amber Soldier s’était relevé et les toisait.
- Tu es toujours soumis au Sun Diver ! Toute attaque te sera forcément fatale ! Ha !Ha !Ha ! Quant à toi, Prêtresse, tu vas payer pour être intervenue !
Il leva son poing vers Shana mais ne put bouger. Seiya avait frappé et le Crystal Soldier s’était retrouvé le nez au sol.
- Mais c’est impossible ! Comment as-tu pu... Haleta Soheil.
- Tu as eu tort de jouer avec mes sentiments ! Dit Seiya, d’une voix sourde. Tu as aveuglé mon cœur afin de pouvoir me tuer sans danger. Tu ne mérites pas d’être un Soldier !
- Non ! Il a pulvérisé le Sun Diver !
- Je vais te faire payer ce que tu m’as fait subir ! !
- Espèce de minable ! Je vais te tuer ! Lightening Revelation ! !
- Par le Poing de Pégase ! !
Dans un hurlement commun, Seiya et Soheil furent happés par une lumière aveuglante. Shana ne put savoir lequel des deux avait triomphé. Mais quand tout redevint normal, elle aperçut Soheil et Seiya debout. Ils se tournaient le dos, sans bouger.
- Je... Je n’avais jamais vu quelqu’un... Réussir à éclipser le Soleil... Argh !
Dans un bruit mat, Soheil s’effondra à terre. Seiya, essoufflé, se retourna et revint vers Shana.
- J’ai eu peur, Seiya. Tu aurais pu mourir cette fois...
- Heureusement tu m’as sauvé. Comment as-tu compris que j’étais tombé dans un piège ?
- Seiya... Si Soheil avait eu raison, ce qu’il t’avait révélé n’aurait pas dû te mettre dans cet état.
- Hein ?
- Je ne sais pas comment il faisait, mais il pénétrait ton esprit pour parvenir à te faire croire ce qu’il voulait. Je pense qu’en te disant que Saori était celle que tu aimais, il voulait que tu croies que tu n’étais pas celui que Iulia aimait.
Seiya fronça les sourcils, il était déboussolé. Shana s’en rendit compte et continua à parler.
- Si c’était la Vérité, tu ne te serais pas effondré de douleur. Un rêve d’Amour, c’est toujours merveilleux. Soheil voulait souiller le tien, c’est pour ça que tu t’es effondré.
La boucle temporelle qu’avait créée le Crystal Soldier se résorba. Le Tombeau des Scellés était juste devant eux, ses lourdes portes noires semblaient mesurer des centaines de mètres de hauteur.
- Que vas-tu faire, Shana ?
- Je suis partie à la recherche de quelqu’un, et en route, il m’a dit que tu étais en danger. Alors je suis venue t’aider. Maintenant, je dois continuer ma recherche. Toi, continue. Tout va s’arranger, tu verras.
Shana repartit, laissant Seiya perplexe. Au bout de quelques minutes, il tourna les yeux vers le château et se remit en route. Plus qu’un Soldier.

Situation dangereuse.

- Je rêve ! Même Soheil s’est fait vaincre !
- Oui, mère. Nous n’avions pas prévu que la Prêtresse d’Athéna interviendrait.
Héra regarda Héphaïstos d’un air de dégoût.
- Si tu avais mis plus de cœur à ta tâche, tout serait terminé depuis longtemps.
- Pardon...
- Oublie ça ! Il nous reste encore un Crystal Soldier et une arme secrète. Hin ! Hin ! Hin ! Athéna ne résistera plus très longtemps. Bientôt, je serais l’unique déesse de la Terre ! ! !

- -... Courage...
Marine se redressa et avança vers Saori.
- Princesse, vous avez parlé ?
- Marine ?
Tout le corps de Saori était pétrifié, seule sa tête était épargnée, mais pour combien de temps ?
- Ils sont presque au bout, Marine. Je sais qu’ils réussiront à vaincre une fois de plus.
- Oui, Princesse.
Shina et Kiki, qui s’étaient absentés pour contrôler le Sanctuaire, revinrent auprès de leur déesse.
“ Seiya ! Dépêche-toi. ” Songea Shina.

“ Ils arrivent... Tous... Bien. Shana, tu as réussi, je ne te remercierai jamais assez. Ce sera bientôt à moi de jouer. Mais pour l’instant... ”

Seiya se dépêchait de trouver l’entrée du château. C’était une grande porte aux montants dorés. Lorsqu’il arriva, Shiryû, Shun, Ikki et Hyôga étaient déjà arrivés. Etonné, Seiya les appela. Ils se retournèrent sans bouger.
- Vous m’avez attendu ?
- Pas du tout. Nous ne pouvons simplement pas entrer. Répondit Shiryû.
- Comment ça ?
- C’est à cause de lui. Fit Hyôga en pointant son index vers une forme humaine.
Seiya considéra celui qui leur faisait face.
- Ce n’est pas un seul ennemi qui vous empêche de continuer ? S’insurgea t-il.
- Si. Il s’agit du dernier Crystal Soldier, Seiya. Répondit Ikki. Galuda, Amethyst Soldier.
- Vous voilà enfin tous. Fit soudain ce dernier. J’ai du mal à croire que les miens ont été vaincus, mais bon.
Méfiants, les Saints du Zodiaque se tenaient sur leur défensive.
- Voilà derrière moi l’unique entrée du château. Vous ne pourrez affronter Héra, et délivrer la Terre, qu’après m’avoir vaincu.
- Tu crois pouvoir nous tenir tête à tous les cinq ? S’exclama Seiya, hors de lui. Par le Poing de Pégase !
- Non Seiya ! Cria Shun.
L’onde de choc ne fut pas très grande : Galuda avait simplement levé sa main. Shiryû, Hyoga, Shun et Ikki constatèrent, navrés, ce qu’il était advenu de leur frère.
- Qu’est-ce qu’il s’est passé ? S’exclama Seiya en tentant de lever ses jambes.
- C’est l’Amethyst Field ! Répondit Galuda en lui montrant sa main gauche.
Seiya aperçut cinq petites pierres rondes au bout de chaque doigt du Soldier. Elles émettaient une étrange lueur violette.
- Vous ne pouvez plus bouger, à présent. Dit Galuda. Du moins, vos jambes ne vous obéiront pas.
- Mais qu’est-ce que tu nous as fait ? ! Hurla Seiya.
- Avant de vous envoyer au diable, je vais vous révéler deux ou trois petites choses ; ma bonté me perdra ! !
Les Saints auraient eu un mouvement de recul, s’ils avaient été libres, tellement le sourire de leur ennemi était effroyable. Ils étaient réellement soumis au bon vouloir de l’Amethyst Soldier.

La salle secrète : la Chambre des Scellés.

Shana s’était doutée qu’en se présentant à l’entrée du château, elle n’aurait pu pénétrer le Tombeau : le dernier adversaire l’en aurait empêché. Et ce qu’elle recherchait devait être dissimulé dans une pièce secrète. En cherchant un passage secret, elle avait trouvé une vieille porte envahie d’une plante aux feuilles jaunes.
- Qu’est-ce que c’est ? Se demanda t-elle à voix haute, tandis qu’elle entrait et se faufilait entre les toiles d’araignées. On dirait une vieille crypte.
L’odeur de poussière la fit tousser. On n’y voyait rien du tout, ici. Malgré ce, elle continuait à avancer jusqu'à ce qu’elle remarque un escalier en colimaçon.
- Cela descend au sous-sol. Tiens ? Une lueur ?
Elle sentit une chaleur au fur et à mesure qu’elle descendait les marches. Elle arriva dans une espèce de chambre éclairée par trois torches et emplie de piédestaux. Sur chacun de ces supports se trouvait une pile de livres. Sur le mur qui lui faisait face, une inscription était gravée.
- Chambre des Scellés. Lut-elle. Ah bon ?
Elle s’approcha d’une pile de livres. Elle prit le premier, l’épousseta, et regarda la couverture.
- Histoire de l’Univers. Hum.
Elle prit le second : Histoire de la Terre. Elle l’ouvrit et lut un passage au hasard.
- ...Et dans ce jardin, l’Homme et la Femme furent placés.
Stupéfaite, elle prit le troisième livre : la Bible. Elle finit par regarder tous les livres et énuméra les titres :
l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, les Evangiles...
- Que font, dans un endroit pareil, des livres religieux ?
Shana se décida à aller voir la seconde pile. Tous les livres réunis parlaient des dieux de l’Asie. La troisième pile contenait les écrits de l’Afrique. Dans la quatrième, il s’agissait des légendes de l’Amérique, et la cinquième traitait du continent océanien.
- C’est ici que sont réunies toutes les croyances du Monde entier ? Que contient la sixième pile ?
Elle prit le premier livre : l’Empire de Mû. Effrayée, elle le reposa et recula. Elle n’eut plus trop envie de vérifier la septième colonne mais la curiosité était tenace. Sur la septième colonne, il n’y avait qu’un seul, mais gros livre, dont la couverture était dorée et le titre écrit en argent. Elle l’ouvrit.
- Quoi ? Les pages sont blanches ! !
Elle feuilleta le livre sans succès. Il n’y avait strictement rien d’écrit. Complètement décontenancée, elle le reposa mais le garda ouvert.
- A quoi peut servir ce livre s’il est blanc ? Dit-elle en caressant une page.
Un phénomène curieux se produisit : la trace d’une encre apparut et se résorba rapidement. Shana recommença ; l’encre resta un peu plus mais disparut encore trop rapidement. Elle fronça les sourcils.
- Je vais essayer de me concentrer un peu plus.
Son cosmos rayonna doucement et elle effleura de nouveau la page. Cette fois, elle eut le temps de lire ce qui apparut : “ Shana referma le livre et revint vers la sixième colonne... ”
- C’est quoi ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Je vais réessayer.
“ Ayant compris, elle quitta précipitamment la Chambre des Scellés... ”
- Alors...
Une lueur éclaira ses pupilles. Ce livre, posé sur la septième colonne prédisait l’avenir ?
- Non ! C’est trop facile... Ce n’est pas le Futur qu’il prévoit...
Elle réfléchit. Sur cinq colonnes se trouvaient les histoires des différents peuples, sur la sixième se trouvait l’histoire des légendes... Sur la septième... Elle reposa sa main sur une page blanche.
“ S’étant aperçue qu’elle s’était trompée, elle réfléchit à nouveau... ”
Shana secoua la tête. Le livre venait d’expliquer ce qui venait de se passer ?
- Alors... Je me suis trompée sur la signification de ces colonnes ? Pourtant, les cinq premières parlent bien des croyances des peuples ? A moins que... Mais l’Empire de Mû est aussi une croyance des hommes...
Elle revint vers la sixième colonne et regarda le second livre : l’Atlantide.
- Deux mondes qui avaient disparu... De quoi parle le troisième livre ? Hein ? L’Olympe ?
Shana se recula et contempla les sept piédestaux. Le livre mystérieux l’attira et elle revint poser sa main sur une page.
“ Elle comprit que dans le sixième livre se trouvait la réponse à sa quête... ”
- Mais pour cela, je dois résoudre cette énigme... gémit-elle.
Elle ne s’était pas aperçue qu’elle avait laissé sa main sur le livre et lorsqu’elle se pencha, il y avait quelque chose d’écrit : “ Exactement !... ”
Shana resta bouche bée. Est-ce que quelqu’un lui jouait une plaisanterie ?

Galuda, puis, les Saints d’Or.

Galuda s’approcha d’abord de Shun et le contempla d’un air narquois.
- On voit, tout de suite, que tu n’aimes pas la violence ! ! Ce visage si fin, cette beauté presque féminine ! ! Et tu as réussi à vaincre Fao, le Soldier de l’Opale. Tss... Tss !
- Que me veux-tu ? Marmonna Shun, un peu inquiet.
- Tu ne voulais pas affronter Fao car tu savais qu’il était sous le contrôle d’Héra.
- QUOI ? S’exclamèrent les cinq Saints de Bronze.
- Mais alors... Commença Shiryû.
- En effet ! Je suis, à la différence des miens, totalement maître de moi-même ! Plus encore, c’est moi qui ai suggéré à Héphaïstos d’envoûter les Crystal Soldiers pour livrer une nouvelle bataille.
- Mais pourquoi ? Pourquoi as-tu trahi les tiens ? Demanda Seiya.
- Parce que, grâce à Héphaïstos et Héra, je gouvernerai la Terre. Ce sera ma récompense pour leur avoir permis de devenir les Maîtres de l’Univers !Ah !Ah !Ah !Ah !Ah !
Outrés, les Saints tentèrent de se libérer de son emprise... En vain. Galuda les toisa de nouveau.
- La seule préoccupation d’Hermès était de faire son travail de messager, il n’a aucune ambition. Et un jour, alors qu’il m’envoyait en mission, j’ai découvert une salle secrète du Tombeau des Scellés. J’y ai trouvé un précieux livre sur toutes les grandes inventions, humaines ou divines dans lequel étaient décrits tous les pouvoirs de l’Œil de Seth. Je suis allé voir Héphaïstos qui a tout de suite apprécié mon plan. Voilà une partie de ce que je suis disposé à vous révéler ! !
Laissant Shun, il se tourna vers Ikki.
- Carmino sera peut-être le seul que je regretterai, mais bon... Je n’aurai pas à partager ma récompense avec lui. Hin ! Phénix ! Tu es vraiment un combattant d’une puissance exceptionnelle pour l’avoir vaincu.
- Tu me fais pitié. Lâcha Ikki en le regardant droit dans les yeux.
Galuda rit puis marcha vers Shiryû. Il croisa les bras, observa le Saint du Dragon et souffla.
- Tu te demandes encore pourquoi Jade est devenue une Soldier. Ce n’est pas très joli de tuer une femme, mais vu que tu n’avais pas le choix... Enfin.
- Tu sais quelque chose sur Jade ? S’étonna Shiryû.
- Evidemment. Au départ, le Soldier de l’Emeraude s’appelait Chlorys, c’était le fiancé de Jade. Il est mort.
- Mort ? Répliqua Shiryû. Comment ça ?
- Chlorys avait un cousin qui était l’un des vôtres : un Saint du Zodiaque. Et alors qu’il lui rendait visite, il a été tué par des chevaliers qui l’avaient pris pour un ennemi. Jade en a conçu une haine incommensurable pour vous et elle est devenue Soldier pour venger son amant. Belle histoire, n’est-ce pas ? Ah ! Cygnus !
Galuda était parvenu devant Hyôga et le regardait en riant.
- Sauvé par l’Amour ! Il s’agit de la Prêtresse d’Athéna, hm ? Hin ! L’Amour qui n’a pu sauver l’âme de Dimitri ! Mais je dois t’avouer que c’est de ma faute.
- De ta faute ? Tu as tué la fiancée de Dimitri ? S’insurgea Hyôga.
- Et bien oui ! Répliqua calmement Galuda. Dimitri était très fort, même plus fort que moi, et cela m’était intolérable. Alors je les ai attaqués sans me faire reconnaître. Dimitri a été très valeureux, il a même failli mourir ce soir-là. Cependant, il ne savait pas à qui il se mesurait. Or il se trouve que... J’ai le pouvoir de me dédoubler et, tandis qu’il affrontait mon clone, j’ai tué son amie.
- C’est... C’est ignoble... Balbutièrent les Saints.
- Mais alors... Pourquoi pensait-il avoir été attaqué par plusieurs hommes et n’avoir su se défendre ? Questionna Hyôga.
- J’ai tout simplement manipulé sa mémoire en fabriquant un faux souvenir. Il croyait son cœur entaché, souillé alors qu’il n’en était rien et sa puissance s’est affaiblie.
- Tu es un monstre ! Rugit le Saint du Cygne.
Mais Galuda l’avait laissé pour s’approcher de Seiya, lequel avait une furieuse envie de le tuer.
- Le meilleur pour finir ! Seiya, Saint de Pégase ! Soheil a été le seul qui aurait pu parvenir à tuer l’un d’entre vous. Si votre Prêtresse n’avait pas accouru pour le sauver...
- Quoi ? Shana est ici ? S’écria Hyôga.
- Soheil ; reprit Galuda en ignorant Hyôga ; me surpassait en ce qui concerne la manipulation psychique. Ah ! Le Soleil Mortel ! Mais tu as survécu !
Il gifla Seiya qui émit un hoquet de surprise.
- Plus je te regarde, et plus je me demande ce que les dieux te trouvent. Fit Galuda. Pour toi, ils ont détourné leurs lois, ils te viennent toujours en aide... Et pourtant, regarde-toi ! Tu ne brilles pas d’intelligence, tu n’es pas un modèle de beauté, tu offenses le sens du mot ‘homme’...
Shiryû, Hyôga, Ikki et Shun remarquèrent que Galuda serrait ses poings. Seiya leva la tête et fixa son ennemi dans les yeux.
- Je ne suis peut-être pas le meilleur des hommes, mais jamais je n’ai détourné les yeux de la Justice. C’est peut-être pour ça que les dieux, comme tu dis, m’aiment bien ; alors je ne crois pas offenser le mot ‘homme’ !
- Insolent !
- Je sais ce que tu penses ! ! Hurla soudain Seiya. Tu penses que je ne suis pas digne d’être aimé de Nikê ! ! Soheil disait la même chose !Mais vous ne pouvez rien y faire ! Nikê m’aime et j’aime Nikê ! !
Au comble de la fureur, Galuda leva son poing.
- Tu seras donc le premier à mourir, Pégase ! ! Crystalline Death !
Il y eut une explosion comme un verre qui se serait cassé et dont on aurait amplifié le bruit. Seiya, qui avait fermé les yeux, regarda à travers les cils. Galuda se tenait devant lui, le poing droit à quelques millimètres de son visage. Le Soldier regardait d’un air hébété sa main gauche. Expirant un bon coup, Seiya s’essuya le front.
- Hyôga !Shiryû !Ikki !Shun !Nous sommes libres de nos mouvements ! S’écria t-il.
- Mais c’est vrai. Constata Shiryû. Comment... ?
- Regardez sa main gauche ! Dit Shun.
Les cinq pierres violettes qui flottaient au-dessus des doigts de Galuda avaient disparu. A leur place, un mince filet de sang s’égouttait entre les phalanges.
- Qui a fait ça ? !Rugit Galuda.
Un énergie puissante emplit les environs. Stupéfaits, les Saints de Bronze virent quatre silhouettes les entourer eux et leur ennemi.
- Ca va, Seiya ? Il ne t’a pas touché ?
- Je vois qu’on arrive à temps.
- Athéna avait raison, nous avons bien fait de venir.
- Galuda, tu vas avoir à faire avec les plus puissants Saints du Zodiaque.
Le Soldier de l’Améthyste recula de quelques pas. Seiya et ses compagnons sourirent, ayant reconnus les voix de leurs amis.
- Grr ! Si vous êtes ici, c’est que vous avez contré Héphaïstos dans le Passé. Grogna Galuda. Vous voilà donc, Saints d’Or.
- Seiya ! Partez devant, Athéna est presque complètement pétrifiée. Il n’y a plus de temps à perdre, nous allons nous occuper de ce ver de terre.
- Attends Aiolia ! Et... Et a-t-on des nouvelles de...
Aiolia hésita, puis renonça à dire la vérité au Saint de Pégase.
- Tout ce que je peux te dire, c’est de te dépêcher. Le temps presse.
Shiryû posa sa main sur l’épaule de Seiya et hocha la tête. Sous le regard torve de Galuda, les Saints de Bronze se remirent en route et pénétrèrent dans le château.
- Allons, Galuda ! Tu vas te mesurer aux quatre Saints d’Or. On verra si tu te vanteras autant que tout à l’heure ! Fit Milo.
Et tandis que Seiya et ses compagnons s’engouffraient dans le Tombeau des Scellés, le combat contre l’Amethyst Soldier reprit.

La révélation.

Shana avait pris le livre sur l’Olympe et s’était aperçue qu’il s’agissait d’une sorte de biographie de tous les dieux et déesses. Plus encore, les légendes et les exploits des héros de l’Antiquité y étaient répertoriés. Ayant remarqué qu’il restait beaucoup de pages blanches, elle avait aussi repris les autres livres. Tous sauf ceux de l’Empire de Mû et de l’Atlantide comportaient des pages vierges.
- L’histoire n’est pas finie, c’est pour cela qu’on peut encore écrire quelque chose. Mais ce livre de la septième colonne... Il est entièrement vierge...
Elle parcourut l’histoire de Persée et de la Méduse sans vraiment y prêter attention.
- Si seulement Seika était avec moi, on aurait peut-être pu résoudre cette énigme plus vite. Si je n’y arrive pas, je ne pourrai pas aider Nikê.
Elle se releva et regarda la couverture du livre de la septième colonne. Le dessin d’ornement était une étoile à sept branches. Shana fut tentée d’utiliser le pouvoir du livre mais elle savait qu’il ne dirait rien de plus. Elle effleura le dessin de l’étoile et pensa à Hyôga. Avait-il survécu à ses combats ?
- Mais... ? Fit-elle soudain. Ce livre est le seul à se trouver sur la septième colonne et une étoile à sept branches y est représentée ? Sept... C’est le chiffre divin ? Serait ce... La parole de Dieu qui s’exprime par ces pages ?
L’étoile dessinée sur la couverture se mit à rayonner. Le livre s’ouvrit, les pages tournèrent jusqu'à révéler une inscription. Fébrile, la Prêtresse s’approcha et lut l’écrit.
“ Regarde la dernière guerre sainte, alors que les 108 étoiles n’étaient pas toutes éteintes. Le sacrifice de la moitié, à ta question révélera le secret. ”
L’inscription s’effaça mais cette fois, Shana avait eu le temps de comprendre. Vite, elle reprit le livre sur l’Olympe, tourna les pages d’un geste nerveux et trouva ce qu’elle cherchait.
- La bataille contre Hadès, celle où seuls Shion et Dohko avaient survécu... Murmura t-elle. “ Athéna, vêtue de son armure, bouclier de la Justice à son bras et sceptre de la Victoire à la main, bataillait contre le dieu des enfers. Aucun des deux camps ne parvenait à prendre l’avantage. Il y avait des morts de partout, aussi bien chez les spectres que chez les Saints. ” Toute la guerre sainte est écrite comme dans un livre d’histoire !
Shana tourna les pages qui narraient les combats. Elle savait que tout était arrivé juste avant qu’Athéna ne batte Hadès. Elle trouva enfin ce qui l’intéressait.
- “ Parmi les Saints du Zodiaque, cinq de niveau Bronze forçaient l’admiration par leur courage. Avec eux, qui les protégeait et les guidait sur le chemin de lumière, la Victoire aux Grandes Ailes allait, pour son malheur, donner corps et âme pour la Justice... ”
Shana avala difficilement mais continua à lire.
- “... Encerclés par des spectres, les Saints de Bronze ne savaient que faire. Par un hasard inespéré, l’une des ombres s’était emparée de Nikê. ‘Choisis Hadès, Nikê. Ou tu mourras !’ Telles étaient les injonctions des spectres. Immobilisé par ses ennemis, l’un des Saints de Bronze, Pégase, sentit son cœur bondir. Car lui était l’amant bien-aimé de Nikê. Celle-ci savait qu’une seule chose restait à faire. La Victoire devait rester aux côtés du Bien. Aussi, de toute son âme, elle refusa de se rallier à la cause du dieu des enfers. Furieux, le spectre l’égorgea (car la seule façon de vaincre un immortel est de séparer le corps de la tête). Pégase hurla, et son cri de bête blessée fut entendu depuis les enfers jusqu’au ciel. Il réclama sa déesse tandis que Nikê glissait à terre ; alors il se débarrassa de ses adversaires et s’élança. Il enlaça le corps déjà froid de son aimée... ”
Shana essuya ses yeux, baignés de larmes. Elle ne s’était pas rendu compte qu’au fil de sa lecture, elle plaquait sa main sur sa bouche, le cœur glacé d’horreur, de tristesse.
- “ ... Le Miracle se produisit. En abandonnant son corps, l’âme de la Victoire s’incarna dans le sceptre d’Athéna. Aussitôt, les cosmos de tous les Saints, et la puissance d’Athéna augmentèrent. Fou de douleur, Pégase parvint à blesser Hadès avant d’être tué par ce dernier. Athéna finit alors par le vaincre et enferma les spectres dans le Mont Etoilé. Seuls deux Saints avaient survécu : l’un devint Gardien du Sanctuaire, l’autre fut récompensé du Don de la Longue Vie. Athéna disparut en attendant une nouvelle réincarnation, et lorsqu’elle revivra, elle ramènera au corps l’âme de Nikê. ”
C’était donc ça. Shana se leva, rangea le livre et se dirigea vers la sortie. En grimpant l’escalier en colimaçon, elle repensait à cette guerre et à ce que Mû et les autres lui avaient dit.
- C’est donc Athéna qui donne le Pouvoir Divin au Saint d’Or. Et c’est comme cela que Nikê... Mais alors...
Shana sentit le voile se lever, comme le vent qui souffle le brouillard.
- Seiya ne recherche pas sa déesse ! Ce que Iulia lisait en son cœur étaient ses craintes, car inconsciemment, il se souvient de cet épisode ! Oh mon Dieu... Ce sont ses cris lorsque Nikê s’est faite égorgée.
La Prêtresse comprit alors que Iulia ne pouvait être qu’à un seul endroit : ici même, dans le Tombeau des Scellés. Elle protégeait son bien-aimé, elle aussi sans s’en rendre compte.

Le Soldier vaincu.

Galuda regardait les Saints d’Or avec une certaine contrariété. Mû, Aiolia, Milo et Shaka l’entouraient mais ne bougeaient pas.
- Vous avez beau être les plus puissants chevaliers, vous ne pourrez absolument rien contre moi ! Fit Galuda.
- Ah ? On verra bien. Ricana Shaka. Attaque nous le premier.
- Hm ! Tu vas regretter ce geste, Saint de la Vierge.
Milo, un peu inquiet, s’approcha de Shaka et e pencha vers lui.
- Tu es sûr de toi ?
- Oui, son pouvoir est basé sur une seule attaque valable. Il ne peut pas nous battre.
- Très bien. Je vais donc attaquer le premier.
Galuda sentit une goutte de sueur couler depuis ses tempes mais ne renonça pas.
- Possession !
L’énergie du Soldier se dégagea en effluves violettes et entoura les Saints d’Or. Ceux-ci sentirent leurs corps se raidir mais ne tentèrent pas de répliquer.
- Argh ! Shaka ! Qu’est-ce que tu fais ? Déglutit Mû.
- Il faut nous sortir de là ! Enchaîna Milo.
- Je vous ai dit de ne pas vous inquiéter. Dit calmement Shaka.
Quatre pierres d’un violet intense flottaient sur les doigts de Galuda, qui riait à gorge déployée.
- Vous êtes désormais sous mon emprise ! Plus un geste ne vous est autorisé ! Ah !Ah !Ah !
- Il ne faut pas se prendre pour ce qu’on n’est pas. Répliqua Shaka en marchant vers lui.
- Comment ?
Galuda regarda sa main gauche : il n’y avait qu’une seule pierre.
- Mais... Mais... Je ne peux plus bouger ! C’est pas possible ! Mon pouvoir s’est retourné contre moi !
- Tu étais trop sûr de toi, Galuda ! Tu crois pouvoir nous vaincre en nous immobilisant ? Dit Shaka.
- Comment as-tu... ?
- Même si tu nous avais immobilisés, comme les Saints de Bronze, nous aurions pu te vaincre sans efforts. Quant à ton attaque, je t’ai simplement persuadé de retourner on coup contre toi même !
- Tu as fais ça ? S’étonna Milo.
- Impossible ! Réfuta Galuda. Tu n’as pas pu posséder mon esprit aussi facilement !
- Je t’ai possédé dès l’instant où nous avons libéré nos amis.
Les yeux agrandis par l’horreur et la stupéfaction, Galuda fixait les Saints d’Or.
- Plus question de tergiverser. Tu vas mourir. Fit Mû.
- Par l’Aiguille Ecarlate !
- Par l’Eclair Foudroyant !
- Par le Châtiment du Ciel !
- NON ! NON ! AAAARRGGHH !
L’Amethyst Soldier disparut dans l’explosion provoquée par les attaques simultanées des Saints. Ceux-ci, un peu las, se tournèrent vers le Tombeau des Scellés.
- Je crois que nous pouvons retourner au Sanctuaire. Notre mission est terminée.
- Aiolia ? Pourquoi dis-tu ça ? Il faut aller aider Seiya et ses compagnons, je...
- Non Milo. Aiolia a raison ; Coupa Mû ; de toute façon, nous n’avons pas le droit de combattre un dieu. Athéna seule peut arrêter Héra et Héphaïstos.
Shaka approuva de la tête. Ils tournèrent les talons et rentrèrent au Sanctuaire.

La confiance d’Athéna.

Marine, Shina et Kiki observaient avec anxiété Saori se transformer de plus en plus. Ses cheveux étaient déjà en pierre, il ne restait plus beaucoup de temps avant que son visage ne soit lui aussi pétrifié, et qu’elle ne meure. Cependant, bien qu’elle fut épuisée, son cosmos protégeait encore le monde de la malédiction.
- Oh ! Regardez. Se lamenta Kiki. L’herbe autour d’elle commence à se transformer elle aussi.
- Oui. Elle doit être à bout de forces. Comprit Shina.
- Je vais très bien.
- Princesse !
- Seiya et les siens sont dans le Tombeau, à présent. Ils doivent détruire l’Œil de Seth et tout rentrera dans l’ordre.
- Mais vont-ils réussir ? S’enquit Marine.
- Oui. Affirma Saori. Et puis, Aiolia, Mû, Shaka et Milo reviennent. Ils ont pu aider Seiya. Je suis fière de ce qu’ils ont fait : ils ont empêché Héphaïstos de prendre le contrôle du Passé, et ont sauvé leurs amis d’une mort atroce.
Marine, Shina et Kiki se regardèrent, un peu stupéfaits.
- Je ne suis pas épuisée, cessez de vous soucier de moi.
- Mais c’est notre mission que de vous protéger. Protesta Shina.
- Oui. Cependant, j’ai beaucoup de ressources. Je ne vais pas me laisser vaincre par ces dieux aux desseins horribles. Je ne mourrai pas si la Terre est en danger.
Un peu rassurés, Kiki et les deux jeunes femmes hochèrent la tête.

Il n’y a plus de Crystal Soldier.

Dans l’immense château, Seiya et ses compagnons cherchaient où se cachaient Héra et son fils.
- Je me demande si Camille va bien. Fit soudain Shun.
- Héra a dû le tuer. Répondit froidement Ikki.
- Non, ce ne peut pas être vrai... Gémit le Saint d’Andromède.
- Shun. Pour l’instant, nous devons détruire ce qui projette la malédiction sur terre. Nous nous occuperons ensuite de Camille. Promit Shiryû.
- Regardez ! De la lumière !
- Attendez ! !
La voix se répercuta sur les murs épais. Le sang glacé dans ses veines, Hyôga se retourna. Shana accourait vers eux.
- Shana ! C’était donc vrai, tu es ici ? S’exclama le Saint du Cygne.
- Ouf ! J’ai... J’ai quelque chose à vous dire... Je...
- Calme-toi, reprend ton souffle. Dit Shun.
La Prêtresse fit signe que tout allait et parla.
- J’ai découvert quelque chose dans la Chambre des Scellés.
- Quoi ? fit Seiya.
- Ecoute, Seiya. Il s’agit de toi ! Tu dois savoir que...
- Ah !Ah !Ah !Ah ! Vous voilà enfin !
Une force immense les aspira et les transporta dans la salle où trônaient Héra et Héphaïstos. Ces deux derniers regardèrent les Saints avec un affreux rictus.
- Vous avez vaincu tous les Crystal Soldiers et vous êtes parvenus jusqu’ici. Vos exploits s’arrêteront là. Désolée de vous l’apprendre ! Dit Héra.
- Sûrement pas ! Nous allons d’abord détruire l’Œil de Seth, et vous empêcher de nuire pour toujours !
- Regardez moi ce jeune effronté ! Ricana Héra en pointant son index sur Seiya. Un seul geste de ma part et ton corps est réduit en miettes !
- Vous voulez détruire l’Œil de Seth ? Enchaîna Héphaïstos. Hin ! Hin ! Hin ! Je vous en prie, mais cela coûtera la vie à l’un de vous !
- Ce n’est pas ça qui nous arrêtera. Nous sommes tous prêts à mourir pour sauver Athéna ! Répliqua Hyôga.
- Hyôga... Murmura Shana.
Le Saint du Cygne la regarda et hocha la tête. Shana sourit tristement mais refit face à leurs ennemis.
- Oh, je parlais pas de vous six. Railla le dieu des forges. Je parlais de celui-là.
Il s’écarta du podium où il se trouvait et révéla un épouvantable spectacle. Shana poussa un cri strident, Shun détourna la tête, les yeux embués ; Seiya et les autres sentirent leurs cœurs se soulever et se gonfler de rage.
Camille de Saphiro se tenait debout, le regard fixe et vide. Il était entouré d’une aura rouge feu, qui dégageait des vibrations menaçantes. Incrusté dans son corps, au niveau de la poitrine, brillait l’Œil de Seth.
- Vous êtes des monstres ! Cria Shana.
- Que... Que lui avez-vous fait ? Balbutia Seiya.
- Vos amis les Saints d’Or m’ont affronté dans le Passé et ont détruit mon sceptre qui a, cependant, gardé assez d’énergie pour que je puisse le régénérer. Hin ! Hin ! Hin ! Alors nous l’avons placé dans le corps du Saphir Soldier. Il a absorbé toute son énergie vitale ! Vous ne pourrez plus le détruire sans tuer votre camarade !
- Je vais vous tuer et réussir là où Hadès, Poséidon et Arès ont échoué ! S’écria Héra.
Une boule d’énergie s’abattit sur les Saints qui se mirent à hurler ! Seule Shana était épargnée, car elle avait pu éviter l’attaque.
- Cette fois, personne ne vous sauvera ! Ni Prêtresse, ni déesse !
- Arrêtez ! Supplia Shana, bouleversée par les hurlements de ses frères. Je vous en prie. Que quelqu’un les aide !
Son cosmos s’enflamma et s’éparpilla à travers toute la pièce. L’Œil de Seth cessa un instant de briller mais ne fut pas détruit. Nullement gênés, Héra et Héphaïstos riaient devant les efforts vains de Shana.
- Prie tant que tu veux ! Athéna est sur le point de mourir et personne ne pourra vous rejoindre. Dit Héra.
- Tu vas voir les tiens mourir ! S’exclama Héphaïstos.
- Non ! Je vous en supplie, si quelqu’un m’entend, qu’il nous vienne en aide ! Ne laissez pas Seiya et les siens mourir ! !Sanglota Shana tandis que sa cosmo-énergie augmentait en intensité.
C’est alors qu’une puissance immense souffla à travers la salle. Surpris, Héra et son fils relâchèrent leur attention des Saints qui furent libérés. Shana se précipita auprès d’eux et les aida à se relever.
- Shana ! Qu’est-ce que tu as fait ? Demanda Ikki.
- Finalement, j’ai réussi à la retrouver. Répondit-elle.
- Quoi ?Firent-ils tous.
Une lumière dorée rayonna devant eux, une forme humaine se dessina. Héra grogna, visiblement contrariée.
- Comment as-tu pu réussir à venir ?
- Mère, ce n’est pas... ?
- Tais-toi, idiot !
Shana soupira, un peu inquiète, mais soulagée de voir ses frères vivants.
- Je savais que tu nous rejoindrais.
Une voix teintée de tristesse s’éleva alors, une voix que les Saints reconnurent.
- Tu m’as aidée, Shana. C’est à mon tour. Il ne faut pas abandonner si près du but. Nous devons détruire l’Œil de Seth et le corps qu’il occupe car, malheureusement il n’y a plus de Crystal Soldier.
- C’est bien ce que je pensais. Répondit Shana.
Seiya fixait la personne qui venait d’apparaître, son cœur s’était mis à battre très fort.
- Je ne rêve pas. Murmura t-il. C’est bien toi, Iulia ?




L’Ombre et la Lumière.

Iulia eut un sourire si doux qu’il ne put retenir une larme. Il commença à marcher vers elle mais stoppa net : elle était immatérielle.
- Argh ! Iulia ! !
- Ne cries pas comme ça, Seiya. Il ne m’est rien arrivé. Allons, Saints. Tournez vos coups sur l’Œil de Seth, détruisez-le et Athéna sera sauvée.
- Mais pourquoi es-tu... ? Commença Seiya.
Shiryû le fit se tourner.
- Seiya, dépêchons-nous.
- Jamais ! ! Rugit Héra.
Iulia se trouvait devant elle. Sur un geste du doigt, Héphaïstos fit tourner Camille sur lui-même de façon à viser la jeune fille.
- Toi aussi, tu mourras ! Dit-il en riant.
L’Œil de Seth émit un rayon rouge.
- NON ! Hurla Seiya.
Mais à la stupéfaction de tous, le rayon mortel traversa Iulia.
- Frappez, Saints ! Frappez ! Insista t-elle en subissant les attaques ennemies.
- Grr ! Fit le dieu des forges.
L’œil maudit attaqua encore, mais tous ses rayons traversaient Nikê, sans la blesser. Héra encouragea son fils à continuer, ce qui choqua Hyôga, Shun et Ikki.
- Pourquoi s’obstine t-elle ? Iulia est immatérielle ! Fit Shun.
- S’ils continuent, nous ne pourrons pas briser l’œil. Constata Hyôga.
- Que se passe t-il ? Dit Ikki, soudain.
- Oh non ! Sa cosmo-énergie s’affaiblit ! S’exclama Shana.
Iulia démontrait des signes de fatigue et commençait à perdre de sa transparence. Un rayon parvint à la brûler au bras, laissant une trace rouge au dessus du coude. Elle regarda ses amis.
- Saints, si vous ne frappez pas maintenant, je ne pourrai plus tenir. Camille de Saphiro est mort, et je sais qu’il approuverait que vous détruisiez son corps pour sauver la Terre.
Les Saints regardèrent le visage du Saphir Soldier. Une larme coula des yeux clairs du jeune homme. Résignés, les Saints de Bronze firent brûler leurs cosmos.
- Trop tard ! Vous ne sauverez pas Nikê ! Cria Héra.
- Par le Météore de Pégase !
- Par le Vol du Phénix !
- Chaîne Nébulaire !
- Par le Tonnerre de l’Aube !
- Par la Colère du Dragon ! !
Shana vit un rayon mortel fuser de l’Œil de Seth alors que Iulia avait repris consistance, puis les attaques des Saints qui frappèrent Camille et une violente explosion qui se produisit, avec une déflagration énorme. Projetée en arrière, la Prêtresse Divine se protégea avec ses bras et tomba durement sur le sol.
- Oh... Aie ! Seiya, Shun, Hyôga ?
La pièce était emplie de débris. Héra toussait, étranglée par la poussière.
- Shiryû ? Ikki ? Appela Shana.
- Ici... On est ici ! Répondit Shun.
- Vous allez bien ?
- O... Oui. Mais... Balbutia Shiryû.
- IULIA ! Où es-tu ? Appela Seiya, affolé.
- Hin !Hin !Hin ! Elle est là ! Fini de jouer avec l’ombre !
Les chevaliers d’Athéna regardèrent sur leur gauche. Iulia était maintenue par Héphaïstos, menacée par un poignard d’argent. Sans se débattre, Iulia regardait les Saints, avec quelque chose dans le regard qui semblait dire... Merci.
Shana fit volte-face et observa Seiya. Dans les yeux de ce dernier, elle y lut de la peur.
- Vous avez détruit l’Œil de Seth grâce au sacrifice de Camille ! Gronda le dieu des forges. Mais vous allez perdre de toute façon !
- Bravo, mon fils ! Fit Héra en voyant qu’il avait capturé Iulia. Cette fois, ils ne pourront plus rien faire.
- Nikê ! Tu vas périr cette fois ! Tu n’aurais jamais dû te mêler de tout ça ! Dit Héphaïstos.
- Non ! Iulia ! Cria Seiya.
- Ne perds pas espoir, Seiya. Ne le perds pas.
La fille d’Aioros le regarda et lui sourit. Shana retint le Saint de Pégase qui avait voulu se jeter sur leur ennemi et tenta de le raisonner, en vain.
- Laisse-moi sinon il va la tuer !
- Tu ne pourras pas la sauver en fonçant sans réfléchir !
- Ecoute ta Prêtresse, elle est plus sage que toi ! Ironisa Héra. Vas-y, fils. Tue-la !
- Avec plaisir.
Il abaissa sa lame tandis que Seiya hurlait, toujours retenu par Shana. Tous n’entendirent qu’un bruit métallique et un cri de douleur.

Seiya no mégami.

- “ Eh bien, chevalier Pégase ! Que faites-vous ici, au lieu de surveiller le Sanctuaire ?
- Nikê. Ma tendre et douce amie. Tu m’as fait peur !
- Aha ! Je te prends en flagrant délit ?
- Tu me manquais trop, descends !
- Mais je ne peux pas ! Athéna est juste à côté...
- Bon alors je monte !
- Non ! Attention...
- C’est pratique ce lierre grimpant au dessous de ta fenêtre ! J’avais tellement envie de te serrer contre moi.
- Oh. Pour qui bat ce cœur bruyant et impatient ?
- Pour une jeune femme dont le nom est Nikê ! ! !
- Je t’aime, mon preux chevalier...
- Je t’aime, ma déesse... Ma déesse... ”

Anéanti, Seiya tomba à genoux, bras croisés sur son cœur, en larmes.
- NON ! Ma déesse ! Vous l’avez tuée ! Rendez-moi ma déesse ! Rendez-moi ma déesse.
- Seiya.
Stupéfait, Seiya releva la tête. Iulia était debout au centre de la pièce et le regardait tendrement. Un peu plus loin, Héphaïstos était assis et se tenait la main gauche qui suintait de sang divin. Médusés, Shana et les Saints de Bronze regardèrent de nouveau Iulia. A côté d’elle se tenait Athéna, revêtue de son armure.
- Princesse ! S’exclama Shana.
- Princesse Saori ! Firent à leur tour Shun, Shiryû, Ikki et Hyôga.
Saori sourit et se tourna vers Héra.
- Comment es-tu parvenue jusqu’ici ? Rugit cette dernière.
- Dès l’instant où l’Œil de Seth a été détruit, la malédiction a été brisée. Je suis donc venue aider mes chevaliers à sauver la Terre de tes desseins morbides.
- Tu ne peux pas faire ça !
- Héra, la Terre est sous ma protection et je ne laisserai personne s’en emparer pour faire souffrir les hommes.
Les deux déesses se firent face. Athéna brandit son sceptre et regarda Nikê.
- Je sais que tu es à bout de forces, mais...
- Oui. Nous allons réussir. Répondit Iulia.
Toutes les deux enflammèrent leurs cosmos.
- Je vais te tuer, Athéna ! Et la Terre m’appartiendra !
- Non !
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Dernière édition par Shana le Mer 4 Juil - 12:13 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Shana
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)
Prêtresse Divine d'Athéna (Admin)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 3 493
Localisation: St Gilles
Féminin Taureau (20avr-20mai)
Ascendant: Verseau
蛇 Serpent
Point(s) de Cosmos: 338 471
Moyenne de points de Cosmos: 96,90

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:13 (2007)    Sujet du message: La Malédiction de l’Œil Rouge. Répondre en citant

La Victoire d’Athéna.

Le choc fut, une nouvelle fois, d’une violence incroyable. Seiya et ses compagnons furent projetés à travers la pièce. Ils entendirent des hurlements inhumains tandis que l’air vibrait à leurs oreilles.
- Princesse ? Iulia ? Appela Shana.
- Regardez ! S’écria Seiya.
Deux lueurs blanches se tenaient à la place d’Héra et d’Héphaïstos. Athéna les tenait immobiles avec son sceptre qui puisait son pouvoir du cosmos de Iulia. Deux vases apparurent, Athéna dirigea son sceptre vers eux et les petites lueurs furent aspirées dans ces récipients.
- Shana, peux-tu sceller les récipients, s’il te plaît ? Demanda t-elle en lui tendant deux sceaux.
- Oui.
- Nous n’entendrons plus parler d’eux pour un bon moment. Dit Ikki.
Hyôga et Shana se rejoignirent, soulagés d’être vivants.
- Shana, tu vas bien ?
- Oui, ne t’inquiète pas. Princesse ? Comment vous sentez-vous ?
Saori se retourna.
- Je vais très bien. J’étais presque totalement pétrifiée quand vous avez pu détruire l’Œil de Seth. Je suis aussitôt venue ici pour neutraliser Héra et Héphaïstos.
- C’était dangereux ! Protesta Shiryû.
- Bien sûr mais... Je ne pouvais pas laisser Nikê se sacrifier sans rien faire. Avoua Saori.
- Alors... Vous saviez. Fit Shana. Vous saviez qu’elle était morte pour vous tous sauver lors de la dernière Guerre Sainte.
- Oui. Dohko, de la Balance, me l’avait raconté. Il m’avait dit aussi que le Saint de Pégase appelait Nikê “ sa déesse ” et qu’en mourant, c’était les derniers mots qu’elle avait entendu.
- “ Rendez-moi ma déesse. ” Dit Shana.
Saori hocha la tête. Les Saints de Bronze l’entourèrent, épuisés mais saufs. Un peu plus loin, Seiya s’était rapproché de Iulia et tous deux se tenaient face à face, yeux dans les yeux. Au bout d’un long silence, le Saint de Pégase parla.
- J’ai... j’ai cru que j’allais perdre ma déesse encore une fois.
- C’était comme ça que tu m’appelais... Avant. Avant que...
- Avant quoi ?
- Rien, ce n’est pas important. Nous avons sauvé le monde, c’est le principal.
- Iulia... Ma déesse...
Il s’enlacèrent tendrement. La tête sur sa poitrine, Iulia écoutait les battements du cœur de Seiya.
- ...Pour qui... Bat ce cœur bruyant et impatient ?
- Pour la plus merveilleuse des déesses, toi.
- Je t’aime, mon preux chevalier.
- Je t’aime, ma déesse.

Retour au Sanctuaire.

- Pourquoi n’a-t-on aucune nouvelle ?
- Je sais que tu es inquiet, Kiki ; répondit Shina ; nous le sommes tous. Mais ce n’est pas en geignant que tout rentrera dans l’ordre.
- C’est bizarre, quand même, que nous ne puissions pas ressentir leurs cosmos. Remarqua Aiolia.
Le Saint du Lion était le plus anxieux du fait qu’il ne savait absolument pas s’ils avaient retrouvé sa nièce. Mû leva les yeux et regarda à l’horizon.
- Les voilà. Dit-il soudain.
- Oui. Je le ressens aussi. Approuva Shaka.
Au loin, les silhouettes des Saints de Bronze, de Shana et d’Athéna se découpaient dans le ciel blanc de nuages. Le cœur battant, Marine, Shina, Kiki et les Saints d’Or attendirent d’y voir un peu mieux.
- Ils sont sains et saufs ! Tous ! S’écria Kiki.
- Regardez ! Fit Marine en pointant son index. C’est Nikê !
Ils accoururent vers leurs amis. Quand ils les eurent rejoints, Athéna s’avança pour parler.
- Je tiens à tous vous remercier. Chevaliers d’Or, vous avez empêché Héphaïstos de changer le Passé au m épris de vos vies. Je ne pourrai jamais vous témoigner toute ma reconnaissance. Marine, Shina, Kiki ; merci d’avoir veillé sur moi alors que je subissais cette terrible malédiction. Shana, tu as été très courageuse. Tu n’as pas hésité à quitter le Sanctuaire pour aller aider tes frères.
Saori se tourna vers les Saints de Bronze.
- Vous avez été encore une fois extraordinaires. Shiryû, Hyôga, Shun, Seiya, Ikki. Merci de tout cœur pour ce que vous avez fait.
- Nous n’avons fait que notre devoir, Saori. Répondit Hyôga.
- Si nous avions perdu, la Terre serait, à cette heure-ci, plongée dans les Ténèbres. Dit Shun.
- Tant qu’il existera des chevaliers de votre trempe, l’espoir sera toujours permis pour les hommes. Merci, Saints de Bronze. Affirma Saori.
Enfin, elle se tourna vers Iulia. Celle-ci regardait ses amis avec un sourire très doux.
- Iulia. Tu as retrouvé celui qui partageait ta vie autrefois. Je comprendrai que tu veuilles rester auprès de lui.
- Saori. Celui dont tu parles est, avant tout, un Saint. Et moi, je suis Nikê, celle qui guide les Saints, qui leur donne la victoire. Tant que le Mal menacera, je me battrai...
- Nous nous battrons.
Iulia se tourna vers Seiya qui venait de parler. Il la serra contre lui et regarda Athéna.
- Nous protégerons toujours Athéna au péril de nos vies. Affirma t-il.
- Merci. Balbutia Saori, les yeux humides. Merci à vous tous.
Tandis que les nuages laissaient la place au soleil couchant, le Sanctuaire retrouvait sa tranquillité. Athéna et ses Saints contemplaient le ciel qui s’embrasait. Seiya prit les mains de Iulia ; face à face, ils se regardèrent en silence pendant un long moment. Les yeux du Saint de Pégase brillaient comme si des millions d’étoiles parsemaient ses pupilles.
- Je t’ai enfin retrouvée, Iulia. Et jamais plus je ne te laisserai partir loin de moi.
- C’est grâce à Shana. C’est elle qui m’a aidée à ouvrir mon cœur ; moi qui enfermais mes sentiments.
- Laissons le Passé derrière désormais. C’est l’avenir qui compte. Notre avenir.
- Oui. Répondit Iulia en fermant les yeux. Notre avenir.
Et tandis que les premières étoiles illuminaient la nuit, la constellation de Pégase se dessina au-dessus d’eux, saluant celui qui aimait et qui était aimé d’une déesse.

Fin.
_________________

Arbitre, à ses heures perdues...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:36 (2017)    Sujet du message: La Malédiction de l’Œil Rouge.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Disciples d'Athéna Index du Forum -> Saint Seiya -> Discussion, Dossier, Fanfics -> Saint Scénary's (Fanfics) -> Sérieux Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com